Nicolas Roujault

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Nicolas Roujault
Fonctions
intendant de Berry
intendant de la généralité de Valenciennes
intendant de la généralité de Poitiers
intendant de la généralité de Rouen
Biographie
Naissance
Décès
(à 60 ans)
Paris
Activités
Magistrat, administrateurVoir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Barbe-Madeleine Maynon
Autres informations
Membre de
Blason de la famille Roujault.svg
D'or, à trois billettes de gueules ; au chef d'azur, chargé de trois étoiles du champ

Nicolas-Étienne Roujault, né le 15 août 1662 et mort le 6 mai 1723 à Paris, est un magistrat et administrateur français. D'abord magistrat au Parlement de Paris, il fait une carrière d'intendant dans différentes généralités avant d'entrer, dans le cadre de la polysynodie, au Conseil des affaires du dedans et au Conseil de commerce, où il reste jusqu'en 1722.

Famille[modifier | modifier le code]

La famille Roujault est anoblie par charge en 1607, Étienne Roujault devenant secrétaire du roi. L'ascension sociale a déjà commencé puisqu'il est fils de procureur[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Nicolas Roujault est seigneur de Villemain[2], lieu-dit situé dans l'actuelle commune de Grisy-Suisnes[3]. Il est marié à Barbe-Madeleine Maynon, qui possède la terre de Chambon[1].

Une carrière d'intendant[modifier | modifier le code]

Nicolas Roujault devient avocat du roi au Châtelet en 1686. Il achète cette charge 60 000 livres en décembre 1685 à Louis Le Peletier, le fils du contrôleur général des finances Claude Le Peletier[4]. Il devient conseiller au Parlement de Paris en 1689[5] et maître des requêtes le 29 janvier 1696[6].

Il mène ensuite une carrière d'intendant en Berry (1699-1705), en Hainaut (1705-1708), en Poitou (1708-1712) et à Rouen (1712-1715)[5]. A Rouen, il s'intéresse notamment aux mesures sanitaires d'isolement, nécessaires dans les ports de Rouen et du Havre pour éviter les épidémies[7],[8] et à la manufacture de draps des Andelys[9]. Comme ses prédécesseurs, mais avec semble-t-il un zèle particulier, Roujault fait arrêter à Rouen des jeunes filles protestantes, pour les confier à la maison des Nouvelles-Catholiques, gérée par des religieuses[10].

Aux conseils du dedans et du commerce[modifier | modifier le code]

L'heureux commencement du règne de Louis XV, Roy de France et de Navarre par la régence de S. A. R. Monseigneur le duc d'Orléans et l'établissement des Conseils

En septembre 1715, dans le cadre du système de la polysynodie, Nicolas Roujault entre au Conseil des affaires du dedans du Royaume[5]. Sa nomination par le Régent y est logique puisqu'il a une solide expérience de l'administration des provinces en tant qu'intendant[11]. Le Régent, loin de supprimer les intendants comme le demande Saint-Simon, s'appuie en effet sur un certain nombre d'entre eux dans les conseils, dont Nicolas Roujault[12]. Son département au Conseil du dedans comprend des provinces que, pour certaines, il connaît bien : le Berry, la Normandie, le Périgord, le Rouergue, le comté de Foix, la Picardie et le Boulonnais. Il est aussi en charge des projets de canaux[11].

Il entre également au Conseil de commerce[5], où il est théoriquement le représentant du Conseil du dedans[11]. Toutefois, dans la pratique, il ne rapporte pas d'affaire au Conseil de commerce[11].

Avec des membres d'autres conseils de la polysynodie, le Conseil de finances (Baudry, Lefèvre d'Ormesson, Rouillé du Coudray, Fagon, Gaumont, Le Peletier de La Houssaye) et le Conseil de la guerre (Barberie de Saint-Contest, Le Blanc), il est un des organisateurs de l'opération du visa de décembre 1715-janvier 1716, qui consiste à vérifier les dettes de l'Etat, dans le but avoué de les réduire[13].

Même s'il ne siège pas au Conseil de finances, Roujault fait partie du « bureau des rêveries », avec Michel Amelot, Charles Trudaine, Yves Marie de La Bourdonnaye, et Louis de Machault. Ce comité, créé en avril 1716, reçoit différentes propositions de réforme et dresse des projets, présentés ensuite au Conseil de Régence. Certaines de ces propositions inspirent en 1716 un projet de réforme de collecte de la taille, préalable à la mise en place de la taille proportionnelle[11]. Ce projet de taille proportionnelle aux facultés du contribuable, dans les pays d'élection, commence à être appliqué avant la fin de la polysynodie[14].

Après la chute de la polysynodie en septembre 1718, Roujault reste au Conseil de commerce, mais y reçoit la charge d'un département, ce qui n'était pas le cas avant[5]. Il comprend les entreprises et manufactures de provinces qu'il connaît, soit comme intendant, soit en tant que membre du Conseil du dedans : le Berry, la Normandie, le Rouergue et le comté de Foix[11]. Il y siège jusqu'au remplacement du Conseil de Commerce par le Bureau du commerce en 1722[5].

