Nicolas Gaume

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nicolas Gaume
Naissance (46 ans)
Bagnères-de-Bigorre (France)
Nationalité Drapeau de la France France
Pays de résidence Drapeau de la France France
Profession
Activité principale
Famille
Louis Gaume, son arrière-grand-père

Compléments

PDG et fondateur de Kalisto Entertainment de 1990 à 2002
PDG et cofondateur de Mimesis Republic depuis 2007
Président du Syndicat national du jeu vidéo depuis mai 2009

Nicolas Gaume est un entrepreneur et créateur de jeux vidéo français, né le à Bagnères-de-Bigorre.

P-DG de Mimesis Republic et président du Syndicat national du jeu vidéo depuis mai 2009[1], il est connu pour avoir été le dirigeant et fondateur de la société Kalisto Entertainment de 1990 à 2002.

Il est le fils d’hôteliers d'Arcachon. Son arrière-grand-père Louis Gaume était un promoteur immobilier connu pour avoir développé le Pyla dans les années 1920[2]. Il est marié et a deux enfants.

Atreid Concept[modifier | modifier le code]

En 1990, après avoir abandonné des études supérieures de commerce, Nicolas Gaume fonde avec des amis sa société de création de jeux vidéo Atreid Concept à Bordeaux. Atreid bénéficie du soutien d'Apple, dont le P-DG est alors John Sculley, grâce à un ancien cadre français de la firme à la pomme. Atreid publie une série de plusieurs jeux pour Macintosh, dont S.C.O.U.T. et Fury of the Furies sous la marque Kalisto. La société réalise également plusieurs productions sur consoles, dont Pac-In-Time, édité par Namco puis par Nintendo lui assurant son premier succès commercial avec plus de 500 000 exemplaires vendus dans le Monde.

Mindscape Bordeaux[modifier | modifier le code]

Faisant face à des bouleversements technologiques - le remplacement des disquettes par les CD-ROM - et à des impératifs financiers, Nicolas Gaume vend Atreid Concept au groupe Britannique Pearson, qui vient de racheter l'éditeur de produits multimédia Mindscape. La société est renommée Mindscape Bordeaux et Pearson éponge un déficit de 2,5 millions de francs.

Sous cette dénomination, Nicolas Gaume développe notamment avec ses équipes le premier jeu pour Windows 95, une course de voiture sur PC Al Unser, Jr.. Il tente également une diversification dans l'édition de livres et le jeu de rôles.

Kalisto Entertainment[modifier | modifier le code]

En 1996, Nicolas Gaume rachète les activités multimédias de Pearson pour fonder la société Kalisto Entertainment.

Face au succès entrepreneurial de cette entreprise, le Président de la République, Jacques Chirac, le convie avec lui en voyage officiel au Japon en 1996[3].

Kalisto Entertainment est rapidement un succès commercial et technologique. La société lance de nombreux titres à succès sur le marché des jeux vidéo comme Dark Earth (1997) ou Nightmare Creatures. Édité par Sony Computer Entertainment au Japon et en Europe et Activision aux États-Unis, le jeu se vendra à plus d'1,5 million d'exemplaires[4].

En 1999, fort de plusieurs contrats de pré-production en cours, la société est introduite en bourse afin de financer de nouveaux projets. L'entreprise se développe également sur le marché du on-line. L'objectif est alors de vendre des productions sous forme de services à des opérateurs télécom plutôt que sous forme de produits à des éditeurs.

À cette époque, Kalisto développe Le Cinquième Élément, adapté du film de Luc Besson, et édité par Ubisoft, qui en vend 750 000 exemplaires.

De nombreuses personnalités font leur entrée au sein du conseil d'administration de Kalisto Entertainment comme Franck Riboud, le président du groupe Danone et Emmanuel Chain, l'ex-journaliste vedette de M6. Dominique Strauss-Kahn, alors ministre de l'Économie, des Finances et de l'Industrie, le fait nommer au Conseil économique et social. Le Premier ministre, Lionel Jospin, le nommera Conseiller du commerce extérieur de la France[réf. nécessaire].

