Marie Rist

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Nina Rist)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Marie Rist
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Conjoint
Autres informations
A travaillé pour

Marie Rist, dite Nina, née le à Berlin et morte le [1] à Paris, est une pédagogue française du mouvement d'éducation nouvelle. Collaboratrice de Paul Faucher à l'école du Père Castor, elle fonda ensuite en 1961 l'école nouvelle d'Antony qu'elle dirigea jusqu'en 1987.

Elle participa tout au long de sa vie aux recherches de différentes organisations d'éducation nouvelle, dont le Groupe français d'éducation nouvelle (GFEN) et la revue Éducation et développement.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Marie de Lacroix est née le 26 novembre 1912 à l'ambassade de France à Berlin, dans une famille protestante aisée[2]. Son enfance et sa jeunesse furent marqués par les voyages à la suite d'un père diplomate, Victor de Lacroix ; son éducation passa peu par une scolarité classique.

Après son baccalauréat, elle entama des études de jardinière d'enfants au collège Sévigné.

Elle épousa en 1942 un médecin apparenté à la famille Monod, Noël Rist.

Après la Seconde Guerre mondiale, elle obtint une licence de psycho-pédagogie à la Sorbonne, où enseignait Henri Wallon[3].

Elle débuta comme enseignante à l'École alsacienne[2].

Enseignante à l'école du père Castor[modifier | modifier le code]

Fréquentant les stages d'éducation nouvelle organisés dans les années 1950 par Marie-Aimée Niox-Chateau, Marie Rist y fit la connaissance de Madame Girard, qui la recruta comme institutrice à l'école du père Castor dont elle était directrice[4]. À cette époque, il s'agissait essentiellement d'un atelier annexe des éditions du Père Castor, installé Boulevard Saint-Michel à Paris, où les dessinateurs testaient auprès des enfants la pertinence des imagiers et albums de contes.

Sous l'influence de Mme Girard, l'école passa de une à six classes et accueillait 140 enfants en 1960[5]. Une grande importance y était accordée à l'éducation corporelle et aux activités artistiques. À partir de 1958, Marie Rist y fit fonction de directrice.

Fondation de l'école nouvelle d'Antony[modifier | modifier le code]

En 1960, Paul Faucher, à la suite de problèmes de santé, cessa ses activités d'éditeur, qui furent reprises progressivement par son fils François. Il tenta de faire bénéficier l'école des contrats avec l'État créés à cette époque par la loi Debré, mais y échoua.

Marie Rist, son époux Noël, ainsi que plusieurs institutrices et familles créèrent alors l'école nouvelle d'Antony, sous une forme associative.

Militantisme en éducation nouvelle[modifier | modifier le code]

Marie Rist participa jusqu'à la fin de sa vie aux actions des différents réseaux d'éducation nouvelle, comme les groupes de recherche du GFEN[6], dont elle était membre[7].

Elle tint à ce que l'école d'Antony soit un lieu d'expérimentation de l'éducation nouvelle, l'association la gérant étant également un « centre de recherche en pédagogie active »[8]. L'école accueillit donc de nombreux stagiaires en formation, et des chercheurs en éducation.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Marie et Noël Rist, Une pédagogie de la confiance

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Rist, Marie (....-1996) », sur le site du catalogue général de le BnF
  2. a et b Les créations d'Écoles nouvelles des années 1950-1960 : des militants méconnus ? article de Fabienne Karsky, in Réformer l'école : l'apport de l’Éducation nouvelle (1930-1970), page 103
  3. Une pédagogie de la confiance
  4. Hommage à Marie-Aymée Niox Château, Cerpe
  5. Les créations d’Écoles nouvelles des années 1950-1960 : des militants méconnus ? article de Fabienne Karsky, in Réformer l'école : l'apport de l’Éducation nouvelle (1930-1970), page 105
  6. Les créations d’Écoles Nouvelles des années 1950-1960 : des militants méconnus ? article de Fabienne Karsky, in Réformer l'école : l'apport de l’Éducation nouvelle (1930-1970), page 109
  7. Compte rendu du colloque :« L'Éducation nouvelle au service d'une nation à réformer entre espoirs et réalités (1930-1970) » par Colette Charlet Brèves du GFEN ACTU de décembre 2010
  8. Les créations d’Écoles Nouvelles des années 1950-1960 : des militants méconnus ? article de Fabienne Karsky, in Réformer l'école : l'apport de l’Éducation nouvelle (1930-1970), page 106

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Raymond Fonvieille, Naissance d'une pédagogie autogestionnaire, Anthropos, (ISBN 2717835083)
  • Laurent Gutierrez, Histoires d'éducation nouvelle, Revue d'études sociales,
  • dir. Antoine Prost, Réformer l'école : l'apport de l'éducation nouvelle (1930-1970), Presses universitaires de Grenoble, Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]