Nicole Avril

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Avril (homonymie).
Nicole Avril
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Conjoint

Nicole Avril, née le 15 août 1939 à Rambouillet, est une écrivaine française. Sa mère, née le 1er janvier 1914, avait perdu son propre père dès les premiers combats d'août 1914[1]. Nicole Avril retrouvera le sien vivant, mais elle voudra par la suite témoigner de ce XXe siècle, de toutes les horreurs et de toutes les conquêtes. Des personnages féminins qui sont dans ses romans de fortes figures[2] accompagnent l'émergence des femmes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après une enfance et une adolescence à Lyon, elle est professeure de lettres à Maubeuge, puis à Paris. En 1968, elle quitte l'enseignement pour le théâtre et gagne sa vie en posant pour des photos de mode et de publicité. Mal à l'aise dans les mots des autres, elle va alors tenter d'écrire son propre texte[3].

Le 6 septembre 1972, deux romans paraissent le même jour chez deux éditeurs différents. Dans Les Gens de Misar (Albin Michel et Prix des Quatre Jurys) « avec du rêve et du vent, elle fait une mémoire de ce Misar insensé, fabuleux. À chaque pas une sensation violente »[4]. L'Été de la Saint-Valentin chez Jean-Jacques Pauvert est, au contraire, d'inspiration autobiographique.

Un mois plus tard, le 6 octobre 1972, son chemin croise celui de Jean-Pierre Elkabbach. Ils ne se quitteront plus. En 1973, ils co-réalisent pour la seconde chaîne de télévision et pour le Nouvel Observateur un document : Auroville. Près de Pondichéry, se construit une cité, Auroville, qui s'inspire de la pensée du philosophe indien Sri Aurobindo.

Nicole Avril fait paraître en 1975 Les Remparts d'Adrien et, en 1977, Le Jardin des Absents, deux fables atypiques et utopiques. Avec Monsieur de Lyon, en 1979, « elle cède au plaisir d'un récit débridé où, de la légèreté, elle glisse inéluctablement vers une gravité qui en fait un conte moral tel qu'on les écrivait au XVIIIe siècle. »[5] Vont suivre deux grands succès de librairie : La Disgrâce (1981) et Jeanne (1984). Et, en collaboration avec Jean-Pierre Elkabbach, un essai dialogué, Taisez-vous Elkabbach, en 1982.

Après d'autres romans : La Première Alliance, Sur La Peau du diable, viendront des essais : Le Regard de la grenouille, Dictionnaire de la passion amoureuse, et Le Roman du visage, ce dernier, à la fois, histoire du visage humain à travers ses représentations et ses interdits[6], et portrait de l'auteur vue de profil. En fait, elle se dévoile, une première fois en 1989 avec Dans Les Jardins de mon père, et surtout, après la mort de ses parents, dans son livre le plus intime, Voyage en Avril (2010).

Nicole Avril est l'auteur de trois portraits, trois femmes qui, chacune à sa manière, furent des insoumises. Élisabeth d'Autriche, plus célèbre sous le diminutif de Sissi, dans L'Impératrice (1993), Dora Maar, grande photographe et tragique amante du Picasso de Guernica, dans Moi, Dora Maar (2002). Enfin, dans Brune (2012), Flora Tristan qui se battit jusqu'à ses dernières forces pour le socialisme et pour les femmes.

Œuvres[modifier | modifier le code]

[réf. incomplète]

  • Brune (Plon, 2012)
  • Voyage en Avril (Plon 2010)
  • Dictionnaire de la passion amoureuse. Plon, 2007.
  • Dernière mise en scène. Plon et Pocket 2005
  • Le Regard de la grenouille (Plon 2003, Pocket 2005)
  • Moi, Dora Maar (Plon 2002, Pocket 2003)
  • Le Roman du visage (Plon 2000)
  • Le Roman d’un inconnu (Grasset 1998)
  • Une Personne déplacée (Grasset 1996, LGF-Livre de Poche 1998)
  • Il y a longtemps que je t’aime (Flammarion 1992, J’ai Lu 1993)
  • L’Impératrice (Grasset 1993, Livre de Poche 1995), biographie romancée d’Élisabeth d’Autriche, dite Sissi
  • Dans les jardins de mon père (Flammarion 1989, J’ai Lu 1991), récit autobiographique
  • Sur la peau du diable (Flammarion 1987, J'ai Lu 1989)
  • La Première alliance (Flammarion 1986, J'ai Lu 1987)
  • Jeanne (Flammarion 1984, J'ai Lu 1985)
  • Taisez-vous, Elkabbach ! (Flammarion, 1982), essai coécrit avec son mari Jean-Pierre Elkabbach
  • La Disgrâce (Albin Michel 1980, J'ai Lu 1982)
  • Monsieur de Lyon (Albin Michel 1979, J'ai Lu 1980)
  • Le Jardin des absents (Albin Michel 1977 Livre de poche 1979)
  • Les Remparts d’Adrien (Albin Michel 1975)
  • L’Été de la Saint-Valentin (Pauvert 1972, Livre de poche 1975)
  • Les Gens de Misar (Albin Michel 1972), Prix des Quatre-Jurys

Références[modifier | modifier le code]

[réf. incomplète]

  1. Nicole Avril, Voyage en Avril. Éditions Plon. 2010.
  2. Josyane Savigneau: Le Monde. 7 octobre 1993.
  3. Bernard Lahire: La condition littéraire, Éditions la découverte. 2006.
  4. Michel Cournot, Le Nouvel Observateur, 8 septembre 1972.
  5. Pierre-Jean Remy, Le Monde, 1° juin 1979.
  6. Jacques Attali, L'Evénement du Jeudi, 30 mars 2000.

Liens externes[modifier | modifier le code]