Nissan Skyline GT-R

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Nissan Skyline GT-R
Image illustrative de l’article Nissan Skyline GT-R

Marque Drapeau : Japon Nissan
Années de production 1969 - 1973
1989 - 2002

La Nissan Skyline GT-R est une voiture de sport basée sur les modèles de la gamme Skyline du constructeur nippon. Cinq générations furent produites en deux périodes, de 1969 à 1973 puis de 1989 à 2002. Elles s'illustrèrent dans de nombreuses compétitions internationales, avec de nombreuses victoires à la clé. Le terme GT-R vient de Gran Turismo Racing[1]. La Nissan GT-R, bien qu'étant de la même lignée, ne porte plus le nom de Skyline car elle ne dérive plus d'un modèle existant.

Genèse[modifier | modifier le code]

L'après-guerre et la renaissance du sport automobile[modifier | modifier le code]

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, l'économie japonaise est totalement exsangue et beaucoup d'infrastructures industrielles ont été détruites. La firme Prince (en), née des cendres de l’avionneur Tachikawa produit alors un petit véhicule électrique, le Tama, qui restera populaire chez les taxis jusqu'au début des années 1950 en raison des pénuries de carburant. Durant la seconde moitié des années 1950, les Japonais commencent à accéder à la propriété automobile avec des voitures de petites tailles comme la Datsun 110 (en) ou la Subaru 360.

Shinichirō Sakurai, l'ingénieur emblématique à l'origine de la gamme des Skyline, en 1953.
La Prince Skyline de première génération, une berline statutaire bien plus imposante que les standards de l'époque.

Contrairement aux autres constructeurs automobiles, Prince (en) se démarque dès 1957 en proposant une voiture de grande taille, relativement luxueuse, la Skyline. Conçue en grande partie par le jeune ingénieur Shinichirō Sakurai, elle est dotée à l'origine d'un moteur de 1,5 L de cylindrée, puis de 1,9 L[2].

Un coupé sportif, dérivé de la berline et dessiné par l'italien Giovanni Michelotti fait son apparition à l'édition 1960 du Salon de l'automobile de Turin[3]. Du nom de Prince Skyline Sport, ce modèle fort de 94 ch pouvait atteindre les 150 km/h[4]. Ils seront engagés dès 1963 lors du premier Grand Prix du Japon qui eut lieu sur le tout nouveau circuit de Suzuka. Vaincue devant 200 000 spectateurs par la Datsun Fairlady 1500 (en) no 39 pilotée par Genichiro Tahara[5], l'équipe dirigée par Shinichirō Sakurai décida de revoir totalement sa copie pour l'année suivante[3].

Le début d'un mythe[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Prince Skyline 2000GT.
La Prince Skyline 2000GT de 1964, ancêtre de la GT-R.

La seconde génération de la Prince Skyline voit le jour en novembre 1963. Plus légère de 300 kg[3], la S50 se voit bien mieux armée pour la course que la génération précédente. Cependant, Sakurai a voulu aller plus loin en greffant le six cylindres en ligne de 2,0 L de la Prince Gloria (en) en lieu et place du quatre cylindres de 70 ch équipant les Skyline de série. Pour ce faire, la voiture a été rallongée de 15 cm entre la cloison pare-feu et les ailes avant, ce qui a aussi eu pour effet de d'allonger l'empattement[3].

Afin d'être engagés dans la catégorie GT-II au Grand Prix du Japon, les véhicules doivent être produits à un minimum de cent exemplaires[3]. Portant le nom de code de S54, leur assemblage ne sera terminé que deux jours avant la course[3].

Le mythe GT-R naquit au Grand Prix du Japon de 1964, qui se déroula sur le circuit de Suzuka. Le constructeur Prince (en) avait alors engagé un grand nombre de Skyline 2000GT. Ces automobiles étaient légères et la puissance de leurs six cylindres écrasaient la concurrence nippone. Cependant, un pilote privé avait engagé une Porsche 904, qui les empêchèrent de briguer la victoire. Elles occupèrent alors les 5 places suivantes[3] et Prince (en) décida de construire une sportive à moteur central arrière, la R380, dont le moteur équipera la petite berline de chez Nissan. La 2000 GT ne subit ensuite que de légères modifications jusqu'à la fin de sa production, en 1968.

Versions[modifier | modifier le code]

Première génération (1969 - 1972)[modifier | modifier le code]

Nissan Skyline 2000 GT-R
(PGC10 et KPGC10)
Image illustrative de l’article Nissan Skyline GT-R

Marque Drapeau : Japon Nissan
Années de production 1969 - 1972
Production PGC10:
832 exemplaires
KPGC10: 1197 exemplaire(s)
Classe Voitue de sport
Usine(s) d’assemblage Musashimurayama,
Drapeau du Japon Japon
Moteur et transmission
Énergie Essence
Moteur(s) 6 cylindres en ligne
Position du moteur longitudinale avant
Cylindrée 1989 cm3
Puissance maximale 160 ch (117 kW)
Couple maximal 177 Nm
Transmission Propulsion
Boîte de vitesses Manuelle à 5 rapports
Poids et performances
Poids à vide PGC10: 1120 kg
KPGC10: 1100 kg
Vitesse maximale 200 km/h
Accélération 0 à 100 km/h en 8,5 s
Consommation mixte 47,7 L/100 km
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Berline 4 portes (PGC10)
Coupé 2 portes (KPGC10)
Coefficient de traînée 0.45
Freins AV: disques

