Nicolas Palkine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ceci est une version archivée de cette page, en date du 19 mars 2019 à 16:49 et modifiée en dernier par Jrcourtois (discuter | contributions). Elle peut contenir des erreurs, des inexactitudes ou des contenus vandalisés non présents dans la version actuelle.

Nicolas Palkine
Publication
Auteur Léon Tolstoï
Langue russe
Parution 1891

Nicolas Palkine (en russe : Николай Палкин) est une nouvelle de Léon Tolstoï parue en 1891.

Historique

La nouvelle est écrite en 1887, et elle parait pour la première fois à Genève, dans l'édition de M. Elpidine en 1891 ; elle est traduite en français en 1901. Elle paraît pour la première fois en Russie en 1910 dans les Œuvres posthumes. Elle est absente de l'édition soviétique de 1958 en douze volumes[1].

Le récit de Léon Tolstoï s'inspire d'un fait réel. En effet celui-ci avait fait la connaissance d'un paysan nonagénaire qui avait servi pendant vingt-cinq ans sous Alexandre Ier et Nicolas Ier. Le titre Nicolas Palkine est le surnom donné au tsar Nicolas Ier en raison de son caractère autoritaire, palka signifie le bâton en russe[2].

Résumé

Un vieux soldat sur son lit de mort se souvient des coups de bâtons infligés dans l'armée, et souhaite se repentir.

Éditions françaises

La première édition parait en 1901 à Paris, avec une traduction de J.-Wladimir Bienstock, dans le recueil intitulé Les Rayons de l’aube. Dernières études philosophiques.

Notes et références

  1. Léon Tolstoï, Œuvres littéraires, édition établie par Alexandre V. Soloviev et Georges Haldas éditions Rencontre 1961, tome XI la Sonate à Kreutzer p. 207
  2. Jean-Marie Mayeur, Marc Venard, Luce Pietri, André Vauchez Les défis de la modernité (1750-1840), Fleurus, p. 121

Liens externes