Nikolaï Ekk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nikolaï Ekk
StampRussiaHMKsOM2002 Ekk.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
MoscouVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Cimetière de Kuzminskoye (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Conjoint
Ivashёva Valentina Semenovna (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de
Union des cinéastes en URSS (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions
Ordre du Drapeau rouge du Travail
Artiste émérite de la République socialiste fédérative soviétique de Russie (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Nikolaï Ekk (russe : Никола́й Экк) de son vrai nom Nikolaï Vladimirovitch Ivakine (Никола́й Влади́мирович Ива́кин), né le à Riga (située à l'époque en Russie impériale, à présent en Lettonie), décédé le à Moscou (située à l'époque en Union des républiques socialistes soviétiques, à présent en Russie) est un réalisateur de cinéma soviétique.

Issu du monde du théâtre, il étudie le cinéma au Kinotechnikum à l'époque où Eiseinstein, Koulechov et Pudovkin y enseignent. En 1931, il réalise le premier film parlant soviétique, Le Chemin de la vie (Putyovka v zhizn), qui le rendra célèbre et dans lequel il explique les méthodes pédagogiques employées par l'union soviétique pour endiguer un fléau des débuts de la révolution, les besprizornyé (Беспризорные), des troupes d'enfants abandonnés, livrés à eux-mêmes par centaines de milliers, coupables de brigandages[1].

Ekk signe également en 1936 le premier long métrage en couleur soviétique Grounya Kornakova (connu aussi sous le titre de Rossignol, petit rossignol).

À côté de cela, Ekk écrit quelques pièces de théâtre, notamment Les Aiglons rouges («Красные орлята», 1925) et Parti des enfants libres («Партия свободных ребят», 1925).

Filmographie[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en)Jay Leyda, Kino: A History of the Russian and Soviet Film, Allen & Unwin, (ISBN 9780802078209, lire en ligne), p. 284–285

Liens externes[modifier | modifier le code]