Nina von Stauffenberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une personnalité image illustrant allemand
Cet article est une ébauche concernant une personnalité allemande.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Stauffenberg.
Nina von Stauffenberg
Defaut 2.svg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 92 ans)
KirchlauterVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Conjoint
Enfants
Autres informations
Distinction
Officier de l'ordre du Mérite de la République fédérale d'Allemagne (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Tombe de Nina von Stauffenberg et mémorial à Claus von Stauffenberg à Kirchlauter

Elisabeth Magdalena « Nina » Schenk Gräfin[1] von Stauffenberg, née Freiin[2] von Lerchenfeld ( à Kaunas - à Kirchlauter) était l'épouse de Claus von Stauffenberg, personnage clé du Complot du 20 juillet 1944 contre Adolf Hitler.

Enfance[modifier | modifier le code]

Elle eut cinq enfants avec Claus : Berthold Maria (1934), Heimeran (1936), Franz-Ludwig (1938), Valerie von l'Estocq (1940–1966) et Konstanze (1945).

Biographie[modifier | modifier le code]

Inquiétée après l'attentat, au nom de la Sippenhaft, Nina von Stauffenberg était enceinte au moment du décès tragique de son mari. Elle donna naissance à son cinquième enfant, Konstanze, en janvier 1945, alors qu'elle était emprisonnée dans un centre de maternité nazi à Francfort sur l'Oder[3]. Cette même année, sa mère, Anna, mourut dans un camp soviétique. Ses enfants seront placés dans un orphelinat, à Bad Sachsa[4], sous le nom de « Meister ».

À la fin de la 2e Guerre mondiale, Nina fut transférée dans la province italienne du Sud Tyrol, détenue comme otage. Après la guerre, elle retrouvera ses enfants et sa famille dans la propriété familiale de Lautlingen (Bade-Württemberg).

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Comtesse
  2. Baronne
  3. (de) Susanne Beyer, « Der Tragödie zweiter Teil », sur Spiegel Online,‎ (consulté le 15 octobre 2015)
  4. Ils furent libérés le 12 avril 1945 par les troupes alliées.

Liens externes[modifier | modifier le code]