Nikodem Sulik

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Nikodem Sulik
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 60 ans)
LondresVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Formation
St. Petersburg Theological Seminary (d) (jusqu'en années 1910)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Enfant
Anna Sabbat (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Armes
Infanterie de la Seconde république polonaise (d), Service for Poland's Victory (en), Armia KrajowaVoir et modifier les données sur Wikidata
Grade militaire
Conflits
Distinctions
Liste détaillée
Chevalier de l'ordre Polonia Restituta
Croix d'argent de l'ordre militaire de Virtuti Militari
Croix d'or de l'ordre militaire de Virtuti Militari
Monte Cassino Commemorative Cross (en)
Commandeur de l'ordre Polonia Restituta
Médaille de guerre (1918-1921) (d)
Médaille de la commémoration de l'indépendance (1928) (d)
Croix d'or du Mérite
Croix de l'Armia Krajowa
Bronze Medal for Long Service (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Nikodem Sulik, né le 15 aout 1893 à Stara Kamienna (powiat de Sokółka, voïvodie de Podlachie, mort le à Londres), est un officier général polonais.

Biographie[modifier | modifier le code]

D’abord militaire dans l’armée impériale russe, il rejoint l’armée de la Deuxième république de Pologne au cours de la Guerre soviéto-polonaise.

En 1939, il est commandant du régiment Sarny du KOP. Il participe à la Bataille de Kock, dont il réchappe. Il parvient à rejoindre la Résistance. Jusqu’en 1941, il commande, pour le district de Wilno, le SZP, première formation de l’armée clandestine.

En , il est arrêté par le NKVD et déporté en URSS. Interné d'abord à la prison de Lefortovo (où il est torturé), il est ensuite transféré à la Loubianka, où il partage brièvement la cellule du général Anders[1]. Il est libéré en vertu des accords Sikorski-Maïski d' et se voit confier la mission de recruter pour l'armée les Polonais internés dans les camps de prisonniers de guerre[2]. On lui donne ensuite le commandement du 13e régiment de l’armée polonaise en URSS (l’armée Anders), jusqu’en 1943. La même année, il est placé à la tête de la 7e Division d’infanterie polonaise.

Après le transfert de l’armée polonaise en Iran, Nikodem Sulik est placé à la tête de la 5e division d'infanterie des Confins du Deuxième corps polonais sous le commandement du général Anders. Il participera avec cette unité à la Campagne d'Italie et s’illustrera à la Bataille du Monte Cassino. Il est promu général de brigade le .

À la fin de la guerre, il restera en exil au Royaume-Uni.

Il avait utilisé plusieurs pseudonymes dont les plus connus sont Ładyna et Sarnowski.

Honneurs et distinctions[modifier | modifier le code]

  • Virtuti Militari
  • Polonia Restituta (à titre posthume)

Sources et références[modifier | modifier le code]

  1. Mémoires du général Anders, p. 71 et 74
  2. Mémoires du général Anders, p. 96
  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Nikodem Sulik » (voir la liste des auteurs).
  • Plaquette rédigée en 2005 par l'Association des anciens combattants polonais en France (sous la direction de Janusz Zieliński) pour l'exposition Les Polonais sur les fronts de la IIe Guerre mondiale, à la mairie du 15e Arrondissement de Paris