Nikolaï Maïkov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Nikolaï Maïkov
Image dans Infobox.
Portrait de Maïkov par Vassili Tropinine.
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Activités
Formation
Deuxième corps de cadets (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Famille
House of Maykov (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Apollon Alexandrovitch Maïkov (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Evguenia Maïkova (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Apollon Maïkov
Vladimir Maïkov (d)
Valerian Maïkov (en)
Leonid Maïkov (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Nikolaï Apollonovitch Maïkov (Никола́й Аполло́нович Ма́йков) (né le à Moscou et mort le (à 78 ans) à Saint-Pétersbourg) est un peintre russe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Nikolaï Maïkov est le fils d'un noble, Apollon Alexandrovitch Maïkov (1761-1838), qui connut son heure comme poète et qui fut un temps directeur des théâtres impériaux, et de son épouse, née Natalia Ivanovna Serebriakova (1768-1832). Il commence ses études en 1801 au 2e corps de cadets de Saint-Pétersbourg, mais ne peut les terminer à cause de la guerre de 1812. Comme nombre de ses camarades, il combat comme officier dans l'armée d'active, dans un corps commandé par Bagration. Il est blessé à la jambe à la bataille de la Moskova. Il est soigné dans la propriété familiale de son père située dans le gouvernement de Iaroslavl et se tourne vers l'art. À son retour à l'armée, il continue de dessiner et de peindre, en suivant la débâcle des armées napoléoniennes. Il traverse ainsi la Pologne, l'Allemagne, jusqu'en France. Partout, il dessine les bivouacs, les diverses batailles et autres scènes militaires.

À Paris, il s'essaye à l'huile, mais alors qu'il veut se rendre en Italie, son père le rappelle en Russie. Il sort de l'armée avec le grade de major et s'installe à Moscou.

Il poursuit sa formation en copiant les maîtres et en faisant des études d'après nature, puis déménage à Saint-Pétersbourg. Bientôt, il attire l'attention des amateurs d'art et celle de l'empereur Nicolas Ier. Ce dernier lui commande des œuvres pour l'église de la Sainte-Trinité, église du régiment d'Izmaïlovo et reçoit le rang d'académicien en 1835. Il reçoit aussi la commande de peindre les petites iconostases de la cathédrale Saint-Isaac, ce qui lui prend environ dix ans, mais elles sont ensuite remplacées par des œuvres d'autres peintres plus ou moins inspirées des siennes.

Il peint aussi pour d'autres églises pétersbourgeoises[1] ou moscovites, ainsi qu'en province[2], mais également un certain nombre de portraits, dont des beautés féminines, comme au palais Élaguine, et réalise le décor intérieur avec nombre de médaillons et plafonds pour le luxueux hôtel particulier Youssoupov de la perspective Liteïny dans la capitale impériale.

Son œuvre témoigne de son caractère plutôt autodidacte, mais elle n'est pas dépourvue de force et d'harmonie.

Illustrations[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Nikolaï Maïkov est l'époux de la femme de lettres Evguenia Maïkova (1803-1880), née Goussiatnikova, et le père de :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notamment à la petite chapelle du palais d'hiver
  2. Par exemple l'iconostase de l'église Saint-Nicolas de Sébastopol

Liens externes[modifier | modifier le code]

Source de la traduction[modifier | modifier le code]