Nipissing Ouest

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nipissing.
Nipissing Ouest
Barrage hydroélectrique à Nipissing Ouest
Barrage hydroélectrique à Nipissing Ouest
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau de l'Ontario Ontario[1]
Région Nord-Est de l'Ontario
Comté ou équivalent
Statut municipal
Nipissing
Municipalité
Maire
Mandat
Joanne Savage
2010-2014
Constitution 1er janvier 1999
Démographie
Population 14 149 hab. (2011)
Densité 45 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 18′ 49″ nord, 79° 28′ 00″ ouest
Superficie 31 491 ha = 314,91 km2
Divers
Langue(s) parlée(s) Anglais, français
Fuseau horaire Heure de l'Est (UTC-5)
Indicatif +1 705
Code géographique 48055
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ontario

Voir sur la carte administrative d'Ontario
City locator 14.svg
Nipissing Ouest

Géolocalisation sur la carte : Canada

Voir la carte administrative du Canada
City locator 14.svg
Nipissing Ouest

Géolocalisation sur la carte : Canada

Voir la carte topographique du Canada
City locator 14.svg
Nipissing Ouest
Liens
Site web westnipissingouest.ca

Nipissing-Ouest est une municipalité ontarienne située sur la rive nord et sud-ouest du lac Nipissing dans le district du même nom. Elle compte une importante communauté franco-ontarienne.

Géographie[modifier | modifier le code]

La municipalité de Nipissing-Ouest est située dans le district de Nipissing dans le Nord-Est de l'Ontario. Elle se trouve à mi-chemin entre Sudbury et North Bay. La superficie terrestre est de 1 993,63 km2[2]. Le territoire s'étire le long du lac Nipissing et est arrosé par la rivière aux Esturgeons et la petite rivière aux Esturgeons[3]. Plusieurs plans d'eau parsèment le territoire, notamment les lacs Muskosung, Badgerow, Duff, Cache, Pike, Sand, Mud, Tanner et Bain. Le lac Nipissing compte de nombreuses îles dont les îles Gaulais et Hardwood, ainsi que plusieurs découpements comme les baies Collins et Aubin[4].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Centre-ville de Verner.

Le paysage se caractérise par la diversité du territoire rural et de petits hameaux[3]. La municipalité s'est développée autour des centres-villes de Sturgeon Falls et de Verner. Outre ces deux pôles urbains, la municipalité compte plusieurs localités et cantons incluant Cache Bay, Field, Lavigne, River Valley, Kipling, Désaulniers, Evansville/Goulard, Dutrisac/Salter, Leblanc/Sabourin, Janes et Dana, McWilliams, Crerar, Gibbons, Bastedo, Fell, Hugel, Badgerow, Grant, Domrémy, Kirkpatrick, Caldwell et Springer, Collins Bay, Pedley, Beaucage, MacPherson, Loudon, Falconer, Latchford, Bertram, Bain Lake, Tomiko Lake, Chebogomog Lake, Muskosung, Pike Lake[5]. La collectivité est traversée par les grands axes de transport transcanadien est-ouest, soit la route 17 (route Transcanadienne) et le chemin de fer continental du Canadien National[3]. La route 64 relie Verner à Noëlville au sud et Sturgeon Falls à Marten River au nord. La municiplaité est également desservie par les routes secondaires 539 et 575[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premiers habitants de cette région étaient les Anishinaabes, nom qui signifie « peuple des origines ». Cette dénomination inclut les Algonquins, les Outaouais, les Ojibwés et les Potawatomis, des tribus autochtones parlant une racine de langues algonquines présentant une certaine similitude. Le nom Nipissing provient de Nipissingues, groupe améridien habitant la contrée lors du passage de Jean Nicolet en 1620-1629[7]. Au XVIIe siècle les explorateurs français puis les trappeurs et coureurs des bois canadiens-français arpentent cette contrée. Le Chevalier de Troyes fait connaître cet endroit en dynamisant le commerce de la fourrure avec les autochtones et le poste de traite du fort Témiscamingue. L'arpentage des terres débute en 1783. En 1858, le district de Nipissing est créé et en 1881, le Canadien Pacifique implante sa ligne de chemin de fer. La municipalité de Sturgeon Falls est institutée en 1895, Cache Bay en 1903 et Bonfield en 1906[7]. Au début du XXe siècle, des Canadiens français émigrent dans ce canton et renforcèrent, par leur présence, la communauté francophone. Certaines familles canadienne-françaises y sont arrivées de Holyoke (Massachusetts).

La municipalité de Nipissing Ouest est constituée le 1er janvier 1999 par le regroupement de dix-sept villes, villages, cantons, hameaux et territoires non organisées.

