Nieul-sur-l'Autise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nieul (homonymie).
Nieul-sur-l'Autise
Image illustrative de l'article Nieul-sur-l'Autise
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement Fontenay-le-Comte
Canton Saint-Hilaire-des-Loges
Intercommunalité Communauté de communes Vendée Sèvre Autise
Maire
Mandat
Michel Bossard
2014-2020
Code postal 85240
Code commune 85162
Démographie
Gentilé Nieulais
Population
municipale
1 271 hab. (2012)
Densité 56 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 25′ 28″ N 0° 40′ 41″ O / 46.4244444444, -0.67805555555646° 25′ 28″ Nord 0° 40′ 41″ Ouest / 46.4244444444, -0.678055555556  
Altitude Min. 6 m – Max. 58 m
Superficie 22,63 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte administrative de Vendée
City locator 14.svg
Nieul-sur-l'Autise

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte topographique de Vendée
City locator 14.svg
Nieul-sur-l'Autise

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Nieul-sur-l'Autise

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Nieul-sur-l'Autise

Nieul-sur-l'Autise est une commune française située dans le département de la Vendée en région Pays de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le territoire communal de Nieul-sur-l'Autise est occupé depuis le Paléolithique supérieur comme en témoignent les découvertes de silex taillées réalisées en plusieurs endroits sur le plateau dominant l'Autize. Pour le Néolithique, plusieurs sites sont localisés; deux d'entre eux ont fait l'objet de travaux archéologiques réalisés par Roger Joussaume (CNRS). Le dolmen de La Pierre Levée daté du Néolithique moyen a fait l'objet d'une étude complète au début des années 1970 [1] Ensuite ce chercheur engagea des travaux archéologiques au lieu-dit Champ Durand [2]. Ils ont permis l'étude partielle d'une enceinte du Néolithique récent découverte par photographie aérienne de Maurice Marsac. Trois fossés concentriques, interrompus pour les passages enserraient un espace de plusieurs hectares. À l'époque néolithique, le fossé intermédiaire a servi de lieu de sépultures. Le Conseil Général de Vendée a acquis en 1985, une des entrées fouillées de ce site archéologique pour le conserver.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1977 mars 2000 Louis Moinard[Note 1] Union Centriste agriculteur
conseiller général du canton de Saint-Hilaire-des-Loges (1982-2001)
conseiller régional des Pays de la Loire (1986-1987)
sénateur de la Vendée (1987-2004)
mars 2000 en cours Michel Bossard[Note 2],[1] Divers droite agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 1 271 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 3],[Note 4].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
774 796 749 834 1 111 1 084 1 184 1 204 1 164
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 174 1 140 1 251 1 161 1 175 1 168 1 215 1 228 1 193
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 185 1 137 1 155 1 026 1 043 1 038 1 030 1 003 1 032
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
943 917 871 890 943 985 1 117 1 135 1 271
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (24,1 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (25,1 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,8 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,2 % d’hommes (0 à 14 ans = 24,7 %, 15 à 29 ans = 16,3 %, 30 à 44 ans = 22,4 %, 45 à 59 ans = 16,7 %, plus de 60 ans = 19,9 %) ;
  • 50,8 % de femmes (0 à 14 ans = 19,4 %, 15 à 29 ans = 14,9 %, 30 à 44 ans = 21 %, 45 à 59 ans = 16,5 %, plus de 60 ans = 28,3 %).
Pyramide des âges à Nieul-sur-l'Autise en 2007 en pourcentage[4]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90 ans ou +
2,8 
7,0 
75 à 89 ans
10,4 
12,4 
60 à 74 ans
15,1 
16,7 
45 à 59 ans
16,5 
22,4 
30 à 44 ans
21,0 
16,3 
15 à 29 ans
14,9 
24,7 
0 à 14 ans
19,4 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2007 en pourcentage[5]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
7,3 
75 à 89 ans
10,6 
14,9 
60 à 74 ans
15,7 
20,9 
45 à 59 ans
20,2 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
17,3 
15 à 29 ans
15,5 
18,9 
0 à 14 ans
17,4 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Abbaye Saint Vincent.
Le moulin à eau.

L'Abbaye royale Saint-Vincent est établie au XIe siècle par des chanoines augustins engagés dans les travaux d'assainissement du marais.
De caractère roman poitevin l'ensemble est remarquable mais il a été profondément restauré au XIXe siècle. La construction de la voûte du chœur, sur un terrain mal stabilisé, a provoqué une déformation importante de la verticalité des piliers, compensée par les culées des bas-côtés. Le portail a conservé son caractère initial mais le clocher est un ajout récent qui rompt le caractère roman de l'église.
Le cloître roman attenant avec sa salle capitulaire est un des rares restés intact. L’édifice est classé aux monuments historiques depuis 1862, ajout du cloître en 1875[6].

Le village abrite aussi une maison de la meunerie dans un moulin à eau restauré, qui assure des animations sur le travail du meunier, elle est située sur la rivière l'Autise. Le moulin, a priori le seul moulin artisanal en activité permanente de la Vendée, produit des farines de meule de haute qualité destinées, d'une part, à un réseau de professionnels de la Boulangerie-Pâtisserie, d'autre part à la grande distribution avec une diffusion restreinte. Il fonctionne à l'électricité pendant les périodes d'étiages de la rivière.

L'enceinte préhistorique de Champ-Durand, ruines d'une enceinte d’un camp néolithique ayant probablement abrité une place d'échanges commerciaux ainsi que des populations environnantes, inscrit aux monuments historiques depuis le 26 juillet 1990[7].

Le parc et le château du Vignaud, maison dite "Empire" de par son architecture datant du Premier Empire. Il est utilisé comme centre de loisirs et pour les animations estivales.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Aucun document pour l'instant ne prouve qu'Aliénor d'Aquitaine, duchesse d'Aquitaine, reine de France puis d'Angleterre soit née à Nieul-sur-l'Autise, plutôt qu'à Poitiers ou à Bordeaux comme des biographies modernes le supposent, ou même ait visité l'abbaye, mais c'est fort possible comme aiment le signaler des brochures touristiques. Sa mère, Aénor de Châtellerault, serait inhumée dans l'abbaye royale Saint-Vincent.

Évènements[modifier | modifier le code]

  • Fête de la Meunerie, week-end de la Pentecôte tous les deux ans (fête traditionnelle dans le parc du Vignaud : école de 1900, village africain, ...)
  • « Nieul, village de Lumière », animations (spectacles de danses, de capes et d'épées, de musiques, bal traditionnel) dans le bourg et le parc du Vignaud avec illuminations des rues et monuments comme des projections d'images habillant l'abbatiale Saint-Vincent.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu en 1983, 1989 et 1995.
  2. Réélu en 2001, 2008 et 2014.
  3. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  4. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :