Nikolaï Goubenko

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Nikolaï Goubenko
Image dans Infobox.
Nikolaï Goubenko.
Fonctions
Parlementaire
Douma de la ville de Moscou
-
Député à la Douma
-
Ministre de la Culture (d)
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 78 ans)
MoscouVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Николай Николаевич ГубенкоVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Soviétique (-)
Russe (-)Voir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Activités
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Janna Bolotova (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Partis politiques
Membre de
Union des cinéastes de l'URSS (d)
2e Douma d'État de la fédération de Russie (en)
3e Douma d'État de la fédération de Russie (en)
Comité central du Parti communiste de l'Union soviétique
Douma de la ville de MoscouVoir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Distinctions
Liste détaillée
Prix du Komsomol ()
Prix frères Vassiliev (en) ()
Artiste d'honneur de la RSFSR (d) ()
Artiste du peuple de la RSFSR (en) ()
Ordre de l'Amitié ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Nikolaï Nikolaïevitch Goubenko (en russe : Николай Николаевич Губенкo) est un acteur, scénariste et réalisateur soviétique et russe, né le à Odessa, alors en URSS, actuellement en Ukraine, et mort le à Moscou[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Diplômé de la faculté d'acteurs de l'Institut national de la cinématographie (VGIK) en 1964, puis de celle de la réalisation en 1969, Nikolaï Goubenko est d'abord acteur au théâtre et au cinéma où il débute dans J'ai vingt ans de Marlen Khoutsiev. Il obtient, par ailleurs, un rôle important dans Je demande la parole de Gleb Panfilov (1975). Il réalise son premier long métrage en 1971 : Un soldat revient du front (Prichol soldat s fronta), racontant l'histoire d'un homme cherchant à reconstruire son village détruit par les bombardements de la guerre. Les Orphelins (Podranki, 1976), largement autobiographique, épouse le même thème, mais avec, sans doute, plus de réussite. Ses films suivants sont « d'une tonalité plus légère. » (Marcel Martin). De la vie des estivants (1982) et Et la vie, et les larmes et l'amour baignent dans une atmosphère toute tchékhovienne.

Il est membre du Parti communiste de l'Union soviétique à partir de 1987. Après avoir occupé les fonctions de directeur du théâtre d'avant-garde Taganka, fondé par Iouri Lioubimov, alors en disgrâce auprès des dirigeants soviétiques (1987-1989), Nikolaï Goubenko occupe le poste de ministre de la Culture de l'Union soviétique du au . Nikolaï Goubenko est membre du Parti communiste de la Fédération de Russie dès sa création en 1993 et député à la Douma d'État de 1995 à 2003, puis à celle de Moscou de 2005 à sa mort.

Filmographie partielle[modifier | modifier le code]

En tant que réalisateur
En tant qu'acteur

Prix et honneurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]