AR: tambours

Dimensions
Longueur PGC10: 4400 mm
KPGC10: 4330 mm
Largeur 1665 mm
Hauteur 1370 mm
Empattement PGC10: 2640 mm
KPGC10: 2570 mm
Voies  AV/AR 1370 mm  / 1365 mm

La Skyline 2000 GT-R, présentée à l'automne 1968 au 15e salon de l'automobile de Tokyo, est commercialisée à partir du [6] sous la forme d'une berline sportive profitant d'une version adaptée pour la route du moteur de la Prince R380 de course[7]. En 1971, le coupé est présenté. Grâce à son empattement raccourci, son poids ne s'élève plus qu'à 1 100 kg, soit 20 de moins que la berline. Son surnom, Hakosuka (ハコスカ, hakosuka?), vient de la contraction du mot Hako (, hako?), désignant une boîte en japonais, et de Suka (スカ, suka?), le diminutif de Skyline (スカイライン, sukairain?). Il va sans dire que ce surnom lui vient de son profil à l'aérodynamique peu flatteuse.

Le dessin reprend les traits de la 2000 GT en y ajoutant une certaine dose d'agressivité. Par rapport à la berline, le coupé est plus court de 65 mm, plus large de 55 mm et plus bas de 15 mm

Si les caractéristiques sont ambitieuses, la (K)PGC10 n'est pas pour autant le modèle de série le plus performant du marché. La Fairlady 2000 ou la Toyota 2000GT obtienne de meilleurs résultats chrono, notamment sur le quart de Mile départ arrêté.


Mais tout comme l'a dit Louis Lefebvre, "Pour être vivante, une légende doit servir". Et ce modèle n'est pas là pour la frime puisque l'ambition de la GT-R est tout simplement de devenir la reine des circuits japonais. La première course qu'elle dispute se déroule sur le Fuji Speedway en Mai 1969. Face à elle, les Toyota Corona 1600GT5 qui dominent le championnat. Fin de la course, le résultat tombe : 1ère et 2ème place pour la GT-R, la légende débute !


Pour faire très simple, de Mai 1969 à Janvier 1971, la GT-R remporte toutes les courses de sa catégorie auxquelles elle participe ! On lui compte pas moins de 36 victoires d'affilée ! Quand la PGC10 est alignée sur la piste, ses adversaires ne peuvent se battre que pour les seconds rôles.


7 Mars 1971, première course à Suzuka et première victoire de catégorie pour la KPGC10, qui porte ainsi à 37 le nombre de victoires enchaînées de la GT-R. Elle va continuer à glaner victoire sur victoire pour atteindre le chiffre hallucinant de 49 succès d'affilée !


Le 50ème, qui lui tendait les bras, n'aura pas lieu à cause d'une casse de direction. La Skyline de Kubota et Sugizaki, alors en 1ère position, rentre au stand et, malgré leur retour en course, laisse filer Mazda vers la victoire.


Ironie de l'histoire, c'est lors de la course suivante sur le circuit du Fuji Speedway, celui-là même qui avait connu les débuts de la PGC10, que la GT-R atteint finalement la barre des 50 succès.


Aspect extérieur[modifier | modifier le code]

La Skyline 2000 GT-R dispose d'extensions de carrosserie sur les ailes arrière.


Habitacle[modifier | modifier le code]

La présentation de l'habitacle varie entre la berline et le coupé. Sur la berline, le conducteur fait face à un volant à trois branches métalliques, dont le cerclage est fait de cuir ou de bois[8]. Bois que l'on retrouve également sur la planche de bord et sur le tunnel central. L'instrumentation se compose d'un compte-tours et d'un indicateur de vitesse, le premier étant gradué jusqu'à 10 000 tr/min et l'autre jusqu'à 240 km/h. Ils sont situés de part et d'autre de deux cadrans superposés, l'un pour l'indicateur de température du liquide de refroidissement moteur et l'autre pour l'indicateur de pression d'huile. Deux autres cadrans sont présents sur la console centrale, un pour l'ampèremètre et l'autre pour la jauge de carburant[9].

La partie supérieure de la console centrale pouvait se parer en option d'une horloge, d'un poste de radio et d'un panneau de commande pour l'air conditionné. La partie inférieure arbore quant à elle l'insigne « 2000GT ». Le pommeau du levier de vitesse se pare de bois et le schéma de la grille de commande de la boîte de vitesses est rouge[9].

