Nikolaï Mikhaïlovski

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mikhaïlovski.
Nikolaï Mikhaïlovski
Михайловский Н. К.jpg

Nikolaï Mikhaïlovski

Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Literatorskie mostki (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Critique littéraire, sociologue, philosophe, journaliste d'opinionVoir et modifier les données sur Wikidata

Nikolaï Konstantinovitch Mikhaïlovski (en russe Никола́й Константи́нович Михайло́вский, né le 15 novembre 1842 ( dans le calendrier grégorien) dans l'oblast de Kalouga, mort le 28 janvier 1904 ( dans le calendrier grégorien) à Saint-Pétersbourg) était un sociologue et écrivain politique russe, le chef de file des populistes, qui fait de la littérature un instrument de propagande auprès des paysans.

Biographie[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

Il a lié son nom à son époque en étant un représentant typique de celle-ci. Il considérait comme dépassé l'occidentalisme aussi bien que le slavophilisme. Son populisme libéralisant représentait les deux tendances au point de vue social. Chez Fiodor Dostoïevski et chez Leon Tolstoï la valeur de la religion lui échappa. Il ne comprit pas pleinement tout ce qui se passait en son temps parce qu'il s'agissait de phénomènes annonciateurs d'une époque nouvelle , aussi bien chez Dostoïesvki que chez Nikolaï Leskov. Lui furent plus proches et compréhensibles Mikhaïl Saltykov-Chtchedrine et Gleb Ouspenski qui étaient également des produits de leur époque [1]

Mikhaïlovski se déclara toujours le successeur de l'école radicale de Mikhaïl Saltykov-Chtchedrine, de Dmitri Pissarev et Nikolaï Dobrolioubov.Il continue leur lutte pour le réalisme littéraire et le démocratisme politique[2]

On l'a appelé le Chtchédrine de la critique. Il a été, en effet, dans Les Annales de la Patrie collaborateur du terrible journaliste, et semble s'être approprié quelques particularités de son style, riche en traits et en antithèses, avec son goût pour le comique et le grotesque et sa facilité à passer de l'humour au pathos.

Une grande partie des études de N. Mikhaïlovski est consacrée à la philosophie anglaise, de Darwin à Mill, en passant par Spencer.

Sources[modifier | modifier le code]

  • K. Valiszewski, Littérature russe, Paris, A. Colin, 1900

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ettore Lo Gatto, Histoire de la littérature russe des origines à nos jours , Desclée De Brouwer, 1965 p. 464
  2. Ettore Lo Gatto, Op. cit. p. 463

Liens externes[modifier | modifier le code]