Nikita Zotov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Nikita Zotov
Zotov2.JPG
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Famille
House of Zotov (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Anna Eremeyevna Pachkova (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Konone Zotov (d)
Ivan Zotov (d)
Vassili Zotov (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Le comte Nikita Moiseevich Zotov[1] (en Russe Nikita Moiseevich Zotov, nʲ'kʲta moɨ'sʲɛɪvʲɪt͡ɕ 'zotv (écouter)) (1644-Décembre 1717[2]) était un tuteur d'enfance et un ami de longue date du tsar russe Pierre le Grand. Les historiens sont en désaccord sur la qualité du tutorat de Zotov. Robert K. Massie, par exemple, loue ses efforts, mais Lindsey Hughes critique l'éducation qu'il a donnée au futur tsar.

On ne sait pas grand-chose de la vie de Zotov en dehors de sa relation avec Pierre. Il a quitté Moscou pour une mission diplomatique en Crimée en 1680 et est retourné à Moscou avant 1683. Il est devenu membre de la « Joyeuse Compagnie », un groupe de plusieurs dizaines d'amis de Pierre qui est finalement devenu le Synode des Fous et Bouffons blaguant et buvants. Zotov a été par moquerie nommé « Prince-Pape » du Synode, et les a régulièrement menés dans les jeux et les célébrations. Il a accompagné Pierre à de nombreuses occasions importantes, telles que les campagnes d'Azov et la torture des Streltsy après leur soulèvement. Zotov a occupé un certain nombre de postes d'État, dont à partir de 1701 un poste de direction au secrétariat personnel du tsar. Trois ans avant sa mort, Zotov a épousé une femme de 50 ans son cadet. Il mourut en décembre 1717 de causes inconnues.

Tutelle de Pierre Ier[modifier | modifier le code]

Contexte[modifier | modifier le code]

A boy is sitting at a table and is looking at a large open book held by a bearded standing man. The table is covered with books and papers. A woman is sitting by the wall and looking at the man
Zotov enseigne au jeune Pierre Ier, peinture de Klavdy Lebedev, 1913

Alexis I, tsar de Russie, s'est marié deux fois au cours de sa vie, d'abord avec Maria Miloslavskaya puis avec Natalia Naryshkina après la mort de Maria[3]. Pierre I est né à Natalia Naryshkina le 30 mai 1672 [4]. Après la mort du tsar Alexis le [5], le demi-frère et parrain de Pierre Féodor, le « fils survivant aîné semi-invalide de Maria Miloslavskaya »[6], est devenu le tsar de Russie. Ivan Miloslavsky, l'oncle de Féodor, est revenu à Moscou d'un exil virtuel en tant que gouverneur d'Astrakhan pour devenir ministre en chef. Sa famille n'était pas au pouvoir depuis un certain temps à la suite du remariage du tsar Alexis. En conséquence, Ivan Miloslavsky détestait la famille Naryshkin, qui comprenait Pierre, Natalia Naryshkina et le père adoptif de Natalia, Artamon Matveyev. Lorsqu'une nouvelle famille dirigeante prenait le pouvoir, la famille dirigeante précédente était généralement bannie à une position cérémonielle quelque part loin de Moscou. Au lieu de cela, Ivan Miloslavsky a essayé d'arrêter les Naryshkins, mais Féodor ne lui a permis que d'exiler Artamon Matveyev. Féodor aimait son demi-frère Pierre et la mère de Pierre, et tous deux ont été autorisés à rester au Kremlin dans des appartements privés.

La plupart des Moscovites du XVIIe siècle ont reçu peu d'éducation, et les niveaux d'alphabétisation étaient faibles, même parmi la noblesse, l'éducation pour laquelle se composait généralement d'un peu de lecture, d'écriture et d'une petite quantité d'histoire et de géographie. Les érudits religieux faisaient généralement exception à cette règle et apprenaient souvent la grammaire, les mathématiques et les langues étrangères. Deux des enfants du tsar Alexis - Féodor et sa sœur Tsarevna Sophia ont reçu une éducation approfondie des érudits religieux de Kiev et pouvaient parler latin et polonais[6].