Dans le coupé, l'ambiance se fait plus sombre. Le volant, toujours à trois branches, propose sur ce modèle d'un cerclage noir[8]. La planche de bord perd une grande partie de ses plaquages en bois et le conducteur dispose désormais d'une instrumentation complète derrière le volant. Le compte-tours et l'indicateur de vitesse sont désormais situés au centre du tableau de bord, encadrés de chaque côté par des groupes de deux cadrans, ampèremètre et indicateur de pression d'huile à gauche, indicateur de température du liquide de refroidissement moteur et jauge de carburant à droite.

Dans les deux versions, la Skyline 2000 GT-R dispose de sièges en vinyle noir à l'avant et d'une banquette du même matériau à l'arrière[8]. Les sièges avant du coupé sont légèrement plus enveloppant que ceux de la berline, notamment au niveau des hanches[10].

Châssis, freins et suspensions[modifier | modifier le code]

La base est celle de la Bluebird 510 : suspension McPherson à l'avant et bras oscillants à l'arrière. Elle est freinée par 2 disques à l'avant et 2 tambours à l'arrière et chaussée en 6.45-14-4PR avec un réservoir de 100 litres.

Moteur et transmission[modifier | modifier le code]

Le S20 est monté longitudinalement dans la baie moteur de la Skyline 2000 GT-R.

La Skyline 2000 GT-R est mue par un moteur à six cylindres en ligne de 1 989 cm3, le S20, dérivant du GR8 équipant la Prince R380. Bien qu'adoucit par rapport au GR8, le S20 reste néanmoins un moteur pointu, délivrant ses 160 ch (117 kW) à 7 000 tr/min. Le couple maximum, obtenu à 5 600 tr/min, s'élève à 177 Nm. L'alimentation se fait au moyen de trois carburateurs Mikuni (en) double corps N40PHH puis d'une injection à partir de 1969. La distribution est assurée par deux arbres à cames en tête actionnant 24 soupapes ; l’entraînement se fait par chaîne[7].

Le moteur est couplé à une boîte de vitesses inédite à 5 rapports qui transmet la puissance aux roues arrière par le biais d'un différentiel à glissement limité[11].

Deuxième génération (1973)[modifier | modifier le code]

La deuxième génération de la Skyline GT-R  a été lancée en novembre 1972 puis commercialisée en janvier de l’année suivante. Propulsée par un moteur DOHC 24 soupapes 6 cylindres en ligne (S20).

Nissan Skyline 2000 GT-R
(KPGC110)
Image illustrative de l’article Nissan Skyline GT-R

Marque Drapeau : Japon Nissan
Années de production De janvier à avril 1973
Production 197[12] exemplaire(s)
Classe Voiture de sport
Usine(s) d’assemblage Musashimurayama,
Drapeau du Japon Japon
Moteur et transmission
Énergie Essence
Moteur(s) 6 cylindres en ligne
Position du moteur longitudinale avant
Cylindrée 1989 cm3
Puissance maximale 160 ch (117 kW)
Couple maximal 177 Nm
Transmission Propulsion
Boîte de vitesses Manuelle à 5 rapports
Poids et performances
Poids à vide 1145 kg
Vitesse maximale 195 km/h
Accélération 0 à 100 km/h en 8.9 s
Consommation mixte 14,8 L/100 km
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Coupé 2 portes
Coefficient de traînée 0,45
Freins Disques (avant et arrière)
Dimensions
Longueur 4460 mm
Largeur 1695 mm
Hauteur 1380 mm
Empattement 2420 mm
Voies  AV/AR 1395 mm  / 1375 mm

Mais cette génération a eu une carrière de seulement quatre mois, arrêtée par le premier choc pétrolier et par une de ces conséquences en particulier, à savoir la mise en place de normes plus strictes concernant les émissions polluantes[12].

A cause de cet arrêt précipité. cette GT-R ne fut produite qu'à 197 exemplaires.

Le moteur est le même que celui de la génération précédente, à savoir le S20.

Aspect extérieur[modifier | modifier le code]

Cette génération se caractérise par sa carrosserie de type Fastback, inspirée par les voitures américaines de l'époque.

C'est la première GT-R qui verra l'apparition des 4 feux ronds qui reste encore aujourd’hui l'emblème spécifique de la lignée des GT-R.

Cette génération de Skyline GT-R verra l'apparition des quatre feux ronds.

Habitacle[modifier | modifier le code]

Le conducteur faut face à un volant 3 branche métalliques avec un cerclage en cuir ou en bois, la plache de bord et la console centrale est faite de bois ou d'aluminium.

Les tapis de sol sont en tissus bicolore rouge et noir ou blanche et grise, les sièges baquets, la banquette arrière et les garnitures de portes sont en cuir noir.

Châssis, freins et suspensions[modifier | modifier le code]

Elle fut la première GT-R et l’une des premières voitures japonaises équipée de quatre freins à disque.

Elle reçu notamment un allumage transistorisé, une chaîne de distribution à double rouleau, une direction à rapport variable, une suspension type MacPherson, une suspension arrière à bras tirés et un différentiel à glissement limité. Elle est assise sur du 175-HR14.

Ses technologies sophistiquées l’ont rendue particulièrement populaire chez les conducteurs en quête de sensations et de performances.

