Nikki Sudden

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Nikki Sudden
94004nikki11.jpg
Nikki Sudden
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 49 ans)
New YorkVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Solihull School (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Instrument
Label
Genre artistique

Nikki Sudden est le nom de scène d'Adrian Nicholas Godfrey (Londres, New York, ), musicien anglais, chanteur, guitariste, producteur et compositeur de rock.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a grandi à Solihull (dans les Midlands anglais) où, dès 1972, il monte, avec son frère un groupe qui deviendra une figure du post-punk et du rock DIY après 1977.

Il a ensuite suivi une deuxième carrière plus classique de songwriter rock, avec de nombreuses collaborations, qui lui a valu une base peu nombreuse mais fidèle d'auditeurs fervents.

Sudden a aussi écrit pour de multiples magazines, comme Spec, Intro, Mojo.

Il est mort d'une crise cardiaque dans son sommeil après un concert au club new-yorkais The Knitting Factory.

Carrière[modifier | modifier le code]

Les Swell Maps[modifier | modifier le code]

En 1972, il a cofondé le groupe post-punk des Swell Maps avec son frère Epic Soundtracks (pseudonyme de Kevin Paul Godfrey) alors qu'il était à l'école. Le premier 45 tours, Read About Seymour, sort en 1977, sous leur propre label Rather Records. Ils sortirons 4 simples et deux albums.

Les Jacobites[modifier | modifier le code]

En 1983, avec Dave Kusworth (membre des Dogs D'Amour, de TV-Eye et des The Bounty Hunters), il fonde The Jacobites qui publieront l'album Jacobites en 1984, un maxi Shame For The Angels (1984) et le disque Robespierre’s Velvet Basement en 1985. Ce dernier disque est numéro 1 au hit-parade indépendant allemand et Nikki Sudden s'installe en Allemagne. Le groupe se sépare une première fois en 1986. Il se reforme en 1993 après la réédition de leurs deux premiers albums et enregistre trois nouveaux albums : Howling Good Times (1994), Old Scarlett (1995) et God Save Us Poor Sinners (1998) et un disque en public à Hanovre, Kiss Of Life (1996).

Carrière solo[modifier | modifier le code]

Après la séparation du groupe en 1980, il a commencé une carrière solo, influencé par T. Rex, Johhny Thunders, Bob Dylan, Neil Young entre autres. Il sort deux disques : Waiting On Egypt en 1982 et The Bible Belt en 1983. Après un premier intermède avec The Jacobites (1983-1983), cinq albums solo en cinq ans seront publiés par Creation Records : Texas en 1986, Dead Men Tell No Tales en 1987, Kiss You Kidnapped Charabanc avec Rowland S. Howard, ancien de The Birthday Party en 1987, le double-33tours Groove en 1989 et une compilation, Back To The Coast, en 1990. En 1991 sort The Jewel Thief (réédité sous le titre de Liquor, Guns & Ammo), issu de sessions de 1990 à Athens (dans l'État américain de Géorgie) en compagnie des membres de R.E.M.. En 1995 paraît Seven Lives Later un album avec de multiples invités (des membres de The Jet Boys, The True Spirit, The Fatal Shore, Band Of Outsiders, Once Upon A Time, Vermooste Vløten, The Flaming Stars, Sonic Youth, Voodoo Witch, et The Jacobites). Treasure Island de Nikki Sudden et les Last Bandits sort en 2002 avec, là encore, des invités (Ian McLagan de The Faces et de The Small Faces, Mick Taylor de The Rolling Stones, Anthony Thistlethwaite de The Waterboys, Dave Kusworth des Jacobites et Darrell Bath des Dogs D’Amour et des Crybabys).

Une heure juste avant sa mort, il achevait de donner un superbe concert à New-York, où il fut éblouissant de vie, de joie, et d'esprit rock'n'roll.

L'auteur des Rêveries du toxicomane solitaire (Éd. Allia - 1997-2007) utilisa en épigraphe d'ouverture, une phrase de lui de leur correspondance écrite : Like the succulence of pure opium itself. En outre, Nikki composa deux titres sur des textes du même Bertrand Delcour : The End of Autumn.

Discographie[modifier | modifier le code]

Swell Maps[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

Compilations[modifier | modifier le code]

  • Whatever Happens Next... (1981)
  • Collision Time (1981)
  • Train Out of It (1986)
  • Collision Time Revisited (1989)
  • International Rescue (1999)
  • Sweep The Desert (2000)
  • Wastrels and Whippersnappers (2006)

Singles[modifier | modifier le code]

  • "Read About Seymour (1977)
  • Dresden Style (1978)
  • Real Shocks (1979)
  • Let's Build a Car (1979)

The Jacobites[modifier | modifier le code]

Jacobites[modifier | modifier le code]

  • Jacobites (1984, Glass Records)
  • Robespierre's Velvet Basement (1985, Glass Records)
  • Lost In A Sea Of Scarves (1985, What´s So Funny About)
  • Texas (1986)
  • Dead Men Tell No Tales (1988)
  • Howling Good Times (1993, Regency Sound)
  • Old Scarlett (1995, Glitterhouse/EfA)
  • God Save Us Poor Sinners (1998, Glitterhouse/EfA/Bomp! Records) (2 editions avec liste de titres differents)

