Nicolas du Japon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nicolas du Japon
Nikolai-Kasatkin.jpg

Nicolas Kasatkine

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 75 ans)
Tokyo (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Q4424940
Académie théologique de Saint-Pétersbourg (en) (-)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Étape de canonisation
Equal-to-apostles (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions
Liste détaillée
Chevalier de l'ordre de Saint-Alexandre Nevski (d)
Ordre de Saint-Vladimir de 1re classe (d)
Ordre de Saint-Alexandre Nevski
Ordre de Saint-Vladimir de 2e classe (d)
Ordre de Sainte-Anne de première classe (d)
Ordre de Saint-Vladimir de 1re classe (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Saint Nicolas du Japon, de son vivant archevêque Nikolaï Kasatkine, est né Ioann Dimitrovitch Kasatkine (1836 - 1912). C'était un évêque de l'Église orthodoxe russe et un saint de l'Église orthodoxe. Il fut le père de l'Église orthodoxe du Japon. La cathédrale orthodoxe de Tokyo (Cathédrale de la Résurrection), est surnommée Nikolai-do en souvenir de lui. Fête le 3 février.

Nicolas est né le 1er août 1836 julien (qui correspond au 13 août grégorien) dans le gouvernement de Smolensk, de Dimitri Kasatkine, diacre de l'Église orthodoxe russe. Il fut baptisé sous le nom Ioann. Sa mère mourut alors qu'il avait 5 ans. Il gravit rapidement les échelons des responsabilités ecclésiastiques : en 1857, il entra à l'Académie de théologie de Saint-Pétersbourg. Le 7 juillet 1860 (du calendrier russe, 19 juillet grégorien) il devint moine et reçut le nom de Nicolas. Le 12 juillet (24 juillet) de la même année, il est ordonné diacre.

Il fut envoyé au Japon pour desservir la paroisse de la mission diplomatique russe. Son charisme rassembla autour de lui un premier noyau de Japonais qui devint peu à peu une Église locale nouvelle.

Une des épreuves les plus douloureuses de sa vie fut la guerre qui éclata en 1905 entre sa patrie russe et celle de ses enfants spirituels japonais. Lors de la victoire du Japon, il sut autoriser ses prêtres à célébrer des offices d'action de grâce tout en prévenant qu'il n'y participerait pas.

Après sa mort le 3 février 1912 julien (qui correspond au 16 février grégorien), il fut enterré au cimetière de Yanaka à Tokyo, près de Ueno.

Il est le premier saint de l'Église orthodoxe japonaise, canonisé par l'Église russe en 1970 comme « Égal aux apôtres du Japon, Archevêque saint Nicolas ». La même année, l'Église russe décidait d'accorder l'autonomie à l'Église du Japon.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Pater Noster en japonais classique
"Notre Père" traduit en japonais classique par Saint Nicolas du Japon et Paul Nakai Tsugumaro.

Liens externes[modifier | modifier le code]