Nilotinib

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le nilotinib est un inhibiteur de l'activité tyrosine kinase Abl de l'oncoprotéine Bcr-Abl (Bcr : Breakpoint cluster region (en) - Abl : ABL (gene) (en))[1], à la fois dans les lignées cellulaires et dans les cellules leucémiques primaires chromosome Philadelphie positives. Le nilotinib est commercialisé par Novartis sous le nom de Tasigna (nom de code : AMN107).

Mode d'action[modifier | modifier le code]

Le nilotinib présente une forte affinité pour le site de liaison de l'adénosine triphosphate (ATP) avec lequel il va entrer en compétition. Il devient ainsi inhibiteur de l'oncoprotéine Bcr-Abl, y compris des formes résistantes à l'imatinib[2]. Le nilotinib inhibe de manière sélective la prolifération et induit l'apoptose au niveau des lignées cellulaires et des cellules leucémiques primaires chromosome Philadelphie positives, chez les patients atteints de leucémie myéloïde chronique (LMC)[3].

Indications[modifier | modifier le code]

Depuis le 6 avril 2011, le nilotinib est indiqué en traitement de première ligne de la leucémie myéloïde chronique (LMC) chromosome Philadelphie positif (Ph+) en phase chronique, nouvellement diagnostiquée[4].

Dans la mesure où la même thymidine kinase est activée dans le cerveau des patients parkinsoniens, le nilotinib est aussi testé dans cette pathologie[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Paul W. Manleya, Nikolaus Stiefla, Sandra W. Cowan-Jacoba, Susan Kaufmana, Jürgen Mestana, Markus Wartmanna, Marion Wiesmanna, Richard Woodmanb, Neil Gallagherc, « Structural resemblances and comparisons of the relative pharmacological properties of imatinib and nilotinib », Bioorganic & Medicinal Chemistry, vol. 18, no 19,‎ , p. 6977–6986 (DOI 10.1016/j.bmc.2010.08.026, lire en ligne).
  2. (en) Breccia M., Alimena G., « Nilotinib: a second-generation tyrosine kinase inhibitor for chronic myeloid leukemia », Leukemia research, vol. 34, no 2,‎ , p. 129-134 (lire en ligne).
  3. « Nilotinib », sur http://www.vidal.fr, Vidal, (consulté le 30 octobre 2015).
  4. « Progrès thérapeutique mineur par rapport à Glivec dans le traitement de la leucémie myéloïde chronique chromosome Ph+ en phase chronique », Synthèses d'avis et fiches bon usage, sur http://www.has-sante.fr, Haute Autorité de santé, .
  5. (en) « Cancer drug prevents build-up of toxic brain protein », Medical Xpress,‎ (lire en ligne).