Ninon Chapelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ninon Guillon-Romarin)

Ninon Chapelle
Image illustrative de l’article Ninon Chapelle
Ninon Chapelle lors du Perche Elite Tour à Orléans en 2020.
Informations
Disciplines Saut à la perche
Nationalité Française
Naissance (27 ans)
Lieu de naissance Metz
Taille 1,63 m
Club Entente Agglomération Cergy Pontoise Athlétisme (E.A.C.P.A)
Entraîneur Sébastien Homo et Emmanuel Chapelle
Records
Détentrice du record de France : 4,75 m (2018)
Palmarès
Jeux méditerranéens 1 - -
Championnats de France 6 2 -

Ninon Guillon-Romarin, ou Ninon Chapelle depuis son mariage, est une athlète française, spécialiste du saut à la perche, née le à Metz.

Elle est détentrice du record de France avec 4,75 m et du record de France en salle avec 4,73 m. Multiple championne de France, elle a aussi remporté une médaille d'or lors des Jeux méditerranéens de 2018.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir fait de la gymnastique durant sa jeunesse, passée à Bourges, elle débute l'athlétisme à dix ans[1]. Elle découvre le saut à la perche en 4e grâce à sa professeur d'EPS, une ancienne perchiste de haut-niveau Agnès Livebardon[2]. Un an plus tard, elle remporte le titre de championne de France UNSS. En 2014, elle quitte Bourges pour Clermont-Ferrand s'entraîner sous l'égide de Philippe d'Encausse, actuel entraîneur de Renaud Lavillenie[2].

Elle remporte le concours de saut à la perche des championnats de France « élite » 2016 à Angers.

Le à Pierre-Bénite, Ninon Guillon-Romarin franchit une barre à 4,60 m et réalise les minima pour les championnats du monde de Londres[3]. Elle devient la 3e meilleure performance française ex-aequo (avec Marion Lotout) en plein air dans cette discipline derrière la recordwoman de France Marion Fiack (4,71 m) et Vanessa Boslak (4,70 m). La semaine suivante, elle confirme à Blois cette performance en égalant son record[4]. Elle se classe troisième des championnats d'Europe par équipes 2017, à Villeneuve-d'Ascq. Elle est éliminée, le , en qualifications des championnats du monde de Londres avec un saut à 4,20 m[5]. Cette année-là, elle part s'entraîner à Cergy-Pontoise avec Sébastien Homo[2].

Le , à Orléans, Ninon Guillon-Romarin égale le record de France du saut à la perche de Marion Fiack en franchissant 4,71 m[6]. Deux semaines plus tard, elle confirme ses qualités en franchissant 4,62 m à Rennes[7]. Le , elle remporte son premier titre de championne de France en salle avec 4,60 m, échouant de peu à 4,72 m, pour un nouveau record national[8].

Le , à l'occasion du All Star Perche de Clermont-Ferrand, Ninon Guillon-Romarin franchit une barre à 4,72 m et améliore ainsi d'un centimètre le record de France[9] qu'elle co-détenait avec Marion Fiack-Sidéa. Elle tente par trois fois 4,80 m, dont un essai manqué de peu, et termine 3e de la compétition derrière l'Américaine Katie Nageotte (4,86 m) et la Russe Anzhelika Sidorova (4,86 m également)[9].

Le , la Française termine 10e de la finale des championnats du monde en salle de Birmingham avec un saut à 4,50 m[10]. Le , à Cergy-Pontoise, elle porte son record personnel en plein air à 4,65 m et devient la 2e meilleure performeuse française de l'histoire derrière Vanessa Boslak (4,70 m)[11].

Le , à Tarragone, Ninon Guillon-Romarin remporte son premier titre international majeur, à l'occasion des Jeux méditerranéens : auteure de 4,46 m, mais échouant à 4,56 m pour un record des Jeux, elle devance sur le podium la Slovène Tina Šutej (4,41 m) et la Grecque Nikoléta Kiriakopoúlou (4,31 m)[12].

Le , lors des championnats de France d'Albi, Ninon Guillon-Romarin ajoute un centimètre à son propre record de France en décrochant son deuxième titre élite en plein air avec la marque de 4,73 m[13].

