Nieuil-l'Espoir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Nieuil-l'Espoir
Nieuil-l'Espoir
Mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Vienne
Arrondissement Poitiers
Intercommunalité Communauté de communes des Vallées du Clain
Maire
Mandat
Gilbert Beaujaneau
2020-2026
Code postal 86340
Code commune 86178
Démographie
Population
municipale
2 718 hab. (2017 en augmentation de 13,2 % par rapport à 2012)
Densité 132 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 28′ 59″ nord, 0° 27′ 18″ est
Altitude Min. 108 m
Max. 136 m
Superficie 20,64 km2
Élections
Départementales Canton de Vivonne
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Nieuil-l'Espoir
Géolocalisation sur la carte : Vienne
Voir sur la carte topographique de la Vienne
City locator 14.svg
Nieuil-l'Espoir
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Nieuil-l'Espoir
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Nieuil-l'Espoir

Nieuil-l’Espoir est une commune du Centre-Ouest de la France, située dans le département de la Vienne en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Petite ville située à 15 km du sud-est de Poitiers.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par le Miosson.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est océanique avec des étés tempérés

Crue du Miosson sous le pont de la RD 1.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du bourg proviendrait de l'adjectif gaulois novio qui signifie nouveau auquel a été rajouté le mot L'Espoir, du latin spatha signifiant longue épée. Ce nom a été rajouté à l'époque où ce mot était gravé sur les épées fabriquées à Nieuil[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Monument aux morts.

Le village est créé sur par défrichement par les moines de la Vayolle, le long du Miosson.

Le village était surtout connu pour sa fabrique d’épées qui avaient une certaine renommée sur les différents champs de bataille. Le fer était extrait en différents lieux (le Mineret, Foulle). Les forges étaient installées le long du Miosson.

Au XVe siècle, il existait quatre foires qui ont assuré un développement agricole très important.

La commune, qui était à l’origine essentiellement agricole avec 600 habitants environ, s’est développée à partir des années 1970 grâce à la proximité de Poitiers et du Centre hospitalier régional. Sa population est aujourd’hui de 2718 habitants et essentiellement résidentielle.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Médiathèque.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1928 1934 Alfred Guigne    
1934 1935 M. Pasqueron de Fommervault[2]   Médecin
1935 1945 Jean Hérault    
1945 1974 Raymond Soulas[2]    
février 1974 mars 1983 Bernard Perault   Administrateur de sociétés
mars 1983 En cours Gilbert Beaujaneau RPR puis
UMP-LR
Chef d'entreprise
Conseiller départemental du canton de Vivonne (2015 → )
8e vice-président du conseil départemental de la Vienne (2015 → )
Président de la CC de la Région de La Villedieu-du-Clain (2002 → 2013)
Président de la CC Vallées du Clain (2014 → )
Réélu en 2008[3] et 2014

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune relève du tribunal d'instance de Poitiers, du tribunal de grande instance de Poitiers, de la cour d'appel de Poitiers, du tribunal pour enfants de Poitiers, du conseil de prud'hommes de Poitiers, du tribunal de commerce de Poitiers, du tribunal administratif de Poitiers et de la cour administrative d'appel de Bordeaux, du tribunal des pensions de Poitiers, du tribunal des affaires de la Sécurité sociale de la Vienne, de la cour d’assises de la Vienne.

Services publics[modifier | modifier le code]

Les réformes successives de La Poste ont conduit à la fermeture de nombreux bureaux de poste dont celui de Nieuil l'Espoir. Toutefois une agence postale communale a été ouverte en compensation à la mairie, où l'ensemble des anciens services du bureau de poste restent disponibles.[4]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6].

En 2017, la commune comptait 2 718 habitants[Note 1], en augmentation de 13,2 % par rapport à 2012 (Vienne : +1,59 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
430429441486516570548602567
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
662677740736735749730762763
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
776805792791750714701706716
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
6156629201 1931 5541 9042 1812 2202 401
2017 - - - - - - - -
2 718--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

En 2008, selon l’Insee, la densité de population de la commune était de 115 hab./km2 contre 62 hab./km2 pour le département, 69 hab./km2 pour la région Poitou-Charentes et 115 hab./km2 pour la France.

Économie[modifier | modifier le code]

Selon la direction régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt de Poitou-Charentes[9], il n'y a plus que 17 exploitations agricoles en 2010 contre 23 en 2000.

Les surfaces agricoles utilisées ont très légèrement augmenté et sont passées de 1 002 hectares en 2000 à 1 056 hectares en 2010 dont 312 hectares sont irrigables[9]. Ces chiffres indiquent une concentration des terres sur un nombre plus faible d’exploitations. Cette tendance est conforme à l’évolution constatée sur tout le département de la Vienne puisque de 2000 à 2007, chaque exploitation a gagné en moyenne 20 hectares[10].

59 % des surfaces agricoles sont destinées à la culture des céréales (blé tendre essentiellement mais aussi orges et maïs), 19 % pour les oléagineux (colza et tournesol), 12 % pour le fourrage et 5 % reste en herbes. En 2000, un hectare (zéro en 2010) était consacré à la vigne[9].

Trois exploitations en 2010 (contre huit en 2000) abritent un élevage de bovins (293 têtes en 2010 contre 424 têtes en 2000). Six exploitations en 2010 (contre onze en 2000) abritent un élevage d'ovins (660 têtes en 2010 contre 879 têtes en 2000). Les élevages de caprins et de volailles ont disparu au cours de cette décennie[9].

La disparition de l'élevage de caprins est révélatrice de l’évolution qu’a connu, en région Poitou- Charente, cet élevage au cours des deux dernières décennies: division par trois du nombre d’exploitations, augmentation des effectifs moyens par élevage (38 chèvres en 1988, 115 en 2000), division par dix des chèvreries de 10 à 50 chèvres qui représentaient 50 % des troupeaux en 1988, et multiplication par 6 des élevages de plus de 200 chèvres qui regroupent, en 2000, 45 % du cheptel. Cette évolution a principalement pour origine la crise de surproduction laitière de 1990-1991 qui, en parallèle des mesures incitatives, a favorisé des départs d’éleveurs en préretraite[11].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles de Wikipédia[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le Patrimoine des communes de la Vienne en 2 tomes – Edition FLOHIC – 2002 – (ISBN 2-84234-128-7)
  2. a et b [PDF] Mémoire, histoire et patrimoine à Nieuil l’Espoir, bulletin n° 27, avril 2016.
    « La maison a été la demeure du docteur Pasqueron de Fommervault (locataire), maire de la commune de 1934 à 1935, puis de Raymond Soulas susnommé, maire de Nieuil l’Espoir de 1945 à 1974. »
  3. Site de la préfecture de la Vienne, consulté le 10 mai 2008
  4. « Inauguration de l’agence postale communale », sur https://www.lanouvellerepublique.fr/, (consulté le 9 octobre 2019)
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  9. a b c et d Fiches communales 2000 - 2010 de la Vienne
  10. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Agreste – Enquête Structure 2007
  11. Agreste – Bulletin n°11 de Décembre 2005