Nicolas Vleughels

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Nicolas Vleughels
Vleughels, Nicolas - Self-Portrait - c. 1714.jpg
Autoportrait au pastel de Vleughels, v. 1714.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 69 ans)
RomeVoir et modifier les données sur Wikidata
Domicile
Activité
Parentèle
Autres informations
Membre de
Maître
Influencé par
Distinction

Nicolas Vleugels[1], souvent épelé Vleughels, né le à Paris et mort le à Rome, est un peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Nicolas Vleughels est le fils de Philippe Vleughels[2], un artiste flamand spécialisé dans le portrait. Le frère de Nicolas, Jacques-Philippe, est également peintre[3]. Il fut l'élève de Pierre Mignard.

Nicolas concourt, en 1694, au prix de l'Académie, le sujet était Loth et ses filles sortant de la ville de Sodome. Il obtient le deuxième prix.

De 1703 à à 1713, il vécut en Italie, trois ans à Rome, puis deux ans à Venise où il rencontra Rosalba Carriera et découvrit le pastel. Il revint à Rome en 1709 et séjourna à Modène en 1712-1713[4].

Il est élu membre de l’Académie de peinture, le avec comme morceau de réception, le tableau Alexandre faisant peindre par Apelle sa maîtresse Campaspe.

Il cohabita avec Antoine Watteau de 1716 à 1718[5], dans le quartier Saint-Victor.

Portrait de Nicolas Vleughels accordant son violon
par Jean-Antoine Watteau

Il repart à Rome en 1725 pour y être nommé directeur de l’Académie de France. Il se marie avec Marie-Thérèse Gosset, belle-sœur du peintre Panini, en 1731.

Nicolas Vleughels fut nommé par le roi chevalier de Saint MichelÉtienne Jeaurat et Pierre Subleyras furent au nombre de ses élèves.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Vleughels a traité des sujets liés à l'histoire sainte, à la mythologie et à l'histoire profane. Ses tableaux historiques et mythologiques réalisés dans le style baroque sont souvent influencés par les œuvres de Véronèse et généralement de petit format[6]. Ses œuvres font aujourd’hui partie des fonds du Louvre et du musée des Beaux-Arts de Caen.

  • Autoportrait (vers 1714), pastel sur traits de pierre noire, 27 × 21 cm, Musée du Louvre[5]
  • Apelle peignant Campaspe dit aussi L'Amour indiscret (1716 morceau de réception à l'Académie), huile sur toile, 126 × 97 cm, Musée du Louvre[7]
  • Vulcain présentant à Vénus les armes d'Énée, musée de Toulouse.
  • Diseuse de bonne aventure, musée d'Angers.
  • Achille plongé dans le Styx.
  • L'adoration des mages.
  • Alceste délivré des enfers par Hercule.
  • Apparition de Jésus à Marie.
  • Le Bast.
  • La Cène.
  • Ecce Homo.
  • L’Éloquence.
  • L’Enfant Jésus en buste.

Planches pour livres[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bernard Hercenberg, Nicolas Vleughels : peintre et directeur de l’Académie de France à Rome, 1668-1737, Paris, L. Laget, , 259 p. (lire en ligne).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Vleugels » est l'orthographe qui figure dans l’acte de baptême (Voir Fétis) et c’est également l’orthographe utilisée par l'artiste lui-même pour signer une eau-forte de jeunesse. Robert Dumesnil, Le peintre-graveur français, ou Catalogue raisonné des estampes gravées par les peintres et les dessinateurs de l'école française : ouvrage faisant suite au Peintre-graveur de M. Bartsch, t. , p. 259 (lire sur gallica) : « cet artiste en signant la seule estampe qu’il a gravée a écrit son nom Vleugels, mais la plupart des hommes qui en ont parlé ont écrit Vleughels, en sacrifiant l'orthographe au mérite de la prononciation ».
  2. Édouard Fétis, Les Artistes belges à l'étranger, biographies, historiques et critiques, t. II, Bruxelles T.J. Arnold, Librairie Antiquaire, 1865, 410 p., p. 227-242.
  3. Les deux frères étaient assez proches : Nicolas était le témoin de mariage Jacques-Philippe le 2 mars 1699, à Paris. cf État civil de quelques artistes français. Extrait des registres des paroisses des anciennes archives de la ville de Paris, publie avec une introduction, Pagnerre, 1879, 132 p. (consultable sur Google livres). Jacques-Philippe abandonna rapidement la carrière de peintre.
  4. Vincent Pomarède, 1001 peintures au Louvre : De l’Antiquité au XIXème siècle, Musée du Louvre Editions, , 122 p. (ISBN 2-35031-032-9), p. 512
  5. a et b Mantz Paul, Antoine Watteau, Paris, Librairie illustrée, , 208 p. (lire en ligne), p. 111
  6. « Larousse, Nicolas Vleuhels », sur larousse.fr (consulté le 20 janvier 2017)
  7. Apelle, Louvre (atlas)
  8. Bibliothèque nationale de France, Le bouclier d'Achille

Liens externes[modifier | modifier le code]