Nivaria Tejera

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tejera.
Nivaria Tejera
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 86 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Nivaria Tejera, née le à Cienfuegos à Cuba et morte le 6 janvier 2016 à Paris, est une poétesse et romancière cubaine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Nivaria Tejera est née de mère cubaine et de père espagnol à Cuba. Elle a passé son enfance à Tenerife, aux îles Canaries où la guerre civile surprend sa famille. Son père est emprisonné dans les prisons franquistes jusqu’en 1944. Elle retourne à Cuba sans lui. Quittant sa ville natale pour Paris en 1954, elle y revient en 1959 lors de la révolution socialiste, elle sera d’abord secrétaire d’État à la culture de ce pays, puis attachée culturelle à Paris, à Rome, avant de rompre définitivement avec Cuba lors de l’avènement du Parti unique en 1960. Elle s'est alors installée à Paris.

Nivaria Tejera fut d'abord éditée à Cuba (trois recueils de poésie entre 1949 et 52), puis découverte en France par Claude Couffon (qui traduisit le livre) et Maurice Nadeau (qui publia aux Lettres nouvelles en 1958 son premier roman, Le Ravin).

Elle meurt le (à 86 ans) dans un hôpital parisien des suites d'un cancer du pancréas[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • Le Ravin (Lettres Nouvelles, 1958 ; Actes-Sud, 1986 ; La Contre Allée, 2013) - traduction de Claude Couffon
  • Somnambule du soleil (Lettres Nouvelles, 1970) - traduction d'Adélaïde Blasquez
  • Fuir la spirale (Actes Sud, 1986) - traduction de Jean-Marie Saint-Lu
  • Trouver un autre nom à l'amour (La Contre Allée, 2015) - traduction de François Vallée

Poésies[modifier | modifier le code]

  • Paris Scarabée (Ed. Ulysse/Fin de siècle, 1995) - traduction de Nicole Laurent Catrice

Essai[modifier | modifier le code]

  • J'attends la nuit pour te rêver, Révolution (L'Harmattan, 2002) - traduction de François Vallée

Références[modifier | modifier le code]

  1. (es) « Muere en París la escritora Nivaria Tejera », sur diariodecuba.com,‎

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claude Couffon, Poésie cubaine du XXe siècle (éd. bilingue), Patiño, Genève, 1997, p. 298-299 : Mi niña / Ma fille ; p. 452-453 : Rueda del exilado / Ronde de l'exilé ; p. 523 : notice biographique (ISBN 2-88213-025-2)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]