À l'âge de trois ans, en 1674 ou 1675, Pierre a reçu une livre du tsar Alexis pour l'aider à apprendre l'alphabet ; deux ans plus tard, le tsar Féodor a suggéré à la mère de Pierre de commencer ses études. Les estimations de l'année exacte où le tutorat de Pierre a commencé varient largement ; de nombreux auteurs font référence à une date de début dès 1677[7], et aussi tard que 1683 [8],[9], bien que de multiples sources identifient spécifiquement le 12 mars 1677 comme le début du tutorat de Pierre[10],[11]. Nikita Zotov, un ancien greffier d'église[12], ou « secrétaire de la Douma »[13] du département de collecte des impôts de la bureaucratie gouvernementale[14], été choisi pour enseigner à Pierre à lire et à écrire.

Nomination et instruction[modifier | modifier le code]

Nikita Zotov et Pierre Ier

Zotov n'était pas un érudit religieux, mais il connaissait bien la Bible - une qualification importante pour Natalia Narychkina[14]. Bien qu'il ne s'y attendait pas, il a été bien récompensé avant même d'avoir commencé son travail, recevant de Féodor et de la Tsaritsa, ainsi que du patriarche Joachim, des cadeaux comprenant un ensemble d'appartements, deux nouveaux ensembles de vêtements et 100 roubles. Il a également été élevé au rang de noble mineur. Zotov a été profondément humilié et submergé par la demande de la Tsaritsa et a été fasciné par la perspective d'enseigner Pierre[10]. Zotov et Pierre sont rapidement devenus de bons amis, et Zotov est resté proche de Pierre jusqu'à la mort de l'ancien[15].

La première leçon de Pierre a commencé le matin après la nomination de Zotov[14]. Après que les livres aient été aspergés d'eau bénite, Zotov a commencé son instruction ; d'abord dans l'alphabet, puis dans le livre de prières. Il a enseigné la Bible, dont Pierre a appris de longs passages qu'il pouvait encore réciter de mémoire quarante ans plus tard. Zotov a également appris à son élève à chanter, et dans ses dernières années, Pierre accompagnait souvent spontanément des chorales lors des services religieux. Bien qu'initialement chargé uniquement d'enseigner la lecture et l'écriture, Zotov a trouvé que Pierre était intellectuellement curieux et intéressé par tout ce qu'il pouvait transmettre. Pierre a demandé des leçons sur l'histoire, les batailles et les héros russes[16]. À la demande de Zotov, le tsaritsa a ordonné que les gravures de « villes et palais étrangers, voiliers, armes et événements historiques » soient apportées par le bureau des munitions. Zotov les a placés dans la salle d'étude, avec un globe quelque peu précis pour l'époque, pour distraire Pierre quand il s'ennuyait avec ses études. D'autres tuteurs « de fortune » informels[17] (étrangers et nationaux)[18] et des domestiques ont été amenés pour des jeux en plein air tapageurs avec des balles réelles. Ils devaient également enseigner à Pierre d'autres sujets tels que l'histoire royale et militaire[19], la forge, la menuiserie, l'imprimerie[12],[20] et, exceptionnellement pour la noblesse russe de l'époque, la voile et la construction navale[21].

Impact[modifier | modifier le code]

Nikita Zotov

Zotov est devenu l'un des premiers amis de Pierre, et les deux sont restés proches tout au long de la vie de Zotov. Lindsey Hughes (en), un historien du XXe siècle, a critiqué Zotov pour avoir donné à Pierre une éducation qui n'enseignait pas ce qu'un futur tsar devrait savoir[22]. Son contemporain, Robert K. Massie, a soutenu que l'éducation était la meilleure possible pour un garçon curieux comme Pierre, car il était peu probable qu'il devienne un tsar, son demi-frère Ivan V étant placé avant lui dans le ligne de succession. Selon Massie, bien que Zotov n'ait peut-être pas enseigné à Pierre au plus haut niveau possible, il a dispensé « la meilleure éducation pour un esprit comme celui de Pierre », car cela « a stimulé la curiosité [de Pierre] » et lui a permis de devenir « en grande partie, un homme autodidacte »[15]. L'amitié de Zotov avec le tsar est devenue plus tard une source d'inquiétude pour les autres membres du gouvernement, dont beaucoup - y compris même le puissant Menchikov - craignaient son influence[1].

