Nicolette Hennique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Nicolette Hennique
Hennique Nicolette Mariani t IX 1908 portrait.jpg
Portrait gravé paru dans l'Album Mariani, tome XI, 1908.
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Père

Nicolette Hennique (Paris 8e, [1] - Paris 16e, [2]) est une poétesse française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Marguerite Clarisse Nicolette Hennique, fille du romancier Léon Hennique et de Nicolette-Louise Dupont, naît rue de Courcelles à Paris, le .

Elle a collaboré à plusieurs revues : L'Ermitage[3],[4] ; L'Hémicycle ; La Revue blanche ; La Revue ; Le aulois. En 1955, elle publiera un émouvant livre de souvenirs à la mémoire de son père[5]. Elle était membre de la Société de propagation des livres d'art[6]. Elle a hérité de la maison natale de Condorcet à Ribemont (maison devenue Musée Condorcet)[7].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Réception et critiques[modifier | modifier le code]

  • José-Maria de Heredia dans sa correspondance à Léon Hennique et sa fille (1904) exprime le regret de n'avoir pu les recevoir à l'Arsenal et complimente Nicolette Hennique de ses vers (acquisition de la BNF, 1973)
  • Catulle Mendès[8]
  • Henri Duvernois la classe parmi les Parnassiens[9]
  • Nicolette Hennique, presque une enfant encore, a su forcer l'attention des lettrés avec Des rêves et des choses, Des héros et des dieux. (Le Gaulois (Paris. 1868)
  • « L'étrange phénomène ! chanter grec, penser grec, voir grec, rêver grec, ainsi que la grande Sapho de Mitylène et s'appeler florianesquement Nicolette ! » Émile Bergerat

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]