Nirmala

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nirmala (homonymie).

Nirmala est un ordre d'ascète, un courant religieux venu du sikhisme qui a vu le jour à la fin du XVIIe siècle ou au début du XVIIIe. Le mot nirmala vient du sanskrit éponyme qui signifie: sans tache, lumineux, brillant. Ses membres suivaient des études religieuses et prêchaient; ils sont appelés sikhs nirmala ou simplement nirmalas. Guru Gobind Singh le dernier gourou humain qui a fondé le sikhisme voulait à l'époque que les textes sanskrits et notamment relevant de la religion hindoue soient traduits en penjabi. Il désirait aussi qu'ils soient appris par les siens. Guru Gobind Singh nomma cinq sages pour aller étudier le sanskrit à Varanasi entre autres ; leurs noms étaient: Karam Singh, Vir Singh, Ganda Singh, Saina Singh et Ram Singh. La piété de ses hommes était devenue telle qu'ils ont été surnommés nirmalas.

Ils ont alors fondés deux monastères principaux à Patiala et Haridwar, même s'ils ont créé des points d'attache à Allahabad et Gaya, par exemple. Leurs contributions depuis le XVIIIe siècle à enrichir la littérature théologique penjabie a été considérable. Au cours des siècles les nirmalas sont devenus une obédience un peu différente du sikhisme traditionnel. Ils croient au dixième gourou et au Guru Granth Sahib. Ils restent célibataires et leur tenue est la même que les saddhus, en ocre. Ils sont très près intellectuellement de l'école de pensée hindoue: le Vedanta[1].


Références[modifier | modifier le code]

  1. The Encyclopaedia of Sikhism dirigée par Harbans Singh, tome III, pages 236 et 237, (ISBN 8173803498)