En 1680, Zotov a entrepris une mission diplomatique de trois ans en Crimée ; les sources ne s'entendent pas sur le fait que ce soit avant ou après avoir instruit Pierre[23]. Lorsque Pierre a quitté le Kremlin pour passer son enfance à Preobrazhenskoye, deux ans après le départ de Zotov, ses souvenirs des tuteurs qui avaient enseigné à ses frères et sœurs, Feodor et Sophia, étaient si négatifs qu'il s'est coupé des sujets académiques traditionnels pendant un certain temps[24]. Il a ensuite repris ses études sous Afanassyi Nesterov et Zotov après le retour de ce dernier de Crimée[25]. Bien que Pierre ait cherché à connaître la nature et les questions militaires plutôt que la littérature ou la théologie, il a néanmoins appris beaucoup de ces dernières de ses tuteurs. Zotov (et plus tard ses fils)[26] ensuite travaillé avec Pierre pour traduire des livres sur la fortification d'une langue d'Europe occidentale en russe[27]. Pierre n'a pas appris beaucoup de choses sur les mathématiques, un sujet qu'il a dû apprendre correctement à la fin de son adolescence pour l'utiliser dans la guerre de siège et la fortification[28]. Plus tard, Pierre a regretté son manque d'éducation plus complète et a cherché à donner à ses filles Anne et Elizabeth des formations équivalentes à celles de n'importe quelle princesse européenne[29],[30].



Prince-pape du Synode ivre[modifier | modifier le code]

En 1692, Pierre, qui était tsar de Russie[31] s'est organisé lui-même et plusieurs dizaines de ses amis en un Synode des imbéciles et des bouffons, un « synode » qui parodiait la religion[32]. Bien qu'il ait une réputation de sobriété et de jeûne [8], Zotov a été nommé « Prince-Pape »[33] du Synode à cause de cela. Il était même parfois appelé Patriarche Bacchus[34]. Pierre l'a forcé à participer aux fêtes même lorsque Zotov a invoqué maladie et épuisement.

Cependant, Zotov est rapidement devenu un participant clé des célébrations moqueuses[8]. Après avoir d'abord bu à la santé de tous, il a « béni » le groupe avec le signe de la croix, en utilisant deux longues pipes hollandaises[35]. En vacances, les jeux se jouaient dans les rues de Moscou et à Noël, la Compagnie parcourait la ville en chantant, avec Zotov à la tête, sur un traîneau tiré par douze hommes chauves. Zotov portait un costume très inhabituel - sa tenue était ornée de cartes à jouer ; il portait un chapeau d'étain ; et il était assis sur un tonneau[33]. Au cours de la première semaine de Carême, une procession de « pénitents » a suivi Zotov à travers la ville sur des ânes, des bœufs et des traîneaux tirés par des chèvres, des cochons et des ours.

Haut bureau[modifier | modifier le code]

Mass of people in carts on left being taken to a barely visible background gallows in the right background while women and children look on worriedly. Wealthy aristocracy, including one on a horse, look on from the right. Multiple onion domes topping a large structure are visible in the left background.
Matin d'exécution de Streltsy, par Vasily Ivanovich Surikov, 1881

En 1695 et 1696, Pierre le Grand organise deux campagnes contre la garnison turque d'Azov[36]. Bien que la campagne de 1695 ait finalement échoué, celle de 1696 a réussi,[37]. Les Russes ont entouré la ville d'hommes et de navires et ont franchi le mur, ce qui a contraint le pacha d' Azov à « se rendre dans des conditions honorables »[38]. Le peuple de Moscou a été surpris par la nouvelle de la capitulation ; depuis le règne du père de Pierre, Alexis, aucune armée russe n'avait été victorieuse[39]. Pierre a retardé son retour à la maison pour permettre à André Vinius, un autre membre de la Compagnie[40], d'organiser un défilé de la victoire dans la capitale. L'armée est rentrée chez elle le 10 octobre, mais au lieu d'une réception orthodoxe traditionnelle, l'armée a marché à travers une arche apparemment soutenue par Hercule et Mars[41]. Contrairement à la coutume pour un tsar, Pierre n'est pas monté à la tête de la procession, mais a plutôt permis qu'il soit dirigé par 18 cavaliers conduisant des voitures transportant Zotov et le héros de la guerre Fedor Golovin[42],[43],[44],[45].

Lors d'une tournée en Europe en 1698, Pierre apprend que les Streltsy se sont rebellés et se précipite immédiatement de Vienne[46]. Après avoir vaincu les régiments rebelles, Pierre a ordonné la torture de ceux qui avaient incité les Streltsy à se rebeller. Pendant près d'un mois et demi, des hommes de la Compagnie, dont Féodor Romodanovsky, Boris Golitsyn et Zotov, ont dirigé la torture en secret[47].

