Nicolas Zourabichvili

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille Zourabichvili.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Zourabichvili.
Nicolas Zourabichvili
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (82 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Père
Fratrie
Autres informations
Maître
Site web

Nicolas Zourabichvili, né le [1] à Paris, est un compositeur français d'origine géorgienne par son père et germano-russe par sa mère.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Georges Zourabichvili et de Nathalie von Pelken, frère de l'historienne Hélène Carrère d'Encausse, père du philosophe François Zourabichvili, oncle de l'écrivain Emmanuel Carrère et du médecin et journaliste Marina Carrère d'Encausse.

Il étudie le piano, le solfège et l'harmonie au Conservatoire de Bordeaux de 1946 à 1948. Il fait ses études secondaires et universitaires à Paris (lycée Janson-de-Sailly, puis la Sorbonne) : licence ès lettres, diplôme d'études supérieures et CAPES de russe. Parallèlement, il étudie la composition, d'abord avec Nadia Boulanger de 1959 à 1962, puis avec Max Deutsch jusqu'en 1964.

En 1970 et 1977, il reçoit le Prix Lili Boulanger, et en 1977 le Prix de la Ville de Nantes.

En 1986, 2e Prix Arthur Honegger pour le Thrène pour Thelonious Monk.

De 1986 à 1988, il est directeur du Conservatoire Serge Rachmaninoff à Paris.

Œuvres principales[modifier | modifier le code]

Nicolas Zourabichvili a composé, entre autres, des pièces pour orchestre, pour piano solo, pour ensembles de musique de chambre. Nombre de ces œuvres sont des commandes de Radio-France.

Orchestre et divers ensembles[modifier | modifier le code]

Mtskheta (1976), pour divers ensembles : Declaracion del desangelado (1971), Aus ödem Traumland, pour vingt-quatre cordes, (1975), Souzdal, pour sept cuivres et trois percussionnistes et une Messe (1976),

Musique de chambre[modifier | modifier le code]

  • pour piano solo

Sonate, Six variations, Thrène pour Thelonious Monk , (1983), Vita nova (1994) ;

  • pour violon seul : La Fuite (1987) ;
  • autres

Musiques de films[modifier | modifier le code]

la musique des films d'Otar Iosseliani depuis 1982.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « Zourabichvili, Nicolas », notice d'autorité personne n° FRBNF14801333, catalogue Bn-Opale Plus, Bibliothèque nationale de France, créée le 5 mars 1998, modifiée le 10 juillet 2007

Liens externes[modifier | modifier le code]