Moteur et transmission[modifier | modifier le code]

Elle reçu également le moteur S20 DOHC 24 soupapes comme sa prédécesseur la (K)PGC10 et la Fairlaidy Z 432 (PS30).

Troisième génération (1989 - 1995)[modifier | modifier le code]

Nissan Skyline GT-R
(E-BNR32)
Image illustrative de l’article Nissan Skyline GT-R

Marque Drapeau : Japon Nissan
Années de production 1989 - 1995
Production 43 937 exemplaire(s)
Classe Voiture de sport
Usine(s) d’assemblage Musashimurayama,
Drapeau du Japon Japon
Moteur et transmission
Énergie Essence
Moteur(s) 6 cylindres en ligne
Position du moteur longitudinale avant
Cylindrée 2568 cm3
Puissance maximale 280 ch (206 kW)
Couple maximal 353 Nm
Transmission Intégrale
Boîte de vitesses Manuelle à 5 rapports
Poids et performances
Poids à vide 1430/1480 kg
Vitesse maximale 248 km/h
Accélération 0 à 100 km/h en 5,4 s
Consommation mixte 14 L/100 km
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Coupé 2 portes
Châssis KBNR32RXFS
Coefficient de traînée 0.40
Direction Crémaillère à assistance variable
Freins AV: disques ventilés 296 mm (324 mm sur la NISMO)

AR: disques ventilés 295 mm (300 mm sur la NISMO)

Dimensions
Longueur 4545 mm
Largeur 1755 mm
Hauteur 1340 mm
Empattement 2615 mm
Voies  AV/AR 1480 mm  / 1480 mm


Après seize longues années d'attente, la Skyline GT-R revient sur le devant de la scène avec ce modèle, la R32. Propulsée par un moteur DOHC de 2,6 litres avec un 6 cylindres en ligne (RB26DETT) développant 280 ch, elle fut la première GT-R à bénéficier de la fameuse transmission intégrale ATTESA E-TS (les anciens modèles de GT-R étaient toutes en propulsion). Elle bouclera le Nurburgring en 8 minutes et 22 secondes.

Le sigle GT-R refait son apparition sur la malle arrière après seize ans d'absence.

En février 1990 a été introduite la GT-R NISMO qui a été produite avant toutes choses pour courir en Groupe A était homologuée avec un certain nombre de changements pour être plus performante, l'aérodynamique fut retravaillé, le poids était plus contenue et la mécanique a été fiabilisé. Les modifications aérodynamiques comprennent:

Deux ouvertures supplémentaires dans le pare-chocs avant et le retrait de la grille protectrice en nid d'abeille (si vous avez le nom exact mettez-le) pour améliorer le flux d'air pour l’échangeur thermique (FMIC), une prise d'air sur le capot pour avoir un plus gros apport d'air dans le compartiment moteur, des rebords plus profonds à l’arrière et un becquet retravaillé pour un meilleur appui. La spécification NISMO supprime l’ABS, ainsi que l’essuie-glace arrière pour gagner du poids. Globalement, la GT-R NISMO pèse 1 400 kg contre 1 430 kg pour la GT-R standard. La GT-R NISMO était uniquement disponible en Gun Grey Metallic ou "KH2".

Mais pour courir en Groupe A, une règle exigeaient une production de 500 unités, conformément au règlement spécial "Evolution", mais 60 autres ont été produites et conservées par Nissan pour devenir des voitures de course, portant la production totale à 560 unités.

Parmi les autres modifications mineures, mais notables, figurent un logo "NISMO" sur la partie arrière droite du coffre et sur les sièges avants, les commandes minimalistes de la radio sur la console centrale (la radio étant facultative) et des disques de freins percés. Les options disponibles de la marque NISMO comprennent un compteur de vitesse allant à 300 km/h, un système d’échappement catback de 3 pouces (~7,5 cm) de diamètre, une suspension avant renforcée, des amortisseurs plus fermes, des jantes en alliage de 17 pouces et un aileron arrière avec un troisième feu stop intégré.

Toutes les R32 GT-R NISMO ont le code KBNR32RXFSL RA. Les plaques numérotées vont de BNR32-100001 à BNR32-100560.

La Skyline GT-R N1 apparaît en 1991. Cette version, produite à seulement 228 exemplaires[13], s'allège en perdant l'ABS, la climatisation et son système audio. L'allègement se poursuit avec la suppression de l'essuie-glace arrière et de la moquette de coffre ainsi qu'avec l'utilisation de phares plus légers[13]. L'unique coloris proposé étais le Cristal Whyte ou "326"[13].


À partir de février 1993, Nissan célèbre ses victoires avec la série V-Spec pour Victory Specification. Cette version reçoit derrière de nouvelles jantes BBS de 17", des freins Brembo et l'ATTESA E-TA est recalibré[13]. Un an plus tard, en février 1994, le constructeur remet le couvert avec la V-Spec II, qui propose seulement des pneus plus large que sur la V-Spec[13].

BNR32 N°12 Groupe A livrée Calsonic qui a dominée sa catégorie.

La GTR R32 s'est fait une incroyable réputation en course automobile:

Elle est resté invaincue avec 29 victoires consécutives entre 1990 et 1993 sur l’ensemble des courses du Championnat Japonais des Voitures de Tourisme JTCC. Cette version fait 1200 kg pour 600 cheveux et 10 000 tr/m.

Vainqueur des 24h de Spa-Francorchamps en 1990 et 1991.

Vainqueur des 24h du Nurburgring en 1991.

Vainqueur du Bathurst 1000 en 1991 et 1992.

Voiture vainqueur de l'édition 1991 des 24 Heures de Spa.

Ce sont des journalistes australiens qui lui donneront le surnom de Godzilla, car cette voiture détruit tous sur son passage !!!!


À l'époque, le championnat All Japan Touring Car était classé dans la catégorie groupe A. Sur les 29 courses des quatre séries disputées entre 1990 et 1993, la R32 GT-R a remporté le titre en tant que champion incontesté. Elle remporta également la dernière course du championnat du groupe A en 1993, mettant ainsi un point d'honneur à ce chapitre de l'histoire de la GT-R (à partir de 1994, le groupe A fut remplacé par la Super Touring Car).

Aspect extérieur[modifier | modifier le code]

La GT-R R32 est une déclinaison 2 portes de la berline

Habitacle[modifier | modifier le code]

Sièges baquets et banquette arrière en tissu bicolore noir et gris, tableau en plastique noir et volant cuir trois branches.

Châssis, freins et suspensions[modifier | modifier le code]

Coque autoporteuse,

Poids à vide de 1430 kg (de mars 1989 à décembre 1991) puis 1480 kg

(de janvier 1992 à janvier 1995).

La capitée du réservoir est de 72 litres.

Suspensions avant et arrière: essieu multibras avec barre anti-rapprochement,

Pneumatique: 225-50-R16 92V

Moteur et transmission[modifier | modifier le code]

Type de moteur: 6 cylindres en ligne (RB26DETT)

Disposition: longitudinale avant

Énergie: Essence

Cylindrée: 2568 cm³

Alésage course: 86 x 73.7 mm

Compression: 8.5:1

Distribution: double arbre à came en tête (24 soupapes)

Alimentation: Injection électronique monopoint

Suralimentation: Bi-turbo T28

Puissance: 280 ch à 6800 tr/min

Couple: 353 Nm (36.2 mkg) à 4400 tr/min

Ratio au litres : 109 ch/L (80 kW/L), 137 Nm /L

Régime maximal: 8000 tr/min

Transmission intégrale intelligente (propulsion capable de mettre jusqu'à 50% du couple à l'avant), boite manuelle 5 vitesses.


Il y avait un problème de lubrification commun avec les moteurs RB26 de la Skyline R32 d'avant 1992, comme la surface où le vilebrequin et l'huile moteur se réunissaient était trop petitement usiné, cela menait à une rupture de la lubrification à un régime moteur élevé ce qui pouvait entraîner à une casse moteur. Ce problème fut donc réglé pour les versions suivante du RB26 .

Sur le moteur RB26DETT standard, la turbine dans le turbocompresseur est faite à partir de céramique.Les turbine en céramique s'avèrent très incertaines une fois utilisées à températures élevées (comme quand les turbocompresseurs sont utilisés à une surpression plus élevée que celle de série). Ce défault fut corriger sur les versions NISMO et N1 avec une turbine en acier.


Production:

GT-R (série 1) = 17 316

GT-R NISMO = 560

GT-R (Australie) = 100

GT-R (série 2) = 11 187

GT-R (série 3) = 11 827

V-Spec = 1396

V-Spec II = 1306

N1 = 245, GT-R N1 = 118, V-Spec N1 = 64, V-Spec II N1 = 63.

Total = 43 937


Quatrième génération (1995 - 1998)[modifier | modifier le code]

La GT-R R33 a été lancée en janvier 1995 avec le modèle de base, la GT-R et la V-Spec. Cette V-Spec pesait 10 kg de plus mais avait une suspension plus sportive ce qui réduisait sa garde au sol. La V-Spec avait également la nouvelle transmission intégrale ATTESA E-TS Pro qui comprenait un différentiel à glissement limité actif. Le modèle V-Spec comprenait également un système ABS à canaux indépendants aux quatre roues .


Bien qu’un peu plus grande et plus lourde que le modèle précédent, la GT-R de quatrième génération baptisée R33 s’est rapidement distinguée par une meilleure stabilité grâce à une répartition du poids repensée, une structure de carrosserie plus rigide, un contrôle de traction optimisé, et une vitesse de pointe accrue qui passe de 248 km/h (pour la R32) à 270 km/h . Elle a ainsi réalisé un temps de 7 minutes 59 secondes au Nurburgring soit 23 secondes de moins que la R32.


