Nikolaï Zaremba

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Nikolaï Zaremba
Nicolai Zaremba (1821-1879).JPG

Photo de Nikolaï Zaremba vers 1860.

Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Ludza maakond (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Sépulture
Nationalité
Lieu de travail
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Maître
Anton Gerke (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Nikolaï Ivanovitch Zaremba (en russe : Николай Иванович Заремба) est un théoricien de musique et compositeur russe né le dans le gouvernement de Vitebsk et mort le à Saint-Pétersbourg.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après les études initiales aux gymnases à Dünaburg (aujourd’hui Daugavpils) et Saint-Pétersbourg il entre à la faculté de droit de l’Université de Saint-Pétersbourg en 1840 et apprend parallèlement le piano et le violoncelle. L’université terminée en 1844, il entre au service de bureau, mais en 1852 s’en retire et va à Berlin pour étudier la théorie de la musique avec Adolf Bernhard Marx.

À la suite de son retour à Saint-Pétersbourg à 1854 il est à la tête de la Société des amateurs de chant. En 1860 on l’invite au poste de professeur à la Société musicale russe et deux ans plus tard au Conservatoire qu’on vient de fonder. Zaremba est le premier professeur en Russie qui enseigne la théorie musicale en russe. De 1867 à 1871 il occupe le poste du directeur du conservatoire. Il introduit certaines nouvelles classes et met en ordre les plans d’études du conservatoire. Parmi ses élèves on compte Piotr Tchaïkovski et Herman Laroche.

Après la retraite Zaremba dirige l’orphelinat et donne des leçons privées de musique. Vassili Safonov est son élève de ce temps.

Personne pieuse, Zaremba fonde sa conception musicale sur les principes religieux ce qui est raillé par Modeste Moussorgski dans son pamphlet musical Guignol (Rayok): Il enseigne que le mode mineur est le péché originel et que le mode majeur en est la rédemption[1]. Conservateur, il adore Ludwig van Beethoven mais s’intéresse peu à la musique de Mikhaïl Glinka, Hector Berlioz ou Robert Schumann.

Il est aussi l’auteur de quelques compositions musicales : un quatuor à cordes, des morceaux pour piano et le grand oratorio Jean le Baptiste.

Zaremba est enterré à la partie luthérienne du cimetière Volkovo, sa tombe supposée disparue. En 2009 quand même elle est trouvée et restituée[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Calvocoressi, Moussorgsky, Felix Alcan, (lire en ligne), p. 134
  2. Page sur Zaremba sur le site du conservatoire de Saint-Pétersbourg (ru)

Liens externes[modifier | modifier le code]