Nine Moati

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Nine Moati
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Fratrie
Autres informations
A travaillé pour
Distinction
Œuvres principales

Nine Moati (Nine Moati Cariès), née le 27 juillet 1937 à Paris[1] et morte le dans la même ville[2],[3], est une romancière française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

D'origine juive tunisienne, elle a passé son enfance à Tunis.

Son père Serge (1903-1957) est fils de franc-maçon, socialiste et franc-maçon lui-même à la Grande Loge de France[4], rattaché à la communauté des Granas, était journaliste, notamment à Tunis socialiste et au Petit Matin ; arrêté pour ses activités de résistance durant la Seconde Guerre mondiale, il fut déporté et interné au camp de concentration de Sachsenhausen avant de parvenir à s'en évader ; il participa ensuite à la libération de Paris avant de retrouver sa famille.

Sa mère Odette née Scemama (1905-1957) est quant à elle issue de la communauté des Juifs natifs de Tunisie, les Twânsa, ce qui donne un caractère particulier au mariage de ses parents[5].

Nine Moati est la sœur du journaliste Serge Moati, né en 1946.

Elle est la tante de l'acteur-réalisateur Félix Moati, né en 1990.

Elle était mariée avec François Cariès [6]. Nine Moati a deux filles : Marie Cariès, comédienne et Lucie Cariès, réalisatrice ainsi que quatre petits enfants [7]. Nine Moati meurt en mai 2021.

Carrière[modifier | modifier le code]

À son retour à Paris, elle devient journaliste à la radio, puis au magazine Elle.

Elle a écrit quinze romans jusqu'en 2008 et son plus grand succès est le livre Les Belles de Tunis paru en 1983.

Livres[modifier | modifier le code]

  • Mon enfant, ma mère, Stock, 1974 (réédition Ramsay Poche, 2006)
  • Le Mariage de Lucie Enriquez, Pauvert, 1978
  • Les Belles de Tunis, Le Seuil, 1983 (réédition Le Rocher 2004)
  • Madame Fortunée, Le Seuil, 1984
  • L’Orientale, Le Seuil, 1985 (réédition Le Rocher, 2005)
  • La Passagère sans étoile, Le Seuil, 1989. Prix Louis-Barthou de l’Académie française 1990 - (réédition Le Rocher, 2006)
  • Le Palais de la Neva, Fayard 1993
  • Rose d’Alger, Fayard, 1994
  • Perla de Mogador, Ramsay, 1997
  • Deux femmes à Paris, Ramsay, 1998 (réédition 2000 et 2005 Ramsay Poche)
  • La Maison aux mirages, Le Rocher, 2000
  • Villa Week-End, Jean-Claude Lattès, 2003
  • Une terrasse sur le Nil, Ramsay, 2004
  • Hannah et les derniers Ottomans, Ramsay, 2006
  • La Valise de mademoiselle Lucie, Le Rocher, 2007
  • Le Fil de la vie, Balland, 2012

Liens et documents externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Oral history interview with Nine Moati Caries », sur United States Holocaust Memorial Museum oral history collection, (consulté le 27 mai 2021)
  2. Décès de Nine Moati : Les Belles de Tunis en pleurs
  3. « Les belles de Tunis sont en deuil », sur paysages, (consulté le 26 mai 2021).
  4. « Wikiwix's cache », sur archive.wikiwix.com (consulté le 13 février 2019)
  5. Serge Moati, Villa Jasmin, p. 44
  6. « LECARNETDUJOUR- Le Figaro mercredi 2 septembre 2015 », sur Le Figaro, 2 septembre mai 2015 (consulté le 27 mai 2021).
  7. « Huffpost contributeur Nine Moati », sur Huffpost (consulté le 27 mai 2021).

Liens externes[modifier | modifier le code]