Nicolas Tenzer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Nicolas Tenzer
Image dans Infobox.
Nicolas Tenzer en 2018
Fonction
Président
Centre d'étude et de réflexion pour l'action politique (d)
depuis
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (60 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Membre de
Centre d'étude et de réflexion pour l'action politique (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web

Nicolas Tenzer, né le , est un philosophe politique et essayiste français, enseignant universitaire et haut fonctionnaire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a fait ses études à l'École Normale Supérieure (1980-1982), à Sciences-Po (1980-1982) et à l'École nationale d'administration (1984-1986)[1].

Il est titulaire d'une maîtrise d'histoire Le Trésor public en crise (1936-1939) obtenue en 1982 à l'Université de Nanterre[2].

Il a été enseignant en philosophie politique à Sciences-Po (1986-2004) et y enseigne à nouveau depuis 2014, au sein de la Paris School of International Affairs[3]. Il est successivement membre du cabinet du ministre de l'Économie et des Finances (1987-1988), rapporteur à la Cour des comptes (1991-1993), chef de service au Commissariat général du Plan (1994-2002), et responsable d’une mission interministérielle sur l’expertise internationale (2007-2008)[4].

Il préside d' à l’Initiative pour le développement de l’expertise française à l’international et en Europe (IDEFFIE), dont il est membre fondateur et dont il est ensuite président d'honneur[5]. Il est entre et le membre du directoire de l'Institut Aspen France, dont il assure successivement les fonctions de trésorier et de président[6]. Il est actuellement président fondateur du Centre d’étude et de réflexion pour l’action politique (CERAP) et directeur de la publication et de la rédaction de la revue du CERAP, Le Banquet [7].

Il est chevalier dans l’Ordre national de la Légion d'honneur et chevalier des Arts et Lettres.

Prises de position[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de la guerre civile syrienne, il considère que le gouvernement de Bachar el-Assad et ses alliés russes mènent « une guerre d'extermination » montrant « une volonté de tuer tout le monde. De tuer tout ce qui peut être tué ». Il estime que le gouvernement américain n'aurait jamais dû s'engager dans des discussions bilatérales avec la Russie car « concrètement, chaque seconde, chaque minute, chaque mois qui passe, ce sont des milliers voire des centaines de milliers de morts. » Pour cette raison, il affirme que la seule solution n'est pas d'armer les rebelles mais d'empêcher que les avions russes et syriens survolent les villes. «  C'est d'empêcher qu'ils puissent décoller et, donc, prendre le risque d'une confrontation avec la Russie. »[8]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • La région en quête d'avenir (La Documentation française, 1986)
  • La société dépolitisée (PUF, 1990)[9]
  • La politique (PUF, Que sais-je ?, 1991)
  • La République (PUF, Que sais-je ?, 1993)
  • Philosophie politique (PUF, 1994, 2e éd., 1998)
  • Histoire des doctrines politiques en France (PUF, Que sais-je ?, 1996)
  • Le tombeau de Machiavel. De la corruption intellectuelle de la politique (Flammarion, 1997)
  • « Double nation ou nation impossible ? », postface à Qu'est-ce qu'une nation ? de Ernest Renan (Mille et une Nuits, 1997)
  • La face cachée du gaullisme. De Gaulle ou l’introuvable tradition politique (Hachette littératures, 1998)[10], [11].
  • Les valeurs des Modernes. Réflexions sur l’écroulement politique du nouveau siècle (Flammarion, 2003)
  • France : la réforme impossible ? (Flammarion, 2004)
  • Pour une nouvelle philosophie politique (PUF, 2007)
  • Quand la France disparaît du monde (Grasset, 2008, 3e édition 2010)[12].
  • Le Monde à l'horizon 2030. La règle et le désordre (Perrin 2011)
  • La fin du malheur français (Stock 2011)
  • La France a besoin des autres (Plon 2012)

Collaborations[modifier | modifier le code]

  • avec F. Magnard, La crise africaine : quelle politique de coopération pour la France ? (PUF, 1988)[13].
  • - , Spermatozoïde hors la loi. De la bioéthique à la biopolitique (Calmann-Lévy, 1991),
  • avec R. Delacroix, Les élites et la fin de la démocratie française (PUF, 1992), (PUF 2015).
  • avec Monique Canto-Sperber, Faut-il sauver le libéralisme ? (Grasset, 2006)
  • avec Michel de Fabiani, De l’esprit de décision… pour sortir de l’approximation politique (Gualino, 2006)
  • sous sa direction : l’ouvrage du CERAP, Un projet éducatif pour la France (PUF, 1989).
  • Avec Ramin Jahanbegloo, Resisting Despair in Confrontational Times (Har-Anand Publications, 2019).

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]