Nicolas Lopez (escrime)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nicolas Lopez.
Nicolas Lopez
Image illustrative de l'article Nicolas Lopez (escrime)
Contexte général
Sport pratiqué escrime
Arme sabre
Biographie
Nationalité Drapeau : France Française
Naissance (37 ans)
Lieu de naissance Drapeau : France Tarbes
Palmarès
Jeux olympiques 1 1
Championnats du monde 1 1 1
Championnats d'Europe 0 1 3
Championnats de France 3 1

Nicolas Lopez (né le 14 novembre 1980 à Tarbes) est un escrimeur français, pratiquant le sabre. Il est licencié à l’Amicale tarbaise d'escrime, son club formateur[1].

Pour ses premiers Jeux olympiques à Pékin le 12 août 2008, Nicolas Lopez réalise un parcours remarquable. Débutant en 32e de finale, soit un tour avant les meilleurs de sa discipline, le sabreur enchaîne avec une victoire (15-7) sur le légendaire champion olympique d'Atlanta et double champion du monde en titre, le Russe Stanislav Pozdniakov. Dès lors, il s'ouvre le tableau pour atteindre les demi-finales où il élimine le champion olympique à Sydney en 2000, le Roumain Mihai Covaliu (15-13). En revanche, le public chinois transcende en finale Zhong Man qui fait la différence sur la seconde partie du match face à Nicolas Lopez et s'impose 15 touches à 9.

Avec Julien Pillet, Boris Sanson et Vincent Anstett, Nicolas Lopez remporte ensuite la médaille d'or du tournoi par équipes, en battant l'équipe des États-Unis en finale.

Palmarès[modifier | modifier le code]

  • Championnats d'Europe d'escrime
    • Médaille d'argent, Europe Médaille d'argent par équipes au sabre lors des championnats d'Europe 2001
    • Médaille de bronze, Europe Médaille de bronze au sabre individuel lors des championnats d'Europe 2005
    • Médaille de bronze, Europe Médaille de bronze par équipes au sabre lors des championnats d'Europe 2007 et 2009

Citations[modifier | modifier le code]

  • Dans Le Parisien du 18 août 2008, à propos de ses livres de chevet du moment, Dieu et l'État de Bakounine ou Le droit à la paresse de Paul Lafargue : « J'ai aussi un point de vue d'homme, une vision politique, qui fait que les Jeux, c'est aussi le business, la représentation du capitalisme moderne, le gigantisme, la pub. »

Distinction[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]