Début 2000, lors des prémisses de la bulle Internet, la société est alors en grandes difficultés financières, l'augmentation de capital est annulée une augmentation et remplacée par sur la souscription d'un prêt de 20 millions d'euros en juillet 2000 auprès du Crédit Lyonnais [5].

En mars 2001, l'annonce des résultats de l'année 2000 aux investisseurs est repoussé par deux fois et le titre, qui avait fait la joie des épargnants comme des spéculateurs, s’effondre de 66%[6]. Nicolas Gaume annonce finalement les comptes de Kalisto : le chiffre d'affaires pour l'année 2000 est de 19 millions de francs en lieu et place des 170 millions annoncés. Les pertes sont de 175 millions [réf. nécessaire]. Il lui sera reproché d'avoir généré en grande partie artificiellement ce chiffre d'affaires au travers d'une société suisse dont il est actionnaire[7].

En 2002, après avoir fait appel sans succès au Hedge Fund Global Emerging Markets, la société Kalisto Entertainment est placée en liquidation judiciaire et sort du Nouveau Marché le 19 août 2002.

Dans le cadre du contentieux né après ces pertes exceptionnelles, les instances de régulation reprochent aux responsables de la société d'avoir mal informé leurs actionnaires[8]. En janvier 2003, 270 petits actionnaires minoritaires décident de porter plainte pour obtenir réparation du préjudice financier. Les administrateurs de la société sont relaxés en 2003. Une procédure civile a également été engagée contre le Crédit lyonnais. Finalement, une décision rendue par la Deuxième Chambre civile de la cour d'appel de Bordeaux le 20 octobre 2009 apprécie définitivement les raisons des pertes de Kalisto, exemptant ses dirigeants de faute commise[9].

Dans ce contentieux si certains pardonnent rapidement les erreurs d'un jeune dirigeant[10],[11], d'autres parties ont été plus sévères. Dans une colonne du journal Les Echos, le P-DG de Richelieu Finance choisit de qualifier Nicolas Gaume de "menteur"[12]. Nicolas Gaume est également mis en cause par le journaliste Jean Montaldo dans son livre Le Marché aux Voleurs (Albin Michel, 2003) pour les pertes causées à ses actionnaires minoritaires[13].

Responsabilités dans le monde du jeu vidéo[modifier | modifier le code]

À partir du début des années 2000, Nicolas Gaume a occupé de nombreuses fonctions au sein de différentes sociétés de jeux vidéo.

Nicolas Gaume a notamment dirigé les studios parisiens d'Ubisoft Entertainment de mars à novembre 2003.

En 2002 et jusqu'en 2005, il devient conseiller pour l'éditeur britannique Codemasters ou pour Ubisoft[14].

De 2005 à 2007, il devient directeur du département Mobile Games et applications chez Lagardère Interactive.

Il occupe également un certain nombre de sièges dans des conseils d'administration de sociétés.[réf. nécessaire]

Mimesis Republic[modifier | modifier le code]

En 2007, Nicolas Gaume cofonde avec Sebastian Lombardo, la société Mimesis Republic de développement de jeux en réseau multijoueurs. L'entreprise commence son activité par des projets réalisés en prestation, en particulier le site musical Wormee pour Orange et l'univers virtuel Mission Equitation pour l'éditeur Mindscape. Le premier projet original, nommé Black Mamba est la base d'un ambitieux projet d'univers virtuel social Mamba Nation dont le développement débute en 2008[15].

En juillet 2010, Mimesis Republic lève 7 millions d'euros auprès de business angels prestigieux : notamment Marc Simoncini, P-DG et fondateur du site de rencontres Meetic, Jean-Émile Rosenblum, fondateur et directeur de Pixmania et François Pinault, via sa holding Artemis SA[16].

Le jeu social Mamba Nation édité par la société Mimesis Republic rassemble début 2012 près de 400 000 utilisateurs en France dans la tranche 13-25 ans. Accessible gratuitement via Facebook, Mamba Nation permet à ses utilisateurs de créer de petits avatars et de les faire évoluer de manière personnalisée dans l'univers dans lequel le jeu s'inscrit. Une fonction tchat permet aux utilisateurs de dialoguer entre eux. Le jeu intègre une interface 3D et des vidéos, grâce à un partenariat avec Dailymotion.

En 2011, de nombreuses marques comme Puma ou SFR ont intégré Mamba Nation dans leur dispositif de communication sociale.

Mimesis Republic vise désormais un marché international. L'entreprise est soutenue par des fonds comme Kima Ventures, Artemis, ou Jaïna Capital, DotCorp, auprès desquels elle a levé plus de 4,5 M d’€ entre 2007 et 2009[17].

Le 8 novembre 2012, après plus de 11,2 millions d'investissements, Mimesis Republic est placé en liquidation judiciaire[18].

Divers[modifier | modifier le code]

Nicolas Gaume a créé et dirigé par ailleurs, en 1994 NGM Productions, une société d’édition de livres pour enfants en Chine. NGM édita en Chine entre autres les séries du Père Castor (Flammarion) ou encore des Incollables (Play Bac) de 1994 jusqu’en 1999. Il a également participé à la création en 1995 d’une des toutes premières web agencies françaises, Wcube, ainsi, qu'en 2000, d’une société de promotion et de commercialisation de vin sur Internet, winealley.com[19]. En 1999, Nicolas Gaume est admis comme Young leader au sein de la French-American Foundation[20].

Œuvres[modifier | modifier le code]

(fr) Citizen Game, Nicolas Gaume, Éditions Anne Carrière, 405 pages, 2006 (ISBN 978-2843373312)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nicolas Gaume nouveau président du SNJV[1]
  2. « Groupe Gaume - Historique » Groupe Gaume, [2]
  3. « Nicolas Gaume, PDG de Kalisto : un jeune patron très joueur », Les Échos,
  4. Fiche Nightmare Creatures sur Jeuxvideo.com, [3]
  5. « Kalisto: Le Crédit Lyonnais assigné en justice » Les Échos n° 18830 du 24 janvier 2003 • page 24
  6. « Kalisto, la rançon de la gloire » Transfert.net, [4]
  7. « Au nom du petit porteur » Libération, [5]
  8. « Kalisto : Nicolas Gaume condamné par la COB », Les Échos n° 18802 du 13 décembre 2002 • page 18
  9. Ordonnance de la Deuxième Chambre Civile de la cour d'appel de Bordeaux, rendue le 20 octobre 2009 sur l'affaire Kalisto [6]
  10. "L'affaire - ou comment Nicolas Gaume se fait complètement dédouaner par les tribunaux, comme Jeremie Berrebi Berrebi.org, [7]
  11. Capucine Cousin le qualifie de "victime expiatoire" Stratégie, N° 1628 du 7 avril 2011
  12. " Les Tricheurs. Dans leur diversité. 'The EchoesNo. 18385 17 avril 2001 • page 59
  13. Le marché aux voleurs, éditions Albin Michel, 2003, (ISBN 978-2226136503).
  14. Fiche de Nicolas Gaume sur le musée du Jeu Vidéo [8]
  15. « Mimesis Republic Is Zynga Meets Second Life, Comes Out Of Stealth [9]
  16. Greffe du tribunal de commerce de Paris, Statuts de Mimesis Republic S.A. mis à jour le 8 juillet 2010.
  17. [10]
  18. [11]
  19. Nicolas Gaume - Profil sur Viadeo.
  20. Liste des Young Leaders français depuis 1981[12], site de la French-American Foundation France

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]