Nivard de Clairvaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Nivard de Clairvaux
Image illustrative de l’article Nivard de Clairvaux
Bienheureux
Naissance vers 1100
Château de Fontaine-lès-Dijon, duché de Bourgogne
Décès 1150 
Abbaye de Clairvaux, comté de Champagne
Ordre religieux Cistercien
Vénéré à Abbaye de Clairvaux
Fête 7 février

Nivard de Clairvaux (né vers 1100 au château de Fontaine-lès-Dijon, mort en 1150[1] à l'abbaye de Clairvaux) est un moine cistercien. Il est le frère de Bernard de Clairvaux[1]. Bienheureux, il est fêté le 7 février[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le plus jeune enfant de Tescelin le Roux (de) et son épouse Alèthe. Lorsque Bernard entre dans l'abbaye de Cîteaux avec tous les autres frères à l'exception de Nivard, vers 1112, ils laissent le petit garçon à son père, puisqu'il est toujours mineur. Plus tard Nivard suit ses frères et devient moine à Clairvaux.

Nivard est impliqué dans un grand nombre de fondations de monastères. En 1132, Bernard envoie son plus jeune frère à Vaucelles, où Nivard est nommé maître des novices[1]. En 1135, Bernard lui confie une responsabilité encore plus grande, la fondation de l'abbaye de Buzay. Prieur, Nivard échoue à cause de difficultés matérielles. De retour à Clairvaux, il participe à nouveau à la fondation de l'abbaye du Val-Richer. Il serait parti en Espagne pour visiter l'abbaye de Santa Espina (de)[2].

On n'a aucun document sur le décès de Nivard. Il est probablement mort dans la seconde moitié du XIIe siècle comme moine à Clairvaux.

Il est généralement représenté dans son enfance, à côté de Bernard. Devenu moine, il apparaît souvent dans des peintures portant des vêtements séculaires, notamment dans la scène d'adieu avec Bernard.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « Bienheureux Nivard », sur Nominis (consulté le 12 janvier 2019)
  2. (en) Thomas Merton, In The Valley of Wormwood: Cistercian Blessed and Saints of the Golden Age, Patrick Hart, , p. 73-74

Source de la traduction[modifier | modifier le code]