Nikolaï Pirogov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nikolaï Pirogov
Nikolay pirogov.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 71 ans)
VinnytsiaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domiciles
Formation
Université de Tartu
Q24931218
Université impériale de Moscou (d) (-)
Université Humboldt de Berlin (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Enfant
Wladimir Pirogoff (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Imperial University of Dorpat (d) (à partir de ), Académie médico-chirurgique impériale (d) (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata
Domaine
Membre de
Académie des sciences de Saint-Pétersbourg ()
Académie médico-chirurgique impériale (d) ()
Leopoldina ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Directeur de thèse
Johann Christian Moier (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Élève
Distinctions
Liste détaillée
Ordre de Saint-Stanislas de première classe (d)
Q1131478
Ordre de Sainte-Anne de troisième classe (d)
Ordre de saint Stanislas, 2e classe (d)
Ordre de Sainte-Anne de deuxième classe (d)
Medal In memory of Crimean War (d)
Ordre de Saint-Vladimir, 3e classe (d)
Prix Demidoff ()
Ordre de Sainte-Anne de première classe (d) ()
Ordre de Saint-Vladimir de 2e classe (d) ()
Ordre de l'Aigle blanc ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Nikolaï Ivanovitch Pirogov (en russe : Никола́й Ива́нович Пирого́в, né le à Moscou, mort le dans la région de Vinnitsa) était un célèbre chirurgien russe, un des fondateurs de la chirurgie militaire, fondateur de la Croix-Rouge russe. Il réalisa la première anesthésie (à l'éther) en temps de guerre et utilisa massivement l'immobilisation plâtrée lors du siège de Sébastopol (1854). Il a d'ailleurs lancé le débat sur l'éducation et le travail des femmes, après son expérience de ce siège lors duquel il a beaucoup travaillé avec des femmes comme aides-soignantes. Avec sa renommée, on a fait appel à lui pour sauver Giuseppe Garibaldi de la gangrène en 1857[1].

Il s'est, d'autre part, intéressé à l'éducation en Russie, critiquant les problèmes de pédagogie et soulignant ses enjeux éthiques[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Les Questions de la Vie, ou Journal d'un vieux médecin, 1881 (titre original : Вопросы жизни. Дневник старого врача)[3],[2]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Kosenko O, Riha O, Pirogov NI. Lebensfragen: Nikolaj Ivanovič Pirogov (1810-1881) als Erinnerungsfigur: dargestellt anhand seiner Biografien. Aachen: Shaker Verlag; 2017. 197 p. (Relationes). ISBN 978-3-8440-4984-8

Référence[modifier | modifier le code]

  1. Wong Ming, « Pirogov et son temps », École pratique des hautes études. 4e section, Sciences historiques et philologiques,‎ , pp. 561-564 (lire en ligne)
  2. a et b André Karnycheff, « Les questions de la vie de N. I. Pirogov et le renouveau pédagogique au début des années « soixante » », Revue des études slaves,‎ , pp. 99-108 (lire en ligne)
  3. (ru) Н. И. Пирогов, Сочинения, Санкт-Петербург, Стасюлевич,‎ , 540 p. (lire en ligne)