Parallèlement à l’introduction des R33 GT-R et GT-R V-Spec, Nissan lance la V-Spec N1. Les modifications apportées à la R33 N1 sont similaires à celles de la R32 N1. La voiture a été allégée avec la suppression de l’ABS, la climatisation, le système audio, l'essuie-glace arrière et le tapis de coffre. La R33 GT-R V-Spec N1 a reçu le moteur de la R33 N1 qui a été légèrement revisité.

La R33 a cessé sa production en novembre 1998.

Nissan Skyline GT-R
(E-BCNR33)
Image illustrative de l’article Nissan Skyline GT-R

Marque Drapeau : Japon Nissan
Années de production Janvier 1995 - novembre 1998
Production 16 668 exemplaire(s)
Classe Voiture de sport
Usine(s) d’assemblage Musashimurayama,
Drapeau du Japon Japon
Moteur et transmission
Moteur(s) 6 cylindres en ligne
Position du moteur longitudinale avant
Cylindrée 2568 cm3
Puissance maximale 280 ch (206 kW)
Couple maximal 368 Nm
Transmission Intégrale
Boîte de vitesses Manuelle à 5 rapports
Poids et performances
Poids à vide 1540 kg
Vitesse maximale 270 km/h
Accélération 0 à 100 km/h en 5,6 s
Consommation mixte 14,4 L/100 km
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) 2 portes
Châssis coque autoporteuse
Suspensions Multibra
Freins AV: disques ventilés 324 mm

AR: disques ventilés 300 mm

Dimensions
Longueur 4675 mm
Largeur 1780 mm
Hauteur 1360 mm
Empattement 2720 mm
Voies  AV/AR 1480 mm  / 1490 mm

Aspect extérieur[modifier | modifier le code]

Les éléments aérodynamiques sont plus imposants que ceux de la génération précédente.

Habitacle[modifier | modifier le code]

Châssis, freins et suspensions[modifier | modifier le code]

La R33 a une coque autoporteuse, son poids est de 1540 kg, elle possède une suspension multibra sur les 2 essieux, des étrier 4 pistons à l'avant, 2 pistons à l'arrière et du 245/45ZR17 en pneumatique.

Moteur et transmission[modifier | modifier le code]

La BCNR33 possède un RB26DETT poussé à 305 chevaux en Grande Bretagne. Une ancienne réglementation Japonaise interdisait la vente de véhicules particuliers de plus de 280 chevaux et bridait la vitesse de pointe à 180 km/h.

Production:

  • GT-R (série 1) = 5050
  • V-Spec (série 1) = 4095
  • Inconnues (série 1) = 14 (voitures de pré-production ou anciennes comprenant GT-R, V-Spec et V-Spec N1).
  • GT-R (série 2) = 2291
  • V-Spec (série 2) = 1203
  • LM limitée = 188 (86 GT-R LM limitée, 102 V-Spec LM limitée)
  • GT-R (série 3) = 1958
  • V-Spec (série 3) = 1270
  • Autech Version 40th Anniversary = 416
  • N1 = 86 (série 1 = 55 modèles connues, série 2 = 21, série 3 = 10)
  • V-Spec Grande Bretagne = 97 (94 modèles plus 3 prototypes)
  • Production totale = 16 668


GT-R LM:

Basée sur la GT-R R33, la version LM devait avoir son homologue routier pour courir en LM GT1. Elle devait également disposer d'une transmission arrière contrairement au modèle de série qui disposait d'une transmission intégrale. Nismo, le préparateur de Nissan conçu alors un unique exemplaire homologué correspondant aux contraintes imposées par l'ACO. À partir de là, rien de plus simple que d'effectuer les modifications nécessaires à l'engagement en LM GT1, puisque le modèle de série avait été conçu en vue de rouler au Mans. La Nissan Skyline GT-R LM était née.

Unique R33 NISMO GT-R LM homologuée route exposée au siège de Nissan.
GT-R LM N°22 des 24h Du Mans 1995.

400 R:


Pour célébrer la participation de la première R33 au 24h Du Mans, Nissan annonce en février 1996, une version limité de sa GT-R R33:

La NISMO 400R.

C'est un dérivé de la R33 avec quelques améliorations:Les pistons, bielles, et le vilebrequin ont été remplacés. Sur la culasse les canaux ont été polis, un intercooler est monté et la pression des turbos est augmentée. Un embrayage à double disques est utilisé pour passer le couple plus important que sur la BCNR33 de base.

Cinquième génération (1999 - 2002)[modifier | modifier le code]

La GT-R R34 fut la dernière version du fleuron de la gamme Nissan propulsée par le moteur RB26DETT et équipée du système ATTESA E-TS Pro à transmission intégrale. Grâce à sa carrosserie plus rigide et à une structure plus compacte que la version précédente, (l’empattement de la R34 mesurait 55 mm de moins que celui de la R33), la cinquième génération de la GT-R affichait une maniabilité et des performances accrues. Des équipements aérodynamiques revisités et un nouveau design générant davantage d’appui aérodynamique participèrent à créer un look athlétique avec une face avant très agressive.

Nissan Skyline GT-R
(GF-BNR34)
Image illustrative de l’article Nissan Skyline GT-R

Marque Drapeau : Japon Nissan
Années de production 1999 - 2002
Production 11,577 exemplaire(s)
Classe Voiture de sport
Usine(s) d’assemblage Musashimurayama,
Drapeau du Japon Japon
Moteur et transmission
Énergie Essence
Moteur(s) 6 cylindres en ligne
Position du moteur longitudinale avant
Cylindrée 2568 cm3
Puissance maximale 280 ch (206 kW)
Couple maximal 392 Nm
Transmission Intégrale
Boîte de vitesses Manuelle à 6 rapports
Poids et performances
Poids à vide 1560 kg
Vitesse maximale 271 km/h
Accélération 0 à 100 km/h en 5,1 s
Consommation mixte 14,5 L/100 km
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) 2 portes
Châssis Coque autoporteuse
Suspensions Multibra
Freins AV: disques ventilés 324 mm

AR: disques ventilés 300 mm

Dimensions
Longueur 4600 mm
Largeur 1785 mm
Hauteur 1360 mm
Empattement 2665 mm
Voies  AV/AR 1480 mm  / 1490 mm

Aspect extérieur[modifier | modifier le code]

La couleur Millenium Jade (JW0) de cet exemplaire est uniquement disponible sur les versions Nür.

Habitacle[modifier | modifier le code]

Châssis, freins et suspensions[modifier | modifier le code]

Moteur et transmission[modifier | modifier le code]

La Nissan Skyline GT-R (R34) possède un moteur longitudinal avant ayant 6 cylindres en ligne de 280 chevaux au Japon ou gonflé à 320 chevaux en Grande Bretagne.

Elle possède la transmission intégrale ATTESA E-TS Pro, et une boite manuelle à 6 rapport.[14]1

Pneumatique: 245/40ZR18

Production:

  • GT-R (série 1) = 2,709
  • V-Spec = 4,193
  • V-Spec N1 = 38
  • V-Spec Grande Bretagne = 80
  • V-Spec Hong Kong = 10
  • V-Spec Nouvelle Zélande = 5
  • V-Spec Singapour = 10
  • Inconnues (série 1) = 20 (voitures de pré-production incluant les GT-R (série 1), V-Spec et V-Spec N1).
  • GT-R (série 2) = 1,268
  • V-Spec II = 1,855
  • V-Spec II Nür = 718
  • V-Spec II N1 = 18
  • V-Spec II Nouvelle Zélande = 2
  • M-Spec = 366
  • M-Spec Nür = 285
  • NISMO Z-Tune = 19 La Z-TUNE est un modèle spéciale sortie entre 2003 et 2007 fait par NISMO sur 19 V‑spec II d’occasion avec un RB de 2.8L avec 500 chevaux et 540 Nm de couple. Elle est reconnaissable grâce à son kit carrosserie spécifique qui la rends plus large et plus basse.
  • Total = 11,577


Z-TUNE:

L'objectif de NISMO avec la Z-TUNE est de construire la voiture de sport ultime mais avec seulement 20 exemplaires de prévus à cause d'une base qui fut arrêtée en 2002. NISMO s'inspire de deux voitures pour leur Z-TUNE: la Nismo R34 GT‑R V-Spec II Nür qui est engagée aux 24 Heures du Nürburgring par l'écurie Falken et la Skyline de Super Taikyu. Le but est d'en faire une GT moderne civilisée avec climatisation, sellerie cuire, ect...

Si 20 exemplaires étaient prévus, il n’en est fabriqué que 19 au final, incluant deux prototypes entre 2003 et 2007. Ce sont donc 19 GT‑R R34 V‑spec II d’occasion qui sont rachetée par NISMO pour subir des modifications plus que particulières, les voitures achetées ont toutes moins de 30 000 km et sont dans de parfaites conditions.

Toutes les voitures sont minutieusement démontés puis remontés à la main dans les mêmes conditions q'une voiture de course.Le châssis est renforcé et certaines pièce sont remplacées par de la fibre de carbone comme dans le compartiment moteur et sur le tunnel de transmission.


La Z-UNE s'offre une carrosserie spécifique en carbone avec une peinture exclusivement grise (il faut savoir qu'une Z-TUNE est sortie des usines en Midnight Purple "LV4" et que plus tard, NISMO repeins une autre Z-TUNE également en Midnight Purple "LV4") qui lui donne un air plus que sauvage.

L'intérieur est fait en cuir bicolore noir et rouge, toutes la sellerie (garniture de porte comprise) est en cuir noir et rouge. Les compteurs blancs font contraste avec une planche de bord entièrement noir, la console centrale est grise avec un écran au sommet de celle-ci qui permet de paramétrer entièrement la voiture.


La cylindrée passe à 2771 cm3 avec des pistons forgés spécifiques, le moteur se voit recevoir deux turbo IHI, un vilebrequin et des bielles provenant directement des GT500. L'alésage piston passe à 87 x 77,7 mm, le taux de compression reste à 8.5:1 comme le régime moteur qui est de 8000 tours/minutes. La puissance est de 500 ch et 540 Nm de couple. Chaque moteur reçoivent une plaque numérotée de 1 à 19 avec la mention modification Z2.

