Nikolaï Ivanovitch Ignatiev

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille Ignatiev.

Nikolaï Ivanovitch Ignatiev
Николай Иванович Игнатьев
Naissance
Décès 27 avril 1938 (à 58 ans)
Origine russe puis soviétique
Allégeance Drapeau de l'Empire russe Empire russe, Drapeau de l'URSS Union soviétique
Arme Naval Ensign of Russia.svg Marine impériale de Russie Naval Ensign of the Soviet Union (1950–1991).svg Marine soviétique
Grade Capitaine 1er rang
Années de service 1889-1917
Conflits Révolte des Boxers, Guerre russo-japonaise, Première Guerre mondiale
Distinctions Order of Saint Anne Ribbon.PNG Ordre de Sainte-Anne
Autres fonctions Officier à l'état-major général naval, chef du Département de l'organisation et de la tactique à l'Amirauté
Famille Fils de Ivan Ignatiev

Emblème

Comte Nikolaï Ivanovitch Ignatiev (en russe : граф Николай Иванович Игнатьев), né le et décédé le 27 avril 1938 est un officier de marine russe puis soviétique. Il prit part à la bataille de Tsushima.

Famille[modifier | modifier le code]

Nikolaï Ivanovitch Ignatiev est le fils d'Ivan Ignatiev. Il épousa Iekaterina Vladimirovna Razvozova (1885-1942), fille de Vladimir Alexandrovitch Razvozov (1841-1894) et de son épouse Karolina Fiodorovna Guschmidt[1].

Évolution de carrière militaire[modifier | modifier le code]

Biographie[modifier | modifier le code]

Le croiseur Perle (Jemtchoug) ancré dans le port de Vladivostok en 1906.

Le comte Pavel Nikolaïevitch Ignatiev était issu d'une famille de la noblesse russe. Il eut pour ascendant Fiodor Akinfovitch Biakont[2]

Révolte des Boxers (1899-1901)[modifier | modifier le code]

En 1899, le jeune Ignatiev sortit diplômé de l'École navale de Saint-Pétersbourg. Officier d'artillerie, il prit part à la répression menée contre les Boxers en Chine. Pour son comportement au cours de cette révolte déclenchée par la société secrète chinoise la Milice de la justice et de la concorde, l'Ordre de Sainte-Anne (4e classe, avec l'inscription Pour bravoure) lui fut décerné le 12 juin 1901[3].

Guerre russo-japonaise 1904-1905[modifier | modifier le code]

Les avaries subies par le croiseur protégé Perle après la bataille de Tsushima.

Embarqué sur le croiseur protégé Perle (en russe : Жемчуг, Jemtchoug), il participa à la bataille de Tsushima, en qualité d'officier artilleur 1re classe. Le 18 juin 1907, il fut décoré de l'Ordre de Sainte-Anne (3e classe : avec épées)[3].

Période 1908 à 1914[modifier | modifier le code]

Entre les années 1908 et 1914, Nikolaï Ivanovitch Ignatiev occupa les fonctions d'officier d'état-major, au sein de la flotte de la Baltique, il forma des officiers d'artillerie et des électriciens. Au cours de cette période d'avant-guerre, le comte déploya une importante activité dans le développement de l'artillerie.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En 1913 il fut transféré à l'Amirauté. Le 7 mai 1914, il fut nommé au poste au Département de l'organisation et de la tactique à l'Amirauté. En 1915, le comte Ignatiev fut l'un des éminents spécialistes en matière de stratégies et de l'artillerie navales. Il travailla sur le développement des nouveaux cuirassés construits dans les chantiers navals russes. Le 10 avril 1916, il fut élevé au grade capitaine 1er rang Le 1er juin 1917, il dirigea la construction navale.

Service sous le régime soviétique[modifier | modifier le code]

À la fin de l'année 1918, le capitaine Ignatiev se mit à la disposition du régime soviétique et servit dans la flotte, où il occupa les fonctions d'enseignant auprès des commandants de la flotte. En février 1920, il fut nommé directeur du personnel du ministère de la Défense (en), puis limogé en avril 1921. De 1925 à 1927, il enseigna à nouveau à l'Académie navale. De 1927 à 1931, il présida le Comité scientifique et technique naval[4]. Arrêté en 1931 par la GPU, il fut jugé et condamné à dix ans de camp d'internement. Libéré en 1934, il fut nommé au poste de chef-adjoint de l'ingénieur naval Alexeï Nikolaïevitch Krylov à l'Institut de recherche de la construction navale.

Mort[modifier | modifier le code]

Le 25 novembre 1937, Nikolaï Ivanovitch fut de nouveau arrêté et inculpé d'espionnage. Le Collège militaire de la Cour suprême de l'Union soviétique le condamna à la peine capitale. Il fut exécuté le 27 avril 1938[3].

Réhabilitation[modifier | modifier le code]

Nikolaï Ivanovitch Ignatiev fut réhabilité le .

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]