Nicolas Dupré de Saint-Maur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nicolas Dupré de Saint-Maur
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 59 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Autres informations
Membre de

Nicolas Dupré de Saint-Maur (ou du Pré de Saint-Maur), né à Paris le et mort à Paris le , est un administrateur français de l'Ancien Régime. Il fut conseiller d'État, intendant de BerryBourges) puis intendant de Guyenne (à Bordeaux).

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Nicolas Dupré de Saint-Maur est le fils de Nicolas-François Dupré de Saint-Maur (1695-1774), maître des comptes, économiste et statisticien, membre de l'Académie française[1], et de Marie Marthe Alléon.

Par contrat du 17 janvier 1761 à Paris[2], il épouse Claude Louise Le Noir (1744-1801), fille de Louis Samuel Le Noir, riche financier, trésorier receveur général et payeur des rentes de l'hôtel de ville.

L'un de ses fils, autre Nicolas (1767-1846), fut maître des requêtes au parlement de Paris, puis maire de Vierzon sous l'Empire et la Restauration. Un autre, Jean Pierre Émile Dupré de Saint-Maure est député de l'Aude et auteur d'une anthologie russe.

Carrière[modifier | modifier le code]

Il fut conseiller au parlement de Paris (1751), maître des requêtes (1755), conseiller d’État (1785). Mais c'est surtout comme intendant qu'il s'est illustré.

Il est d'abord intendant à Bourges, de 1764 à 1776[3].

De 1776 à 1784, il est intendant général à Bordeaux[4],[5]. Il y protège les arts et les lettres, favorise le développement du Musée, crée un jardin botanique. Il devient membre de l'Académie de Bordeaux en 1780.

Il a des projets d'urbanisme visionnaires pour Bordeaux. En 1781, pour continuer l'œuvre de Tourny, il veut faire détruire le château Trompette et le remplacer par une grande place[6]. Il obtient du roi, le , les lettres patentes décidant la destruction du château. Mais son départ de Bordeaux, puis la Révolution, retardent les travaux. Le château Trompette, dont l'emplacement fut occupé par l'esplanade des Quinconces, ne fut rasé que sous la Restauration.

Il a également le projet de construire un canal ceinturant la ville à l'ouest, à la place de zones marécageuses. Ce canal ne vit jamais le jour et ce sont les grands boulevards qui furent établis à cet endroit.

C'est aussi sous son administration que le Grand Théâtre, voulu par le maréchal-duc de Richelieu, gouverneur de Guyenne, est construit par Victor Louis et achevé en 1780.

Château d'Argent-sur-Sauldre[modifier | modifier le code]

Alors qu'il est intendant à Bordeaux, il découvre le pin maritime dans les Landes et l'introduit dans la propriété qu'il avait acquise à Argent-sur-Sauldre, en Berry. Il rénove et agrandit sensiblement le château vers 1776-1778. Il s'adresse pour cela à l'architecte Victor Louis, qui construisait au même moment le Grand Théâtre de Bordeaux.

Écrits[modifier | modifier le code]

Il est l'auteur d'un certain nombre d'écrits liés à ses fonctions d'intendant.

  • Essai sur les avantages du rétablissement de la culture du tabac en Guyenne, 1781, in 4°.
  • Mémoire relatif à quelques projets intéressants pour la ville de Bordeaux, lu par M. Dupré de Saint-Maur... directeur de l'Académie des sciences de Bordeaux, à la séance publique du 7 mars 1782, Bordeaux, impr. M. Racle, , 80 p., in 4° (lire en ligne).
  • Mémoire sur la décadence du commerce de Bayonne et Saint-Jean-de-Luz, et sur les moyens de le rétablir, Bordeaux, 1782, in 4°.
  • Mémoire important sur l'administration des corvées dans la généralité de Guyenne, et observations sur les remontrances du Parlement de Bordeaux du 15 mai 1784, Bordeaux, 1784, in 4°.
  • Lettre d'un subdélégué de la généralité de Guyenne, à M. le duc de ... relativement aux corvées, Paris, 1784, in 4°.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Julien, « L'Homère, le Virgile et le Cicéron de la pomme de terre. », Revue d'histoire de la pharmacie, vol. 84e année, no 310,‎ , page 285 (lire en ligne).
  2. Généalogie et contrat de mariage sur le site roglo.
  3. M Bedeneau, O. Nougarède et A. Cabanettes, « Histoire et sylviculture aujourd'hui : l'exemple des taillis de la forêt de Lamotte-Beuvron en Sologne. », Norois, no 153,‎ , page 62 (DOI 10.3406/noroi.1992.6406, lire en ligne).
  4. Johel Coutura, « Le Musée de Bordeaux. », dans Johel Coutura et al., Dix-huitième Siècle : La franc-maçonnerie, vol. 19, (DOI 10.3406/dhs.1987.1641, lire en ligne), pages 150 et 151.
  5. Louis Desgraves, « Chronique du Bordelais en Bazadais (publications de 1936 à 1948) . », Annales du Midi : revue archéologique, historique et philologique de la France méridionale, vol. Tome 65, no 22,‎ , page 231 (lire en ligne).
  6. Christian Taillard, « De l'Ancien Régime à la Révolution : l'histoire exemplaire des projets d'aménagement du Château Trompette à Bordeaux. », Revue de l'Art, no 83,‎ , page 76 (DOI 10.3406/rvart.1989.347762, lire en ligne).

Sources[modifier | modifier le code]

  • Julien Vasquez, Nicolas Dupré de Saint-Maur ou le dernier grand intendant de Guyenne, Bordeaux, Fédération historique du Sud-Ouest, 2008, 393 p., ill. (ISBN 9782854080667)
  • Michel Suffran, Le rêve est une seconde ville. Trois urbanistes et visionnaires bordelais : Dupré de Saint-Maur, XVIIIe siècle, Léo Drouyn, XIXe siècle, Cyprien Alfred-Duprat, XXe siècle, Bordeaux, Les Dossiers d'Aquitaine, 1997, 187 p., ill. (ISBN 2-905212-40-3)