Un échappement en titane spécifique est créé, la transmisson ATTESA E-TS Pro est conservée, la boîte mécanique à 6 rapports vient de chez Getrag. L’embrayage est développé par Super Coppermix, c'est un double disque en cuivre. L’arbre de transmission est en fibre de carbone et ne pèse que 5.26 kg. La suspension digne d'une planche de bois signée Sachs est entièrement redessinée et largement inspirée des voitures des GT500 et obtient des barres stabilisatrices en titanes et anti-roulis réglables.


Pour arrêter ce dragster homologué pour la route, elle est équipée de freins Brembo spécifiques avec des étriers mono-blocs 6 pistons avec des disques de 365 mm à l'avant et des étriers forgés 4 pistons avec des disque de 355 mm à l'arrière.

Les pneux d'origine Brigestone sont des POTENZA RE01R 265-35-18 montés sur des jantes en aluminium forgées RAYS noir faites spécialement pour la Z-TUNE. Avec un poids raisonnable de 1600 kg, les performances sont au rendez-vous:

Avec un 0-100 km/h en 3,9 secondes et 290 km/h en vitesse de pointe, ce qui fait un 400 m en 10 seconde et un 1000 m en seulement 23 secondes, vous faites face à un vrai monstre qu'il faudra dompter sous peine de se faire dévorer (qui d'ailleurs aime bien glisser).


Cette voiture neuve coûtait 18 000 000 Yens ce qui faisait environ 130 000 € à sa sortie.

R34 NISMO Z-TUNE avec sa couleur grise spécifique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gorodji 2008, p. 10
  2. Hsu 2013, p. 31
  3. a b c d e f et g Hsu 2013, p. 32
  4. Nissan Heritage Collection 2016, p. 1
  5. Hsu 2013, p. 23
  6. Nostalgic Hero 2011, p. 10
  7. a et b Gorodji 2010, p. 13
  8. a b et c J’sネオ・ヒストリック Archives 2009, p. 11
  9. a et b Nissan 1970, p. 13-14
  10. Nissan 1971, p. 3
  11. Gorodji 2010, p. 14
  12. a et b Nissan Heritage Collection 2014, p. 1
  13. a b c d et e (en) « Nissan Skyline R32 GT-R "Godzilla" », sur JL Imports.com.au (consulté le 22 octobre 2012)
  14. « Fiche technique et performances de la Nissan Skyline GT-R (R34) 320 ch (1999-2002) », sur zeperfs.com, (consulté le 22 avril 2017)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Internet[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages utilisés pour la rédaction de l'article[modifier | modifier le code]

https://www.passeportsdelegendes.com/nissan-skyline-gt-r-kpgc10

https://switzerland.nissannews.com/fr-CH/releases/release-146409-nissan-skyline-gt-r-h-ritage#

https://www.youtube.com/watch?v=Pdrl7f2qpNk

https://www.nissan-global.com/EN/HERITAGE/short_story/en_p39-01.html

https://www.nissan-global.com/EN/HERITAGE/249_skyline_gt-r.html

https://www.nissan-global.com/EN/HERITAGE/211_skyline_gt-r_v-spec.html

http://www.automobiles-japonaises.com/Nissan/Nismo/R34GTRZTune.php

Ouvrages en anglais[modifier | modifier le code]

http://gtr-registry.com/en-bnr34-vin-table.php

http://gtr-registry.com/en-bcnr33-vin-table.php

http://gtr-registry.com/400r.php

http://gtr-registry.com/en-bnr32-vin-table.php

http://gtr-registry.com/forum/forum/main-forum/2073-r34-z-010-nismo-z-tune-red-interior-lx0-midnight-purple-iii

http://japanesenostalgiccar.com/happy-30th-anniversary-nismo/

https://www.automobile-catalog.com/model/nissan/skyline_gtr_c10.html

https://www.automobile-catalog.com/car/1973/138785/nissan_skyline_hardtop_2000_gt-r.html

https://www.automobile-catalog.com/model/nissan/skyline_gtr_r32.html

https://www.automobile-catalog.com/model/nissan/skyline_gtr_r33.html

https://www.automobile-catalog.com/model/nissan/skyline_gtr_r34.html

http://nissanskyline.6te.net/GTRZtune.htm

https://www.youtube.com/watch?v=em1Ma0QKxxQ

Ouvrages en japonais[modifier | modifier le code]
  • (ja) « 何かを持ってるスカイライン The Skyline has a Special Charm », Nostalgic Hero, no 143,‎
  • (ja) « レースシーンで圧倒的な強さを誇り、スカイライン神話を不動のものとした初代GT-R », J’sネオ・ヒストリック Archives, no 1344,‎ , p. 105 (ISBN 4777008444)
Brochures[modifier | modifier le code]
  • (ja) Nissan, Nissan Skyline 2000GT-R : (PGC10 1970), , 16 p.
  • (ja) Nissan, Nissan Skyline 2000GT-R : (KPGC10 1971), , 8 p.