Le , au meeting de Monaco, elle ajoute deux centimètres à son record de France avec un saut à 4,75 m et termine à la 8e place, en franchissant la même barre que les trois concurrentes qui la précèdent au classement[14].

Le , Ninon Guillon-Romarin se qualifie pour la finale des championnats d'Europe de Berlin avec un saut à 4,45 m[15]. Le lendemain, elle termine 5e de la finale avec 4,65 m[16].

Le , lors du All Star Perche à Clermont-Ferrand, elle améliore d'un centimètre son propre record de France en salle qu'elle avait réalisé l'année précédente lors du même événement, le portant à 4,73 m[17]. Aux Championnats d'Europe d'athlétisme en salle à Glasgow, elle termine 7e[18] et 3e des Championnats d'Europe d'athlétisme par équipes[19].

Le , elle remporte le titre national à Saint-Étienne avec 4,60 m, et signe les minimas pour les championnats du monde de Doha[20]. Lors de ces Championnats, elle passe 4,60 m lors des qualifications, ce qui lui permet d'obtenir son ticket pour la finale en finissant 7e[21]. En finale, elle ne réussit pas à passer la barre des 4,80 m - cinq centimètres au dessus de son record personnel - et termine seulement 12e[22].

Avec ses 4,70 m réussis lors des championnats du monde, elle valide le niveau de performance requis pour les Jeux olympiques de Tokyo. Ayant prévue d'enfanter à l'issue de la compétition, en 2020, elle fait le choix d'attendre un enfant en année olympique à la suite du report de la compétition. Après avoir accouché le 14 février 2021, elle n'abandonne pas son pari olympique[23]. Quatre mois après avoir donné naissance à son enfant, elle réussit à sauter 4,05 m. Une performance qu'elle n'améliore pas lors des championnats de France à Angers. Elle n'est finalement pas retenue pour Tokyo. Une décision que son club de Cergy-Pontoise qualifie de "patriarcale et injuste"[24].

Elle fait son retour à la compétition lors du StarPerche de Bordeaux en franchissant 4,32 m[25].

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Elle est en couple avec le perchiste Axel Chapelle, qui est également son camarade d'entraînement[26],[27].

Après avoir annoncé sa grossesse en , elle donne naissance, le , à son premier enfant, un garçon prénommé Oscar[28].

Palmarès[modifier | modifier le code]

International[modifier | modifier le code]

Palmarès international
Date Compétition Lieu Résultat Marque
2013 Championnats d'Europe juniors Rieti 4e 4,15 m
2014 Championnats du monde juniors Eugene 9e 4,10 m
2015 Championnats d'Europe espoirs Tallinn 7e 4,15 m
2017 Championnats d'Europe par équipes Lille 3e 4,45 m
Championnats d'Europe espoirs Bydgoszcz 5e 4,35 m
2018 Championnats du monde en salle Birmingham 10e 4,50 m
Jeux méditerranéens Tarragone 1re 4,46 m
Coupe du monde Londres 3e 4,68 m
Championnats d'Europe Berlin 5e 4,65 m
Ligue de diamant 7e 4,57 m
2019 Championnats d'Europe en salle Glasgow 7e 4,65 m
Championnats d'Europe par équipes Bydgoszcz 3e 4,46 m
Championnats du monde Doha 12e 4,70 m
2022 Championnats du monde Eugene 11e 4,45 m

National[modifier | modifier le code]

Records[modifier | modifier le code]

Records personnels
Épreuve Marque Lieu Date
Saut à la perche Plein air 4,75 m (NR) Monaco
En salle 4,73 m (NR) Clermont-Ferrand

Meilleure performance par année[modifier | modifier le code]

En plein air[29]
Année Marque Date Lieu Rang[Note 1]
2013 4,15 m Pierre-Bénite 141
2014 4,20 m Pézenas 120
2015 4,35 m Tomblaine 71
2016 4,40 m Angers 63
2017 4,60 m Pierre-Bénite 21
2018 4,75 m Monaco 10
2019 4,70 m Beckum 15
En salle
Année Marque Date Lieu Rang[Note 1]
2013 4,16 m Lyon 108
2014 4,20 m Orléans 105
2015 4,21 m Aubière 99
2016 4,35 m Aubière 62
2017 4,30 m Lyon 66
2018 4,72 m Clermont-Ferrand 7
2019 4,73 m Clermont-Ferrand 9