En 1701, Zotov est nommé à la tête du Conseil privé nouvellement créé par le tsar[48],[49]. En 1710, Pierre a fait de Zotov un comte [50]et un an plus tard, lorsque Pierre a créé le Sénat dirigeant, il a nommé Zotov pour le superviser[51].

Vie privée[modifier | modifier le code]

A primitive illustration of a processing group of people involved in some form of festivity. People are throwing their hats in the air, playing musical instruments and cheering up the event
Mariage de Zotov en 1714 Lubok, XVIIIe siècle

Nikita Zotov a été marié deux fois et a eu trois fils de son premier mariage. L'un était Vassili Zotov (mort en 1729)[52], qui a fait ses études en dehors de Russie et est devenu le réviseur général des Oukazes (inspecteur général des décrets) en novembre 1715. En tant qu'inspecteur général, il incombait à Vassili de présider le Sénat, d'appliquer ses décrets et de signaler les sénateurs absents à Pierre[53],[54]. Cependant, Vassili avait peu de pouvoir politique et n'a donc pas été en mesure de remplir son rôle en opposition aux souhaits de certains des hommes les plus puissants de l'empire russe[55]. Le deuxième fils était Ivan Zotov (1687-1723)[56], qui a vécu et étudié en France, où il a travaillé comme traducteur[51],[57]. Le troisième fils, Konon Zotov (1690–), a étudié en Angleterre et a occupé divers postes dans la marine russe et dans le système judiciaire russe[58].

Selon Robert K. Massie et Lindsey Hughes, Pierre a dit à Zotov en octobre 1713 qu'il avait l'intention de le marier une deuxième fois, à Anna Pashkova, une veuve de 50 ans cadette de Zotov, malgré le souhait de Zotov de passer ses dernières années dans un monastère[59],[60]. Cependant, le Encyclopédie Brockhaus et Efron et Sergueï Soloviov disent que Zotov a eu l'idée de se marier avec Pashkova en 1714 et que son projet de devenir moine n'était qu'une plaisanterie[51],[61].

Le mariage a été décrit par Friedrich Christian Weber, l'ambassadeur de Hanovre[62] comme « célébré par la cour en masques »[60]. Les invités ont été invités à se pré-inscrire en groupes de trois avec leurs costumes afin de ne pas trop ressembler aux autres invités[63]. Les témoins ont décrit l'événement, qui a eu lieu les 27 et 28 janvier 1715 et qui avait été préparé pendant trois mois comme un « monde bouleversé »[64]. La Compagnie portait des insignes ridicules et beaucoup de gens se comportaient exactement à l'opposé de la norme ; « les invitations aux invités étaient livrées par des bègues, les mariées étaient des estropiés, les coureurs étaient des gros hommes atteints de goutte, le prêtre avait cent ans »[65]. Hughes note que l'événement a pu être une « variation des charivari occidentaux ou des cérémonies de honte », à travers laquelle le tsar pouvait démontrer combien il avait de pouvoir sur la vie de ses sujets. Pendant le mariage, le Synode a régulièrement chanté des chants de Noël dans les rues de Moscou et a exigé de l'argent, qui est devenu une taxe de nouvel an pour les riches.

Mort[modifier | modifier le code]

