Nictation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Clignement d'œil

La nictation (ou clignement d'œil) est une fonction des yeux, qui clignent typiquement dans un délai entre 100 et 150 millisecondes du début à la fin. Si un œil s'assèche, baisser la paupière et la rouvrir rapidement peut aider à répartir l'humidité (larme) sur la surface de l'œil, rendant la situation moins inconfortable. Le clignement sert également a enlever les irritants qui auraient pu atterrir sur l’œil.

Lors d'un clignement d'œil, la paupière enduit la surface du globe oculaire de liquide lacrymal, pour éviter sa déshydratation et les démangeaisons. Le clignement est moins fréquent lors de la lecture ou de la visualisation d'un écran (7,5 clignements par minute) -ce qui explique que les yeux deviennent alors secs et douloureux- et plus fréquent en périodes de fatigue et lors des phases de transition (par exemple, en tournant une page de magazine).

Mais le clignement n'est pas qu'un réflexe. Il est ralenti lorsque la personne est calme (15 clignements par minute) ou doit se concentrer[1], alors que l'anxiété déclenche des torrents de clignements (50 clignements par minute). Pris par surprise, les psychopathes, dont le fonctionnement du cerveau est altéré, sont moins susceptibles de cligner des yeux rapidement que le commun des mortels. En outre, durant un clignement, l'activité du cortex visuel ainsi que des zones pariétale et préfrontale est interrompue[2], peut-être pour nous empêcher de remarquer des microsecondes d'obscurité.

Les bébés s'y adonnent moins que les adultes (1 à 3 clignements par minute). Plusieurs hypothèses pourraient expliquer ce phénomène : faible taux de dopamine, moindre besoin d'humidification de l’œil, effort d'attention plus important pour intégrer de nouveaux stimuli [3] . Il existe également des variations importantes dans le monde animal. Un perroquet cligne des yeux 26 fois par minute, contre 1 seule fois pour une autruche.

Les hommes et les femmes ont la même fréquence de clignement spontané (M.J. Doughty, 2002, Optom Vis Sci), avec une moyenne de dix par minute en laboratoire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sébastien Bohler, « Cligner des yeux détend le cerveau », Pourlascience.fr,‎ (lire en ligne)
  2. Blink and you really do miss it BBC News
  3. « Un scientifique explique pourquoi les bébés clignent si peu des yeux », PARENTS.fr,‎ 20/072018 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]