Descendance[modifier | modifier le code]

Nicolas Roujault et Barde-Madeleine Maynon ont pour enfants :

Au XVIIIe siècle, les Roujault sont insérés dans un dense réseau de familles alliées cumulant des charges au Parlement de Paris[1].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'or, à trois billettes de gueules ; au chef d'azur, chargé de trois étoiles du champ[2]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d François Bluche, Les magistrats du Parlement de Paris au XVIIIe siècle, Paris, Economica, (1re éd. 1960), 481 p. (ISBN 2-7178-0988-0)
  2. a b et c François-Alexandre Aubert de La Chesnaye-Desbois, Dictionnaire de la noblesse, contenant les généalogies, l'histoire & la chronologie des familles nobles de la France, l'explication de leurs armes et l'état des grandes terres du royaume ., t. 17, Schlesinger frères, (lire en ligne), p. 796
  3. Louis Michelin, Essais historiques et statistiques sur le département de Seine et Marne, A.C. Michelin, (lire en ligne), p. 369
  4. Mathieu Stoll, Servir le Roi-Soleil. Claude Le Peletier (1631-1711) ministre de Louis XIV, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Histoire », , 416 p. (ISBN 978-2-7535-1705-9)
  5. a b c d e et f Pierre Bonnassieux, Conseil de commerce et Bureau du commerce : 1700-1791 : inventaire analytique des procès-verbaux, Paris, Archives nationales, (lire en ligne), p. LIX
  6. Jérôme Pigeon, L'Intendant de Rouen: Juge du contentieux fiscal au XVIIIe siècle, Mont-Saint-Aignan, Presses universitaires de Rouen et du Havre, , 519 p. (ISBN 978-2-87775-529-0 et 979-10-240-1138-7, DOI 10.4000/books.purh.5870., lire en ligne)
  7. Françoise Hildesheimer, « La protection sanitaire des côtes françaises au XVIIIe siècle », Revue d’Histoire Moderne & Contemporaine, vol. 27, no 3,‎ , p. 443–467 (DOI 10.3406/rhmc.1980.1108, lire en ligne, consulté le )
  8. Claire Rioult, « Le Havre, le contrôle sanitaire maritime et le problème méditerranéen, années 1750-1780 », Revue d'histoire moderne et contemporaine, vol. 66,‎ , p. 7-31 (lire en ligne)
  9. Alain Becchia, « La manufacture royale des Andelys », Études Normandes, vol. 52, no 2,‎ , p. 23–35 (DOI 10.3406/etnor.2003.1494, lire en ligne, consulté le )
  10. G. Dubois, « Les enlèvements d'enfants protestants et la communauté des Nouvelles-Catholiques de Rouen au XVIIIe siècle », Bulletin de la société de l'histoire du protestantisme français, vol. 85,‎ , p. 280-327 (lire en ligne)
  11. a b c d e et f Alexandre Dupilet, La Régence absolue. Philippe d'Orléans et la polysynodie (1715-1718), Seyssel, Champ Vallon, coll. « époques », , 437 p. (ISBN 978-2-87673-547-7)
  12. Cédric Glineur, « Les intendants de province sous la Régence de Philippe d’Orléans », Revue du Nord, no 412,‎ , p. 829-845 (lire en ligne)
  13. Natalia Platonova, « Le visa des papiers royaux en France au début du XVIIIe siècle », dans Les modalités de paiement de l’État moderne : Adaptation et blocage d’un système comptable, Paris, Comité d'histoire économique et financière de la France, coll. « Histoire économique et financière - Ancien Régime », , 228 p. (ISBN 978-2-11-129416-5, lire en ligne), p. 179–205
  14. Mireille Touzery, L’invention de l’impôt sur le revenu : La taille tarifée 1715-1789, Comité pour l'histoire économique et financière de la France, coll. « Histoire économique et financière - Ancien Régime », (ISBN 978-2-8218-2850-6, lire en ligne)
  15. Gaston Leloup, « Notice sur quelques paroisses gâtinaises de l'ancien diocèse de Sens », Bulletin de la société d'émulation de l'arrondissement de Montargis, 3e série, vol. 47,‎ , p. 23-35 (lire en ligne)
  16. Beauchet-Filleau, « Recherches historiques sur Chef-Boutonne », Mémoires de la société de statistique, sciences, lettres et arts du département des Deux-Sèvres, 3ème, vol. 1,‎ , p. 1-246 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François-Alexandre Aubert de La Chesnaye-Desbois, Dictionnaire de la noblesse, contenant les généalogies, l'histoire & la chronologie des familles nobles de la France, l'explication de leurs armes et l'état des grandes terres du royaume ., t. 17, Schlesinger frères, (lire en ligne), p. 796
  • François Bluche, Les magistrats du Parlement de Paris au XVIIIe siècle, Paris, Economica, (1re éd. 1960), 481 p. (ISBN 2-7178-0988-0)
  • Pierre Bonnassieux, Conseil de commerce et Bureau du commerce : 1700-1791 : inventaire analytique des procès-verbaux, Paris, Archives nationales, (lire en ligne), p. LIX
  • Alexandre Dupilet, La Régence absolue. Philippe d'Orléans et la polysynodie (1715-1718), Seyssel, Champ Vallon, coll. « époques », , 437 p. (ISBN 978-2-87673-547-7)


Articles connexes[modifier | modifier le code]