Démographie[modifier | modifier le code]

Au recensement du Canada de 2016, la population totale s'élève à 14 364 habitants, soit une hausse de 215 personnes (en augmentation1,5 %) entre 2006 et 2011. La densité brute de la population est de 7,2 habitants/km2 pour l'ensemble de la municipalité. Le parc résidentiel s'élève à 7 013 logements privés, dont 6 281 sont occupés par des résidents habituels[2],[8]. En 2006, on comptait 8 305 francophones soit 63 % de la population, et 2 685 anglophones, soit 20 % de la population[9]. La localité de Sturgeon Falls/Cache Bay regroupe environ la moitié de la population[3].

Évolution de la population totale, 1991-2016[2]

Économie[modifier | modifier le code]

Les principales activités éeconomiques comprennent l'agriculture, l'extraction minière, la foresterie, la construction, le commerce et services ainsi que le tourisme[3].

Culture[modifier | modifier le code]

Le patrimoine francophone est important[3]. Le Conseil des arts de Nipissing Ouest (CANO) programme plusieurs spectacles d'artistes franco-ontariens ou mettant en valeur la culture franco-ontarienne[10]. Le journal La Tribune diffuse les nouvelles locales en français et en anglais depuis 1968[11].

Société[modifier | modifier le code]

L'hôpital général de Nipissing Ouest, situé à Sturgeon Falls, offre une capacité de 98 lits[12].

Personnalités[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Signes conventionnels : . Non disponible.

  1. Les informations de la fiche proviennent de Statistique Canada. Nipissing Ouest, Ontario (Code 3548055) (tableau). Profil du recensement, produit nº 98-316-XWF au catalogue de Statistique Canada. Ottawa. Recensement 2011, diffusé le 24 octobre 2012. Consulté le 3 février 2014. sauf exceptions suivantes :
    a. Date de constitution, maire, langues, indicatif régional et web : Municipalité de Nipissing Ouest, « Nipissing Ouest : Joie de vivre » (consulté le 3 février 2014).
    b. Code postal : Postes Canada, « Nombre et carte des secteurs de livraison rurale et urbaine », Ontario, (consulté le 3 février 2014).
  2. a, b et c a. Statistique Canada, Recensement de la population de 1996, Profil des divisions et subdivisions de recensement : Nipissing, produit 95F0181XDB96001 au catalogue de Statistique Canada. Consulté le 27 février 2015.
    b. Statistique Canada. 2002. Profils des communautés de 2001. Nipissing Ouest (Code 3548055), Ottawa. No 93F0053XIF au catalogue de Statistique Canada. Diffusé le 27 juin 2002; modifié le 30 novembre 2005. Consulté le 10 mai 2017.
    c. Statistique Canada. 2007. Profils des communautés de 2006, Recensement de 2006 Nipissing Ouest (Code 3548055) (tableau)., produit nº 92-591-XWF au catalogue de Statistique Canada. Ottawa. Diffusé le 13 mars 2007. Consulté le 10 mai 2017.
    d. Statistique Canada. Nipissing Ouest, Ontario (Code 3548055) (tableau). Profil du recensement, produit nº 98-316-XWF au catalogue de Statistique Canada. Ottawa. Recensement 2011, diffusé le 24 octobre 2012. Consulté le 3 février 2014.
    e. Statistique Canada. 2017. Nipissing Ouest, M (Subdivision de recensement), Ontario et Canada (tableau). Profil du recensement, Recensement de 2016, produit nº 98-316-X2016001 au catalogue de Statistique Canada. Ottawa. Diffusé le 3 mai 2017. (site consulté le 10 mai 2017).
  3. a, b, c, d, e et f (en) Municipality of West Nipissing, Official Plan, West Nipissing, Tunnock Consulting, , 141 p. (lire en ligne).
  4. Municipalité de Nipissing Ouest, « Plan officiel : Plan d'aménagement » (consulté le 10 mai 2017).
  5. Municipalité de Nipissing Ouest, 2011, p. viii.
  6. « Verner, Ontario », sur Google (consulté le 10 mai 2017).
  7. a et b Champagne 1995, p. 3.
  8. Note : Les logements non occupés par des résidents habituels sont soit des logements inoccupés, soit des habitations servant de résidence secondaire et habités sur une base saisonnière ou intermittante.
  9. Nipissing Ouest : Démographie.
  10. « Le Conseil des arts de Nipissing Ouest lance sa programmation 2016-2017 », Radio-Canada,‎ (lire en ligne).
  11. La Tribune, « La voix du Nipissing Ouest depuis près de 50 ans » (consulté le 10 mai 2017).
  12. Cynthia Désormiers, « Message de la Présidente-directrice générale », Hôpital général de Nipissing Ouest (consulté le 10 mai 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Julie Champagne, Survole de la francophonie du Nipissing : 1890-1995, Nipissing Ouest, Société historique du Nipissing, (lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]