Nigar Shikhlinskaya

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Nigar Shikhlinskaya
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
10 octobre 1871 ou 21 mars 1878
Tbilissi
Décès
Sépulture
Yasamal cemetery (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Nigar Huseyn Afandi Gizi Gayibova
Nationalité
Formation
Université Transcaucasienne pour Femmes de Tbilissi
Activité
Famille
Conjoint

Nigar Huseyn Afandi Gizi Shikhlinskaya (azéri : Nigar Hüseyn Əfəndi qızı Şıxlinskaya, /niɟɑr hysejn æfændi gɯzɯ ʃɯxlinskaja/ ; née Gayibova le ou le à Tbilissi et morte le à Bakou) fut la première infirmière azerbaïdjanaise.

Elle parlait couramment plusieurs langues, dont le russe et le français[1], et a servi sur le front occidental de la Première Guerre mondiale, où elle a ouvert l'hôpital de la Croix-Rouge[2].

Le , elle publie un appel aux femmes dans le journal Russkiy Invalid. Elle a codirigé la communauté de la Croix-Rouge, créée par les femmes des officiers, jusqu'en 1918.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et études[modifier | modifier le code]

Nigar Shikhlinskaya, probablement pendant la guerre.

Shikhlinskaya est la fille du visionnaire Huseyn Afandi Gayibov. Après l'obtention d'une médaille d'or à l'Université Transcaucasienne pour Femmes de Tbilissi en 1889, elle devient la première femme azerbaïdjanaise à obtenir une éducation supérieure[1].

Shikhlinskaya devient veuve à la mort de Dervish-Bek Palavandishvili (en), un noble géorgien. Le , elle épouse le colonel et commandant azéri Ali-Agha Shikhlinski ; le couple s'installe à Tsarskoïe Selo.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le , elle rejoint Shikhlinski à l'état-major des gardes du district militaire de Saint-Pétersbourg. Plus tard, elle est élue à la tête du Comité des Femmes de l'École des Officiers d'Artillerie. L'hôpital qui y est associé est devenu connu sous le nom d'hôpital Shikhlinskaya[3].

Elle a entretenu une correspondance épistolaire versifiée avec son mari. Dans ses mémoires, Shikhlinski rappelle que sa femme a écrit au foyer de soldats blessés dans deux langues étrangères (en plus du russe) et que les soldats l'appelaient Maman (Mamasha)[3].

En 1916, son parent proche, Farrukh Gayibov (en), qui est considéré comme le premier pilote de combat azerbaïdjanais, meurt dans une bataille aérienne.

Après-guerre[modifier | modifier le code]

Le , Shikhlinski, en tant que vice-ministre de la Défense de la République démocratique d'Azerbaïdjan, fonde la Société du Croissant-Rouge azerbaïdjanais. Shikhlinskaïa en devient la pionnière.

Shikhlinski écrit dans ses mémoires : « La mort de ma femme a été un coup fatal pour moi. Tout est parti avec ma femme – le bonheur et la santé. ».

Il n’est pas certain que Shikhlinskaya ait eu des enfants. Dans son article « La vie du général Ali Agha Shikhlinski », le lieutenant-colonel et haut responsable scientifique Shamistan Nazirli, du ministère de la Défense azerbaïdjanais, attache une photo prise au début du siècle où elle apparaîtrait avec son fils.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Azerbaijani Soviet Encyclopedia (1987), vol. 10, p. 551
  2. (ru) « Zerkalo » [archive du ], Zerkalo.az, (consulté le 20 mars 2009)
  3. a et b (ru) « Русская армия в Великой войне: Шихлинский А.А. Мои воспоминания », sur www.grwar.ru (consulté le 9 juillet 2019)