Nicolas Somer et ses fils

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Nicolas Somer
Description de cette image, également commentée ci-après
Cabinet d'orgue du Dauphin au palais de Versailles
Naissance circa 1709
Décès
Paris
Nationalité Drapeau de la France France
Profession
Descendants
3 fils facteurs d'orgues : Louis, Joseph, Antoine

Nicolas Somer est un facteur d'orgues parisien du XVIIIe siècle dont les trois fils furent aussi organiers.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né vers 1709[N 1], décédé le à Paris à son domicile rue Saint-Jacques[1], honoré du titre de « facteur de monseigneur le Dauphin », il est surtout connu pour avoir construit entre 1747 et 1753 pour la famille royale et au palais de Versailles, trois cabinets d'orgues, comme on disait alors, c'est-à-dire des positifs de salon; respectivement pour le Dauphin, la Dauphine [N 2] et madame Adélaïde.

Le buffet (classé MH en tant qu'objet[2]) de l'un d'entre eux est parvenu jusqu'à nous. Installé à partir de 1804 dans le chœur de l'église Saint-Sulpice de Paris, où sa partie instrumentale fut reconstruite par Aristide Cavaillé-Coll en 1867, il est ramené à Versailles en 1968. Dit « orgue de madame Adélaïde », parce qu'il est aujourd'hui exposé dans le grand cabinet de madame Adélaïde, au rez-de-chaussée du palais, cette attribution n'est toutefois pas avérée, certaines sources affirmant qu'il s'agit en fait de celui du Dauphin (notamment la fiche Palissy consacrée à cet instrument).

En 1749 & 1750 il est comptable-juré de la corporation des faiseurs d'instruments de musique et facteurs d'orgues.[1] De 1756 à 1763 il travaille à l'orgue de Saint-Jacques-de-la-Boucherie et en 1762 à celui de la salle du Concert Spirituel[3]. En 1765 il construit un orgue neuf pour les Bernardines de l'abbaye de Penthémont. En 1768 il fait quelques réparations à l'orgue de Saint-Benoît, et restaure de fond en comble l'orgue de Saint-Jean-en-Grève.[1] En 1769 il est syndic et juré de la corporation des faiseurs d'instruments de musique et facteurs d'orgues[4]; et s'engage à construire un orgue à deux claviers pour la chapelle du couvent des dames religieuses de la Providence, rue de l'Arbalète.[1] En 1770 il effectue des travaux sur l'orgue de Brie-Comte-Robert, et sur l'instrument du couvent des Grands Augustins[1], probablement réalisés en fait par ses fils qui travaillent encore avec lui. A la fin de sa vie il entreprend des travaux de restauration sur l'orgue partiellement détruit par un incendie de l'église Saint-Etienne-du-Mont, avec l'aide de ses fils Louis et Antoine (contrat du 22 septembre 1766)[1], interrompus par son décès et achevés par François-Henri Clicquot.

Ses fils[modifier | modifier le code]

Almanach musical de 1775

Ce n'est qu'après sa mort que ses trois fils figurent séparément comme facteurs d'orgues dans l'Almanach musical, à trois adresses différentes[1] :

  • Antoine, rue du Marché Palu;
  • Joseph, place Maubert;
  • Louis, rue Contrescarpe, près l'Estrapade.

De Jacques, Joseph (décédé le à Paris) et Louis, Nicolas (l'aîné[3], né à Paris le , paroisse St Séverin), on ne sait pas grand chose, si ce n'est que Louis est appelé en 1771 avec François-Henri Clicquot à expertiser et estimer l'orgue à 3 claviers de la salle du Concert Spirituel, puis est requis avec son frère Antoine, l'an III de la République (1794-1795), par la commission Molard, pour dresser l'inventaire des instruments parisiens à conserver, réquisitionner ou démonter[3]. Pour en finir avec Louis Somer, son seul orgue connu est celui reconstitué en 1809, dans l'église Saint-Germain-des-Prés dont l'instrument a été transféré à Saint-Eustache, à partir des vestiges de celui de l'abbaye Saint-Victor entreposés au Conservatoire des Arts et Métiers[N 3]; reconstruit par Haerpfer-Erman en 1973 et dont André Isoir fut le titulaire.

D'autre part dans un projet d'arrêté en date du 20 germinal an II ()[N 4], il est prévu, entre autres choses, que « les citoyens Desprez, Séjan, Balbastre et Miroir, organistes, les citoyens Dallery et les deux frères Somer, facteurs, sont autorisés à visiter tous les orgues des départements.... » ; les deux frères Somer ne peuvent être que Louis et Antoine, Joseph étant décédé à cette date. Les trop peu nombreux documents de cette époque troublée citant un Somer précisent rarement le prénom ou donnent celui de Jean qui est en fait Antoine.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g Georges Cucuel, Notes sur quelques musiciens, luthiers...
  2. Notice no PM78000762, base Palissy, ministère français de la Culture
  3. a b et c Norbert Dufourcq, Le Livre de l'Orgue Français, tome III, la Facture, volume 2, pages 232 à 234.
  4. Almanach dauphin ou Tablettes royales du vrai mérite des artistes celèbres et d'indication générale des principaux marchands, banquiers, négocians, artistes et fabricans des Six-Corps, Arts et Métiers de la ville et fauxbourgs de Paris, pour 1769

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Norbert Dufourcq le dit âgé de 60 ans lors de son remariage le avec Marie Ingrain, fille de l'organiste de Saint-Etienne-du-Mont Claude Nicolas Ingrain.
  2. Les comptes des Menus-Plaisirs conservés aux Archives Nationales indiquent qu'un orgue fabriqué par Nicolas Somer pour la Dauphine fut payé en 1749. Jean-Baptiste Micot père est cité comme autre fournisseur de cabinet d'orgues pour la Dauphine. Inventaire de Marie-Josèphe de Saxe, dauphine de France ( sur Gallica, p.77 & 78 )
  3. Pierre HARDOUIN "L'orgue de Saint Germain des Prés à Paris" - Connaissance de l'Orgue, 1978
  4. Norbert Dufourcq Le Livre de l'Orgue Français, tome V, Miscellanea, page 153, PICARD 1982, (ISBN 2-7084-0082-7).

Sources[modifier | modifier le code]

  • Georges Cucuel, Notes sur quelques musiciens, luthiers, éditeurs et graveurs de musique au XVIIIe siècle. Première série; pages 250 à 252. Réédité dans : Sammelbände der Internationalen Musikgesellschaft 14. Jahrg., H. 2. (Jan. - Mar., 1913), pp. 243-252.Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles connexes[modifier | modifier le code]