Nicole de Hauteclocque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hauteclocque.

Nicole de Hauteclocque
Illustration.
Fonctions
Sénatrice de Paris

(6 ans, 3 mois et 21 jours)
Groupe politique UNR-UDTUDRRPR
Députée française

(23 ans, 3 mois et 26 jours)
Circonscription 18e circonscription de Paris
Législature 2e, 3e, 4e, 5e, 6e et 7e (Ve République)
Prédécesseur Jean-Robert Debray
Successeur Circonscription supprimée
Biographie
Nom de naissance Nicole de Saint-Denis
Date de naissance
Lieu de naissance Commercy (Meuse)
Date de décès (à 79 ans)
Lieu de décès Paris
Profession Experte en relations publiques

Nicole de Hauteclocque, née le à Commercy et morte le à Paris, est une femme politique française. Elle a été députée gaulliste de Paris de 1962 à 1978, élue municipale du 15e arrondissement et première femme présidente du Conseil de Paris, de 1972 à 1973.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née Nicole de Saint-Denis en 1913 dans la Meuse, fille d'un colonel d'active, elle entre dans la Résistance dès 1940, appartenant au réseau du Colonel Rémy. Elle est décorée de la Croix de Guerre (1939-1945) et de la Médaille de la Résistance. Elle avait épousé avant la guerre Pierre de Hauteclocque (cousin du maréchal Leclerc de Hauteclocque) dont elle devait divorcer.

Adhérente au Rassemblement du peuple français dès sa création, elle siège au Conseil de Paris pendant 42 ans, en assurant un an la présidence, de juin 1972 à juin 1973. Élue du 15e arrondissement, elle bat Françoise Giroud lors des municipales de 1977.

En 1977, avec d'autres élus gaullistes, Jean Chérioux et Jacques Marette, elle facilite l'arrivée et l'élection de Jacques Chirac à la mairie de Paris[1].

Elle a été députée gaulliste (UNR puis RPR) de la 18e circonscription de Paris (1962-1986), puis sénatrice de Paris (1986-1993).

Un jardin (le jardin Nicole-de-Hauteclocque) dans le nouveau quartier Dupleix du 15e arrondissement de Paris porte son nom.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Guillaume Tabard, « Disparition - Jean Chérioux, figure de la vie politique parisienne », Le Figaro, samedi 30 avril / dimanche 1er mai 2016, page 12.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]