Nivkhe (langue)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Nivkhe, Guiliak
Pays Russie
Région bas-cours du fleuve Amour, île de Sakhaline
Nombre de locuteurs 198 (en 2010)[1]
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-3 niv
IETF niv
Carte
Points de recensement de locuteurs du nivkhe Plaine de l'Amour maritime et Khamtchatka
Points de recensement de locuteurs du nivkhe
Plaine de l'Amour maritime et Khamtchatka

Le nivkhe, ou nivkh (anciennement guiliak[2]), est une langue paléo-sibérienne parlée en Russie sur le bas cours de l'Amour et sur l'île de Sakhaline.

Au recensement de 2010 en Russie, 4 652 personnes se sont déclarées Nivkhes[3], mais seulement 198 ont indiqué qu’elles parlaient la langue[1].

Classification[modifier | modifier le code]

Le nivkhe est souvent considéré comme un isolat linguistique.

Toutefois, Joseph Greenberg l'englobe dans sa macro-famille eurasiatique (2001).

Plus spécifiquement, Michael Fortescue pointe des affinités particulières avec la famille tchouktche-kamtchadal (Fortescue, The relationship of Nivkh to Chukotko-Kamchatkan revisited, 2011). Michael Fortescue suggère qu'une langue commune, avant la division, proto-"Chukokto-Kamchatkan-Amuric" pourrait être associée au néolithique du Bas-Amour et des côtes adjacentes de la mer d'Okhotsk.

Le nivkhe était classé parmi les langues paléo-sibériennes, même si cet ensemble est devenu désuet : il désigne quatre langues à faible expansion dans la même zone géographique de la Sibérie, même si elles ne sont pas toutes apparentées.

La langue nivkhe compte trois dialectes : le nivkhe de l'Amour, le nivkhe du Nord de Sakhaline et le nivkhe du Sud de Sakhaline.

Phonologie[modifier | modifier le code]

Les tableaux présentent la phonologie du nivkh[4].

Consonnes[modifier | modifier le code]

  Bilabiale Dentale Latérale Palatale Vélaire Uvulaire Glottale
Occlusive sonore b d ɟ g ɢ
Occlusive sourde p t c k q
Fricative sonore v z ɣ ʁ
Fricative sourde f s x χ h
Affriquée t͡ʃ
Nasale m n   ɲ ŋ    
Liquide r ɹ l
Semi-voyelle w j

Voyelles[modifier | modifier le code]

Antérieure Centrale Postérieure
Fermée i ɨ u
Moyenne e o
Ouverte a  

Écriture[modifier | modifier le code]

Alphabet nivkhe
Majuscules А Б В Г Ӷ Ғ Ӻ Д Е Ё Ж З И Й К К’ Ӄ Ӄ’ Л М Н Ӈ О П П’ Р Р̌ С Т Т’ У Ф Х Ӽ Ӿ Ц Ч Чʼ Ш Щ Ъ Ы Ь Э Ю Я
Minuscules а б в г ӷ ғ ӻ д е ё ж з и й к к’ ӄ ӄ’ л м н ӈ о п п’ р р̌ с т т’ у ф х ӽ ӿ ц ч чʼ ш щ ъ ы ь э ю я
Son a b v ɡ ɢ ɣ ʁ d je jo ʒ z i j k q l m n ŋ o p r s t u f x χ h ts tʃʰ ʃ ʃtʃ ɨ e ju ja

Morphologie[modifier | modifier le code]

Numéraux[modifier | modifier le code]

  • Le nivkhe possède des numéraux pour les humains et pour les animaux. Le tableau les donne dans deux dialectes différents[5].
Êtres humains Animaux
Nombre Amour Sakhaline Sud Amour Sakhaline Sud
un ɲin, ɲen ɲenŋ ɲɨɲ ɲan
deux men menŋ mor mar
trois tʰaqr tʰaqr tʰor tʰaqr
quatre nɨr nɨrŋ nur nur
cinq tʰor tʰorŋ tʰor tʰor
six ŋax ŋax ŋax ŋax
sept ŋamk ŋamk ŋamk ŋamk
huit minr minr minr minr
neuf ɲɨɲben ɲandorŋ ɲɨɲben ɲandorŋ
dix mxo mxoŋ mxoŋ, mxos mxoŋ

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (ru) Service fédéral des statistiques russe, « Владение языками населением Российской Федерации » (consulté le 21 juin 2013)
  2. Autres transcriptions : guilyak, gilyak.
  3. (ru) Service fédéral des statistiques russe, « Национальный состав населения » (consulté le 21 juin 2013)
  4. Grouzdeva, 1997, p. 140.
  5. Grouzdeva 1997, p. 148.

Source[modifier | modifier le code]

  • (ru) E. Ю. Груздева, Нивхский язык, Языки Мира. Палеоазиатские Языки, pp. 139-154, Moscou, Izd. Indrik, 1997 (ISBN 5-85759-046-9).
  • Groupe d'études mongoles, Université de Paris X Nanterre, Centre d'études mongoles, Chemin ghiliak de la connaissance, Études mongoles et sibériennes, cahier 13, 1982 (ISSN 0150-3014). P. 49-116.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Wikipédia en Nivkhe (langue) dans l'Incubateur de Wikimedia.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

(en) Fiche langue[niv]dans la base de données linguistique Ethnologue.