Niveau piézométrique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Trois piézomètres posés à une certaine distance d'un forage actif (pompage d'eau de la nappe phréatique libre) permettent de mesurer l'importance du rabattement de nappe autour du point de captage. En rouge : le déficit par rapport au niveau théorique dit « niveau piézométrique zéro », ici figuré par le pointillé bleu horizontal, correspondant au plafond théorique de la nappe).

Le niveau, la cote ou la surface piézométrique est l'altitude ou la profondeur (par rapport à la surface du sol) de la limite entre la nappe phréatique et la zone vadose dans une formation aquifère. Ce niveau est mesuré à l'aide d'un piézomètre.

La cote piézométrique au point i s'écrit : Cp(i) en mètres (m)[1].

Le niveau piézométrique théorique normal moyen en un lieu et à une date donnée dans l'année est le niveau de référence par rapport auquel on dira que la rivière est en situation de crue ou d'étiage, ou que la nappe est rechargée ou en manque d'eau. Là où la nappe affleure, c'est le plafond de la nappe, qui peut être le niveau d'une rivière, d'un fleuve, d'un étang naturel, etc.

Mesurer et suivre le niveau piézométrique[modifier | modifier le code]

Ces mesures et un suivi sont nécessaires pour évaluer l'état quantitatif d'une nappe et ses fluctuations (naturelles ou sous forçage anthropique), notamment dans les régions arides[2] et plus encore en contexte de recharge de nappe à partir d'eaux usées traitées[3], de dérèglement climatique, de salinisation de surface ou de nappe (par intrusion d'un « biseau salé »[4]), d'autant que ces variations peuvent parfois aussi se traduire par des changements qualitatifs de l'eau[5], ou des mouvements de sols. Elles sont nécessaires à la gestion de l'eau.

Le niveau piezométrique d'une nappe se mesure au moyen d'un réseau de piézomètres et d'une éventuelle modélisation sur la base des données fournies. Il peut aussi être mesuré via le niveau de l'eau des puits s'il en existe. Chaque puits est une fenêtre sur le plafond de la nappe, mais en cas de prélèvement important il faut tenir compte d'un probable rabattement de nappe.

Ces mesures peuvent aussi en zone aride révéler des phénomènes d'évaporation de nappe phréatique dont le plafond est situé en sub-surface[6].

Le régime hydrique des sols dans la Taxonomie des sols de l'USDA sont définis sur la base du niveau piézométrique et la quantité d'eau du sol disponible pour les plantes, au cours d'une année donnée dans une région particulière.

En France les « chroniques d'un piézomètre »[7] sont associées au système altimétrique de référence NGF (nivellement général de la France) qui a été établi sous le contrôle de l'Institut national de l'information géographique et forestière (IGN) dont le « zéro origine » (choisi par convention) est le niveau moyen de la mer à Marseille.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Yannick Dentinger, intervenant à l'université Antilles/Guyane.
  2. Mahé G., Dessouassi R.T., Cissoko B; & Olivry J.C. (1998) « Comparaison des fluctuations interannuelles de piézométrie, précipitation et débit sur le bassin versant du Bani à Douna au Mali ». IAHS publication, 289-296.
  3. Gaaloul N., Cary L., Casanova J., Guerrot C. & Chaieb H. (2012) « Impact de la recharge artificielle par des eaux usées traitées sur la qualité et la quantité des eaux souterraines de la nappe côtière de Korba-Mida, Cap-Bon, Tunisie », La Houille blanche, (4–5), 24-33.
  4. Ferrari S. (2003) « Gestion durable d’un aquifère côtier insulaire en présence d’intrusion saline », Eau et littoral. Préservation et valorisation de la ressource dans les espaces insulaires. Paris. Karthala-université de la Réunion, 55-72 (résumé).
  5. Dessouassi R. (1997), « Variabilité du niveau et de la qualité chimique des eaux souterraines dans le haut bassin du fleuve Niger au Mali. Comparaison avec la variabilité des écoulements de surface », rapport d'activité FRIEND-AOC, ORSTOM Bamako, Mali.
  6. Coudrain-Ribstein A., Pratx B., Talbi A. & Jusserand C. (1998) « Is the evaporation from phreatic aquifers in arid zones independent of the soil characteristics ? / L'évaporation des nappes phréatiques sous climat aride est-elle indépendante de la nature du sol ? », comptes rendus de l'Académie des sciences ; série 2a: Sciences de la Terre et des Planètes, 326(3), 159-165.
  7. ADES, page intitulée « Cote de la chronique piézométrique », consultée le 20 juillet 2014.

Articles connexes[modifier | modifier le code]