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Centre France, « Athlétisme - La perchiste Ninon Guillon-Romarin raconte le chemin entre Bourges et les Jeux olympiques », sur www.leberry.fr, (consulté le )
  2. a b et c « Ninon Guillon-Romarin, le nouveau visage de la perche française », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  3. « Minima mondiaux pour Ninon Guillon-Romarin - Track and Life », Track and Life,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. « Le plein de sensations fortes et un record », lanouvellerépublique.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. Rédaction, « Ekaterini Stefanidi se qualifie facilement pour la finale du saut à la perche », L'ÉQUIPE,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. (fr) « Ninon Guillon-Romarin égale le record de France du saut à la perche avec 4,71m », sur lequipe.fr,
  7. « Roazhon Perche : Ninon Guillon-Romarin confirme sa forme », STADION-ACTU,‎ (lire en ligne, consulté le )
  8. « - Athlétisme: Lemaitre se rate en Championnats de France, joli retour pour Martinot-Lagarde », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. a et b « All Star Perche : L'histoire s'en souviendra - Track and Life », Track and Life,‎ (lire en ligne, consulté le )
  10. « IAAF: Pole Vault Result | IAAF World Indoor Championships | iaaf.org », sur iaaf.org (consulté le )
  11. « Meeting de Cergy-Pontoise : Payen confirme, Ninon Guillon-Romarin redécolle », sur trackandlife.fr, (consulté le )
  12. « IAAF: Perkovic’s 66.46m throw highlights second day at Mediterranean Games| News | iaaf.org », sur iaaf.org (consulté le )
  13. « Record de France de la perche pour Guillon-Romarin », sur lequipe.fr,
  14. « Ligue de diamant à Monaco: Record de France pour Guillon-Romarin à la perche », L'Express,‎ (lire en ligne)
  15. Luca Endrizzi, « Perche : Ninon Guillon-Romarin saute vers l’inconnu », L'Équipe,‎ (lire en ligne)
  16. Rédaction, « Championnats d'Europe : Ninon Guillon-Romarin se classe cinquième au saut à la perche », L'ÉQUIPE,‎ (lire en ligne, consulté le )
  17. « All Star Perche: Ninon Guillon-Romarin bat son record de France en salle à 4,73 m », sur eurosport.fr (consulté le ).
  18. « Ninon Guillon-Romarin : « Je suis curieuse » », L'Équipe,‎ (lire en ligne)
  19. « les Biographies », sur bases.athle.fr (consulté le )
  20. « Ninon Guillon-Romarin : « J'ai hâte de poursuivre la saison » - Athlé - ChF (F) », sur L'Équipe (consulté le )
  21. « Mondiaux : Ninon Guillon-Romarin en finale de la perche », L'Équipe,‎ (lire en ligne)
  22. « Mondiaux. Pas de miracle pour Guillon-Romarin à la perche », Le Télégramme,‎ (lire en ligne)
  23. Centre France, « La belle histoire - Elle a accouché d'Oscar quelques mois avant les Jeux olympiques : le pari fou de la perchiste berruyère Ninon Guillon-Romarin », sur www.leberry.fr, (consulté le )
  24. « JO 2021 : pourquoi la non-sélection de la perchiste et jeune maman Ninon Guillon-Romarin fait polémique », sur Franceinfo, (consulté le )
  25. « StarPerche de Bordeaux : Valentin Lavillenie s'est fait plaisir » Accès libre, sur stadion-actu.fr, (consulté le )
  26. « Ninon Guillon-Romarin et Axel Chapelle visent haut ensemble - Athlé - ChE », sur L'Équipe (consulté le )
  27. « Ninon Guillon-Romarin et Axel Chapelle : « On joue à la perche » - Athlé - Euro (indoor) », sur L'Équipe (consulté le )
  28. « La perchiste Ninon Guillon-Romarin a accouché de son premier enfant », sur L'Équipe, (consulté le ).
  29. « Pole Vault - women - senior - outdoor - 2019 », sur www.worldathletics.org (consulté le )

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Classement établi par l'IAAF en fonction des meilleures performances de l'année.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :