Niklaus Meienberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Niklaus Meienberg
Niklaus Meienberg.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 53 ans)
ZurichVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Archives conservées par
Archives littéraires suisses (CH-000015-0: SLA-NM)Voir et modifier les données sur Wikidata

Niklaus Meienberg, né à Saint-Gall le et mort à Zurich le , est un écrivain et journaliste suisse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Entre 1955 et 1960, il finit sa scolarité secondaire à l'Abbaye bénédictine de Disentis/Mustèr (Grisons).

Il part à New York en 1960 pour travailler dans les bureaux de la coopérative Migros et revient en Suisse l'année suivante après avoir également travaillé comme conducteur de bulldozeur à Vancouver et commence des études d'histoire, d'abord à l'université catholique de Fribourg, puis à celle de Zurich. Dès 1966, il est correspondant de la Weltwoche à Paris.

Ses écrits lui valent d'être banni du quotidien zurichois Tages Anzeiger par son éditeur entre 1976 et 1991. Il travaille aussi pour l'hebdomadaire allemand Stern entre 1982 et 1983. Il se lance alors dans le journalisme indépendant et publie dans deux hebdomadaires suisses, Die Wochenzeitung et Die Weltwoche.

Niklaus Meienberg s'ôte la vie le . Son fonds d'archives se trouve aux Archives littéraires suisses à Berne.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages traduits en français[modifier | modifier le code]

  • 1976 : Reportages en Suisse (Reportagen aus der Schweiz, 1974)
  • 1982 : Maurice Bavaud a voulu tuer Hitler (Es ist kalt in Brandenburg. Ein Hitler-Attentat, 1980)
  • 1988 : Le délire général. L'Armée suisse sous influence (Die Welt als Wille & Wahn, 1987)
  • 1991 : Mémoires d'Outre-Suisse (extrait de : Vorspiegelung wahrer Tatsachen; 1983 et: Der wissenschaftliche Spazierstock, 1985)
  • 1992 : Gaspard-mange-ta-soupe. Plaidoyers et autres écrits (Weh unser guter Kaspar ist tot 1991)
  • 1992 : L'exécution du traître à la patrie Ernst S. (Die Erschiessung des Landesverräters Ernst S. 1977)
  • 1995 : Le feu aux poudres. Attaques, agressions et autres scories (Zunder. Überfälle, Übergriffe, Überbleibsel, 1993)
  • 1998 : La désincarnation de Paris, et autres textes

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]