Nikita Zotov est décédé en décembre 1717 de causes inconnues. Pierre n'a pas perdu de temps pour avancer, au moins publiquement ; il remplaça Zotov comme « Prince-Pape »[2] par Pierre Buturlin,[66] en le « nommant » le 28 décembre 1717[65]. Pierre a même ordonné que la veuve de Zotov soit mariée à l'automne 1721 [67]. Il y avait un désaccord entre Konon Zotov et sa belle-mère sur la division de la succession de Nikita Zotov ; Konon a tenté de déclarer illégitime le deuxième mariage de Nikita, pour éviter d'avoir à donner de l'argent à la famille de sa belle-mère[51].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Hughes 1998, p. 423.
  2. a et b Hughes 2004, p. 120–121.
  3. Massie 1981, p. 18–21.
  4. Massie 1981, p. 22.
  5. Massie 1981, p. 25.
  6. a et b Massie 1981, p. 26.
  7. Kamenskiĭ 1987, p. 41.
  8. a b et c Бердников 2007.
  9. Hughes 1998, p. 3.
  10. a et b Boguslavsky 2004, p. 487–488.
  11. Ламбин 1844, p. 42–43.
  12. a et b Nikiforov 2009.
  13. Bushkovitch 2001, p. 179.
  14. a b et c Massie 1981, p. 27.
  15. a et b Massie 1981, p. 27–28.
  16. Hosking 1998, p. 77.
  17. Massie 1981, p. 72.
  18. Massie 1981, p. 67–75.
  19. Massie 1981, p. 67–70.
  20. Massie 1981, p. 70–71.
  21. Massie 1981, p. 72–75.
  22. Hughes 1998, p. 3, 463.
  23. Bain 1967, p. 208.
  24. Massie 1981, p. 71.
  25. Wittram 1964, p. 88.
  26. Brechka 1982, p. 5.
  27. Gitermann 1945, p. 421.
  28. Williams 1907, p. 251–252.
  29. Massie 1981, p. 71, 806–807.
  30. Massie 2011, p. 29–30.
  31. Massie 1981, p. 108.
  32. Bushkovitch 1990, p. 16.
  33. a et b Massie 1981, p. 120.
  34. Hughes 2004, p. 31.
  35. Massie 1981, p. 119–120.
  36. Massie 1981, p. 136–148.
  37. Robson et Stedall 2009, p. 355.
  38. Massie 1981, p. 146.
  39. Massie 1981, p. 147.
  40. Massie 1981, p. 113.
  41. Massie 1981, p. 147–148.
  42. Massie 1981, p. 148.
  43. Grey 1960, p. 91.
  44. Troyat 1987, p. 83.
  45. Hughes 1998, p. 18.
  46. Massie 1981, p. 249.
  47. Massie 1981, p. 254–255.
  48. Wittram 1964, p. 108.
  49. LeDonne 1987, p. 238.
  50. (ru) « Зотов, Никита Моисеевич » [archive du ], Энциклопедия Брокгауза и Эфрона (Brockhaus and Efron Encyclopedic Dictionary), Saint-Pétersbourg, Ф. А. Брокгауз & И. А. Ефрон,‎ 1890–1907 (consulté le 9 août 2009).
  51. a b c et d Solovyov 2001.
  52. Petrovskyi 1875, p. 159–162.
  53. Massie 1981, p. 751.
  54. Bain 1967, p. 317.
  55. Grey 1960, p. 386.
  56. Pekarskyi 1862, p. 226–227.
  57. (ru) « Зотов, Никита Моисеевич », Энциклопедия Брокгауза и Эфрона (Brockhaus and Efron Encyclopedic Dictionary), Saint-Pétersbourg, Ф. А. Брокгауз & И. А. Ефрон,‎ 1890–1907 (consulté le 24 août 2009).
  58. (ru) « Зотов, Конон Никитич » [archive du ], Энциклопедия Брокгауза и Эфрона (Brockhaus and Efron Encyclopedic Dictionary), Saint-Pétersbourg, Ф. А. Брокгауз & И. А. Ефрон,‎ 1890–1907 (consulté le 24 août 2009).
  59. Hughes 2004, p. 109–110.
  60. a et b Massie 1981, p. 618.
  61. (ru) « Зотов, Никита Моисеевич » [archive du ], Энциклопедия Брокгауза и Эфрона (Brockhaus and Efron Encyclopedic Dictionary), Saint-Pétersbourg, Ф. А. Брокгауз & И. А. Ефрон,‎ 1890–1907 (consulté le 9 août 2009).
  62. Massie 1981, p. 613.
  63. Hughes 2004, p. 109.
  64. Hughes 2004, p. 110.
  65. a et b Hughes 1998, p. 254.
  66. Troyat 1987, p. 229.
  67. Troyat 1987, p. 248.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Nisbet Bain, The First Romanovs. (1613–1725) : A History of Moscovite Civilisation and The Rise of Modern Russia Under Peter The Great and His Forerunners, Russell & Russell, A Division of Atheneum House Inc, (1re éd. 1905) (OCLC 405625)
