Niloofar Rahmani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rahmani.
Niloofar Rahmani
Description de cette image, également commentée ci-après
Niloofar Rahmani (2015).
Nom de naissance نیلوفر رحمانی
Naissance
Nationalité Drapeau d'Afghanistan Afghane
Profession

Niloofar Rahmani (en persan : نیلوفر رحمانی), née en en Afghanistan, est une militaire afghane, pilote dans l'armée de l'air de son pays[1].

Elle est la première femme pilote d'aéronefs à voilure fixe dans l'histoire de l'Afghanistan[Note 1] et est également la première femme intégrée à l'armée afghane depuis la chute des talibans en 2001.

Biographie[modifier | modifier le code]

Nilofar Rahmani en mai 2013.

Enfant, elle rêve d'être pilote pour voler comme un oiseau[2] et est encouragée dans cette voie par son père. Lui-même tenta de rejoindre l'armée afghane dans les années 1980[3].

En entre dans une formation des forces aériennes en 2010[2] et signe avec l'armée de l'air en 2011, l'année où celle-ci ouvre ses portes aux femmes. À 21 ans, elle devient la première femme pilote de l'armée de l'air afghane de l'ère post-Talibans. Elle reçoit depuis de nombreuses menaces de mort émanant de ces derniers mais aussi de membres éloignés de sa famille qui refuse de voir une femme dans l'armée[3]. Lors d'une interview avec l'Agence France-Presse en 2015, elle avoue porter constamment une arme sur elle et ne jamais sortir en uniforme dans la rue pour ne pas attirer l'attention[4].

Elle vole sur un Cessna 208 qui sert au transport de troupes vers les zones de combat[3].

En mai 2018, elle reçoit l'asile politique aux États-Unis après avoir posé sa demande en décembre 2016 au terme d'une formation de quinze mois avec l'armée de l'air américaine suite aux menaces de mort reçues. Sa famille vit cachée en Afghanistan[5].

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

En 2015, Niloofar Rahmani a reçu le prix international de la Femme de courage du Département d'État des États-Unis[4],[6].

Niloofar Rahmani en 2015.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Deux Afghanes ont été pilotes d'hélicoptère pendant l'ère soviétique.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Biographies of 2015 Award Winner », U.S. State Department (consulté le 10 mars 2015)}
  2. a et b « Niloofar Rahmani est devenue la première femme pilote en Afghanistan », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  3. a b et c (en-US) Margherita Stancati, « In Afghanistan, Death Threats Shatter Dream of First Female Pilot », Wall Street Journal,‎ (ISSN 0099-9660, lire en ligne, consulté le 15 septembre 2018)
  4. a et b « La "Top Gun afghane" demande l'asile aux États-Unis où elle était en formation », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne, consulté le 15 septembre 2018)
  5. « Une pilote afghane "modèle" condamnée à l'exil », LExpress.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 15 septembre 2018)
  6. Aeronautique.ma, « La pilote Niloofar Rahmani reçoit le prix de l'International Women of Courage Awards 2015 », Aeronautique.ma,‎ (lire en ligne, consulté le 15 septembre 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :