Nicolas II Delespine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Nicolas II Delespine
Présentation
Naissance
Paris
Décès
Paris
Nationalité Drapeau du royaume de France Royaume de France
Œuvre
Distinctions Académie royale d'architecture (1706)
Entourage familial
Père Alexandre Delespine
Mère Marie Dehemen

Nicolas Delespine, est un maître maçon, entrepreneur et architecte français, né en 1642 à Paris et mort en décembre 1729 à Paris. Il appartient à une dynastie de maîtres maçons parisiens.

Biographie[modifier | modifier le code]

La dynastie des maîtres maçons et entrepreneurs parisiens est établie par Simon Delespine (vers 1600-1675), conseiller du roi, maître général de ses bâtiments et des ponts et chaussées de France[1],[2]

La généalogie des architectes Delespine a été étudiée par Mireille Rambaud. Leur arbre généalogique est donnée dans les Documents du minutier central concernant l'histoire de l'art, tome II, 1971, publié par les Archives nationales. Plusieurs membres de la famille portent les mêmes prénoms - Alexandre, Nicolas, Pierre, Jules - et il convient de ne pas les confondre.

Nicolas II Delespine est souvent confondu avec son cousin, Nicolas I Delespine, fils de Simon Delespine, ou avec Pierre-Nicolas Delespine, fils de Nicolas I Delespine.

En 1676 il est un des entrepreneurs réalisant les travaux de modernisation des locaux judiciaires du Grand Châtelet conçus par Libéral Bruant. Il édifie la même année un pavillon dans l'hôpital des Enfants-Trouvés pour la chancelière d'Aligre, Élisabeth Lhuillier, dans le faubourg Saint-Antoine. Pour cette personne il construit la chapelle de la Miséricorde dans cet hôpital.

Nicolas II Delespine s'est plus illustré dans une activité d'expert juré que comme bâtisseur. En juillet 1690, il a acheté une charge d'architecte expert bourgeois qu'il a conservé jusqu'à sa mort. Il figure sur la liste des 25 architectes experts jurés dont les charges ont été créés par les édits de mai et décembre 1690, ou Édits de création des Experts[3] et publiés dans l'Almanach royal à partir de 1701[4].

En 1702, Nicolas II Delespine a toisé les travaux de Jules Hardouin-Mansart place Vendôme. Il visite la rotonde des Valois dans l'abbaye de Saint-Denis avec Jean Beausire et concluent à la nécessité de la démolir. En 1702 et 1704, il fait avec Lemaistre l'expertise du bâtiment de l'Hôtel des mousquetaires noirs construit par Jean Beausire et Charles Lemaire, faubourg Saint-Antoine[5].

Il a construit des immeubles rue Sainte-Anne, rue de Cléry, rue Thérèse, rue des Moulins.

Dans les Procès-verbaux de l'Académie royale d'architecture, Henry Lemonnier distingue deux Delespine, père et fils, membres de l'Académie royale d'architecture[6]. Cette distinction entre deux Delespine vient de ce que ce nom apparaît à la fois dans les première et seconde classes sans logique chronologique. Avant la réforme de l'Académie imposée par les lettres patentes d'avril 1717[7], l'organisation de l'Académie permettait à des non membres de participer à des réunions de l'académie et de signer les procès-verbaux. Un Delespine est membre de la 2e classe de l'académie en 1699. Nicolas II Delespine est nommé membre de la 1re classe de l'Académie d'architecture par augmentation du nombre d'architectes de la 1re classe, en 1706[8], en même temps que Libéral Bruand et Pierre Cailleteau dit Lassurance. Il signe au comte-rendu de 1717. Il est dans la liste des architectes de la 2e classe en 1718. Il est présenté pour être nommé architecte de la 1re classe le 4 mars 1720 mais n'a pas été choisi par le roi[9].

Son décès est annoncé au cours de la réunion de l'Académie d'architecture du 5 décembre 1729[10].

Généalogie simplifiée[modifier | modifier le code]

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Nicolas Delespine
(laboureur)
† 1645
 
Marie Ferrant
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jeanne Paquet
mariage
en 1625
 
Simon Delespine
(maître général des
bâtiments du roi)
(vers 1600-† 1675)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Marie Dehemen
mariage
en 1639
† 1659
 
Alexandre 1 Delespine
(maître maçon)
(vers 1610-† 1684)
 
Marie Poictevin
mariage
en 1666
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Élisabeth Mauriceau
mariage
en 1657
† 1666
 
Nicolas I Delespine
(maître général des
bâtiments du roi)
(vers 1632-† 1717)
 
Élisabeth Fleurette
mariage
en 1668
† 1716
 
Alexandre II Delespine
(architecte)
(1636-† ?)
 
Marie Arnoult
 
Raphaël Hardouin
(peintre)
 
Judith Freyssen
mariage
en 1670
 
Nicolas II Delespine
(architecte)
(1642-† 1729)
 
Alexandre 3 Delespine
(architecte)
(1646-† ?)
 
Catherine Guilbert
veuve
en 1704
 
Marie Delespine
mariage
en 1662
 
Thomas Gobert
(architecte)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Pierre-Nicolas Delespine
(architecte)
(1661-† 1719)
 
Marie-Anne Dionis
mariage
en 1688
 
 
 
Élisabeth Delespine
mariage
en 1687
 
Charles-Philippe De Meseretz
(architecte juré du roi expert bourgeois)
 
 
Michel Hardouin
(architecte, contrôleur des bâtiments du roi)
(vers 1647 -† 1687)
 
Jules Hardouin-Mansart
(premier architecte
du roi)
(1646-† 1708)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Pierre-Charles Delespine
(architecte)
(1691-† ?)
 
Marie-Claude Félix
mariage
vers 1730
 
 
 
 
 
AnneFrançoise-Thérèse Delespine
mariage
en 1710
 
Jules-Michel Hardouin
(architecte)
(vers 1675 -† 1737)
 
 
Françoise-Pierrette Hardouin
mariage
en 1703
 
Pierre Delespine
(contrôleur des bâtiments du roi et de la machine de Marly en 1706)
(1676-† 1745)
 
 
 
Marie-Anne Delespine
mariage
en 1691
 
Jacques V Gabriel
(premier architecte
du roi)
(1667-† 1742)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Louis-Jules Delespine
(architecte)
(? -† 1796)
 
Jeanne-Marguerite Chapel
mariage
en 1753
( † 1788 )
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Pierre-Jules Delespine
(contrôleur de la machine de Marly en 1745)
 
Jeanne Lovat
mariage
en 1746
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Pierre-Jules Delespine
(architecte)
(1756-† 1825)
 
Marie-France Hayot
mariage
en 1793
 
 

Références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Le Moel, Gérard de Nerval et le château Gaillard du Pont-Neuf, p. 247, Bulletin de la Société de l'histoire de Paris et de l'Ile-de-France, 1990 (lire en ligne)
  2. Le "maître général des bâtiments du roi, ponts et chaussées de France" et garde de la justice royale établie pour la maçonnerie de France au Palais, est l'héritier des fonctions de l'ancien "maître maçon du roi". À l'origine, il était aussi le garde du métier et avait en charge d'assurer l'intégrité de la profession. Il présidait la réception des maçons à la maîtrise, des maîtres maçons à l'office de juré, et il désignait les experts chargés de la visite périodique des chantiers. Comme juge des maçons et des entrepreneurs, il pouvait intervenir en cas de contravention aux clauses d'un marché ou de malfaçons. Il était aussi un auxiliaire des grands voyers. Cet office était unique jusqu'en 1645, date à laquelle le roi a décidé de créer deux autres charges pour les vendre. Il avait alors en plus du maître général, deux charges de maître général alternatif et triennal.
  3. Antoine Desgodets, Les loix des bâtiments, suivant la coutume de Paris ; traitant de ce qui concerne les servitudes réelles, les rapports des jurés-experts, les réparations locatives, douairières, usufruitières, bénéficiales, &tc. Avec les notes de M. Goupy, p. 28-30, Paris, 1748 (lire en ligne)
  4. Almanach royal pour l'année 1701, p. 1, chez Laurent D'Houry (lire en ligne)
  5. Isabelle Dérens, L'hôtel des mousquetaires au faubourg Saint-Antoine, p. 140-142, Bulletin de la Société de l'histoire de Paris et de l'Ile-de-France, 1990 (lire en ligne)
  6. Henry Lemonnier, Procès-verbaux de l'Académie Royale d'Architecture, 1671-1793, Tome IV 1712-1726, p. XXVII-XXVIII, Édouard Champion, Paris, 1915 (lire en ligne)
  7. Henry Lemonnier, Procès-verbaux de l'Académie Royale d'Architecture, 1671-1793, Tome IV 1712-1726, p. 335-347, Édouard Champion, Paris, 1915 (lire en ligne)
  8. Henry Lemonnier, Procès-verbaux de l'Académie Royale d'Architecture, 1671-1793, Tome III 1697-1711, p. 239,Jean Schemit, Paris, 1913 (lire en ligne)
  9. Henry Lemonnier, Procès-verbaux de l'Académie Royale d'Architecture, Tome IV, p. 191.
  10. Henry Lemonnier, Procès-verbaux de l'Académie Royale d'Architecture, 1671-1793, Tome V 1727-1743, p. 50, Édouard Champion, Paris, 1918 (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henry Lemonnier, W. Viennot, Procès-verbaux de l'Académie royale d'architecture, tome X, Table générale, p. 89, Librairie Armand Colin, Paris, (lire en ligne)
  • Mireille Rambaud, Une famille d'architectes : Les Delespine, p. 1-62, Archives de l'art français, Nouvelle période, tome XXIII, 1968
  • Michel Gallet, Les architectes parisiens. Dictionnaire biographique et critique, p. 179-180, éditions Mengès, Paris, 1995 (ISBN 978-2-8562-0370-5)
  • Henry Jouin, Notes sur divers artistes des deux derniers siècles. Contrat de mariage de Pierre de L'Espine et de Pierrette Hardouin, p. 49, Revue de l'art français ancien et moderne, 1891 (lire en ligne)
  • La grande encyclopédie : inventaire raisonné des sciences, des lettres et des arts, tome 13, Cotesbach-Dellden, p. 1179, H. Lamirault et Cie éditeurs, Paris (lire en ligne)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]