Compilations et live[modifier | modifier le code]

  • The Ragged School (1985, US – Vinyl-Sampler pour l'Amérique du Nord, Twintone)
  • Fortune Of Fame (1988, Glass Records, Sampler)
  • Heart Of Hearts (1995, Por Caridad Producciones, Sampler)
  • Kiss Of Life (1996, n.UR-Kult Releases, Swamp Room Records - Live LP)
  • Hawks Get Religion (1996, Regency Sound, Sampler)

Singles[modifier | modifier le code]

  • Shame For The Angels E.P. (1984, Glass Records)
  • Pin Your Heart To Me (1985, Glass Records)
  • When The Rain Comes (1986, Glass Records) tiré de "Robespierre´s Velvet Basement"
  • Jangle Town (1987) tiré de Texas
  • Margaritta (1993, Regency Sound) publié avec "Howling Good Times" LP
  • Don´t You Ever Leave Me (1993, Regency Sound) tiré de "Howling Good Times"
  • Over And Over (1997, Ultra Under Records)
  • Teenage Christmas (1998, Chatterbox Records) publié avec "God Save Us Poor Sinners" LP
  • The Otter Song (2011, Sunthunder Records)

Solo[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

  • Waiting on Egypt (1982)
  • The Bible Belt (1983)
  • Kiss You Kidnapped Charabanc [avec Rowland S. Howard] (1987)
  • Crown of Thorns (1988)
  • Groove (1989)
  • The Jewel Thief [avec R.E.M.] (1991)
  • Seven Lives Later (1996)
  • From the Warwick Road to the Banks of the Nile (1997)
  • Egyptian Roads (1997)
  • Red Brocade [avec The Chamberstrings] (1999)
  • Treasure Island (2004)
  • The Truth Doesn't Matter (2006 album)
  • Golden Vanity (2009) [sortie posthume avec Phil Shoenfelt, enregistrement de 1998]

Compilations, live, rééditions[modifier | modifier le code]

  • Back to the Coast (1990)
  • Liquor, Guns and Ammo (avec R.E.M.) (2000) (re)sortie de The Jewel Thief
  • The Last Bandit (2000)[1]
  • The Nikki Sudden Compendium (2001)
  • Tel Aviv Blues (2011, CD, enregistrement acoustique de 2002)
  • Playing With Fire (2011, CD, Chute de "Treasure Island" & "The Truth Doesn't Matter")
  • The Boy From Nowhere Who Fell Out Of The Sky (2013, 6xCD Box Set)
  • Still Full Of Shocks (2013, CD, Edition Limitée, Session Acoustique Live)
  • Fred Beethoven (2014, CD et Edition Limitée en Vinyle Bleu LP, enregistrements originaux de 1997-1999)
  • The Copenhagen Affair (2014, CD, Edition Limitée, Enregistrement Live à Barbue, Copenhague, 27.11.1991)
  • Christmas Day Blues (2014, CD, Edition Limitée, Enregistrement Live à Hambourg, 25.12.1985)
  • Quasimodo (2016, CD, Enregistrement Live au Quasimodo Club, Berlin, 05.03.2003)

Singles[modifier | modifier le code]

  • "Back To The Start" (1981)
  • "Channel Steamer" (1982) tiré de Waiting On Egypt
  • "Wedding Hotel" (1987) tiré de Kiss You Kidnapped Charabanc
  • "Lunacy Is Legend EP" (1987)
  • "The Angels Are Calling" (1989)
  • "The Sun Is Shining" (1990) tiré de The Jewel Thief
  • "I Belong to You" (1991) tiré de The Jewel Thief
  • "Buick MacKane" (1991)
  • "Whiskey Priest" (1992) tiré de Seven Lives Later
  • "Bourgeois Blues" (1992)
  • "So Many Girls" (1999) tiré de Red Brocade
  • "Hanoi Jane" (2005) tiré de Golden Vanity
  • "Barroom Blues" (2006)

Nikki Sudden & Freddy Lynxx[modifier | modifier le code]

  • By The Lights Of The Burning Citroen (1997, Sucksex, sortie Cassette uniquement)

avec Freddy Lynxx[modifier | modifier le code]

  • No Pleasure Thrills (1996, Sucksex, LP)
  • "No Pleasure Thrills / Open Up & Bleed“ (1996, Sucksex, 7")
  • "Soul Power / Opium-Den“ (1999, Sucksex, 7")
  • "Have Faith“ (1999, Vicious Kitten, EP)
  • Full Cover (2004, Sucksex, CD)

avec Ghost Train[modifier | modifier le code]

  • All My Sunken Ships / You Knocked Me Out Cold (In The Big Hotel) (1996, Sucksex, 7")

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. The Last Bandit (2000 album), popmatters.com; accessed 15 August 2015.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références bibliographiques[modifier | modifier le code]

  • Antoine Madrigal, « Nikki Rocky, sa vie », Nineteen, Toulouse, Association Nineteen, vol. 24,‎ , p. 26-31 (ISSN 0757-1984)