  • (ru) Лев Бердников, « Всешутейший патриарх: Очерк их серии "Феномен шутовства в русской культуре XVIII века" », Новый Журнал, no 249,‎ (lire en ligne, consulté le 23 juillet 2009)
  • Frank T. Brechka, « Peter the Great: The Books He Owned », The Journal of Library History, vol. 17, no 1,‎ , p. 1–15 (JSTOR 25541234)
  • (ru) Vladimir V. Boguslavsky, Славянская энциклопедия : XVII век в 2-х томах, Volume 1 [« Slavic encyclopedia: 17th century, in 2 volumes, volume 1 »], Olma Media Group,‎ (ISBN 5-224-02249-5, lire en ligne), « Зотов Никита Моисеевич »
  • Paul A. Bushkovitch, « The Epiphany Ceremony of the Russian Court in the Sixteenth and Seventeenth Centuries », Russian Review, vol. 49, no 1,‎ , p. 1–17 (DOI 10.2307/130080)
  • (en) Paul A. Bushkovitch, Peter the Great : The Struggle for Power, 1671–1725, Cambridge (England), Cambridge University Press, , 485 p. (ISBN 0-521-80585-6, lire en ligne)
  • James Cracraft, The Church Reform of Peter the Great, Stanford University Press, , 336 p. (ISBN 978-0-8047-0747-3, lire en ligne)
  • (de) Valentin Gitermann, Geschichte Russlands, vol. 2, Zurich, Büchergilde Gutenberg,
  • Ian Grey, Peter the Great : Emperor of All Russia, Philadelphie et New York, J. B. Lippincott Company, (ISBN 978-0-397-00140-8)
  • Geoffrey Hosking, Russia : People and Empire, 1552–1917, Harvard University Press, , 2e éd., 548 p. (ISBN 978-0-674-78119-1, lire en ligne)
  • Lindsey Hughes, Russia in the Age of Peter the Great, New Haven (Connecticut), Yale University Press, (ISBN 978-0-300-07539-7, lire en ligne)
  • Lindsey Hughes, Peter the Great : A Biography, New Haven, Connecticut, Yale University Press, , 285 p. (ISBN 978-0-300-10300-7, lire en ligne)
  • Aleksandr Kamenskiĭ (traduit par David Mark Griffiths (dir.)), The Russian Empire in the Eighteenth Century : Searching for a Place in the World, Londres, M.E. Sharpe, , 307 p. (ISBN 978-1-56324-575-6, lire en ligne)
  • John P. LeDonne, « Ruling Families in the Russian Political Order. 1689–1825 », Cahiers du monde russe et soviétique, vol. 28, nos 3/4,‎ july–december 1987, p. 233–293, 295–322 (DOI 10.3406/cmr.1987.2115, JSTOR 20170587)
  • Robert K. Massie, Peter the Great : His Life and World, New York, Ballantine Books, , 909 p. (ISBN 0-345-29806-3)
  • (en) Robert K. Massie, Catherine the Great : Portrait of a Woman, New York, Random House, , 625 p. (ISBN 978-0-679-45672-8)
  • Leonid Alekseyevich Nikiforov, « Peter I (emperor of Russia) », dans Encyclopædia Britannica Online, Encyclopædia Britannica, Inc., (lire en ligne) (consulté le )
  • (ru) P. P. Pekarskyi, Зотов Иван Никитич [« Science and literature in Russian during (the rule of) Peter the Great »], vol. I, Saint-Pétersbourg, Товарищество "Общественная польза",‎ (lire en ligne)
  • (en) Eleanor Robson et Jacqueline A. Stedall, The Oxford Handbook of the History of Mathematics, New York, Oxford University Press, , 918 p. (ISBN 978-0-19-921312-2, lire en ligne)
  • (ru) S. Petrovskyi, Зотов Василий Никитич [« On the Senate during the rule of Peter the Great »], Moscou, Katkov & Co,‎ (lire en ligne)
  • (ru) Sergey M. Solovyov, История России с древнейших времен [« History of Russia from the Earliest Times »], vol. 16, Moscou, AST,‎ (1re éd. 1866) (ISBN 5-17-002536-X, lire en ligne[archive du ]), « Глава третья. Продолжение царствования Петра I Алексеевича »
  • Henri Troyat, Peter the Great, New York, E. P. Dutton, (1re éd. 1979), 392 p. (ISBN 0-525-24547-2, lire en ligne)
  • Henry Smith Williams (dir.), The Historians' History of the World : Switzerland (concluded), Russia and Poland, vol. 17, The Times, (lire en ligne)
  • (de) Reinhard Wittram, Peter I. Czar und Kaiser, vol. 1, Gœttingue, Vandenhoek & Ruprecht,