Nicolas Dubreuil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Nicolas Dubreuil
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

Nicolas Dubreuil, né en 1969, est un aventurier français, spécialiste des milieux polaires.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

En 1987, alors qu'il vient d'entamer des études d'informatique à Paris, Nicolas Dubreuil effectue une randonnée de Port McNeill, sur la côte Ouest du Canada à l'Alaska[1]. En 1995, il accomplit des raids en ski en Suède puis en Alaska[2].

Expertise polaire[modifier | modifier le code]

En 1996, il devient guide pour l'agence Grand Nord Grand Large, spécialisée dans les voyages polaires, tout en restant maître de conférences en informatique[réf. nécessaire]. Il se rend au Groenland et il y retourne régulièrement. Il apprend le groenlandais[réf. nécessaire].

En , près d'Upernavik sur la côte Nord du Groenland, il tombe dans l'eau gelée à deux reprises mais est secouru par deux Groenlandais[3],[1]. Nicolas Dubreuil apprend à chasser l'ours et le phoque, à pêcher le flétan, à dépecer le phoque et à atteler des chiens. Il étudie les détails de fabrication du kayak, du harpon et du traîneau.

À 34 ans, il quitte son poste à l'université et finance ses voyages en tant que guide en donnant des conférences sur les milieux polaires pour des lycées, des associations et des entreprises. Il devient fixeur pour le cinéma et la télévision. Il accompagne les équipes de tournage au village de Kullorsuaq et travaille pour Paris Match, les émissions Thalassa, Faut pas rêver et le Journal de 13 h de TF1[réf. nécessaire]. Il se rend à nouveau au Groenland, au Spitzberg, en Alaska, au Canada, au Nunavut, en Islande, en Sibérie, au Pôle Nord et en Antarctique. Il intègre en 2005 la Compagnie du Ponant en tant que guide naturaliste puis chef d’expédition, ce qui lui permet de se rendre en Antarctique et aux îles sub-antarctiques.

En 2016, le croisiériste Ponant lance la construction du Commandant Charcot, un paquebot brise-glace utilisant comme carburant le gaz naturel liquéfié. N. Dubreuil contribue au projet en mettant en place les procédures destinées à soi-disant minimiser l’impact des activités touristiques sur l’environnement et en définissant les itinéraires[réf. nécessaire].

Kullorsuaq[modifier | modifier le code]

Kullorsuaq est un village situé à l'entrée de la Baie de Melville au Groenland. Nicolas Dubreuil participe à la vie quotidienne du village, à la chasse, aux anniversaires, aux jeux de force. Il y achète une maison en 2009[4]. En France, il tente de partager ses connaissances sur la culture inuit par des interventions dans les médias et ses ouvrages Aventuriers des glaces, Kullorsuaq, un village aux confins du Groenland et Akago[5]. À l'été 2013, il fait venir en France deux habitants de Kullorsuaq. Durant ce périple incluant Paris, Bordeaux, Strasbourg et la Suisse, il tourne avec eux le court métrage Inupiluk, produit par Envie de Tempête Productions[6]. Le film met en scène les deux chasseurs inuit débarquant en France, accueillis par deux jeunes parisiens. Inupiluk est suivi du long métrage Le Voyage au Groenland en 2016, qui raconte cette fois la visite de deux Français à Kullorsuaq.

Aventure et handicap[modifier | modifier le code]

Nicolas Dubreuil organise une expédition au Groenland avec des enfants sourds et des élèves en difficulté scolaire, puis la traversée de la calotte glaciaire groenlandaise aux côtés de trois handicapés physiques en 2007. Il se rapproche ensuite d’associations qui accompagnent les handicapés, et élabore diverses expéditions en Arctique et en Antarctique qui réunissent handicapés et valides[5],[1].

Tourisme[modifier | modifier le code]

En tant que chef du département expédition de la Compagnie du Ponant, Nicolas Dubreuil définit les itinéraires de croisières dans les régions polaires et tropicales[7]. Il met en place un protocole de repérage qui selon lui repose sur les connaissances, les études et les volontés des communautés et des organismes locaux afin de construire un tourisme durable[8],[9]. Il quitte la compagnie Ponant en 2020 pour fonder Sedna, une société de conseil et d’expertise polaire.

Publications[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Jean-Michel Moutot, Aventuriers des glaces, La Martinière, (ISBN 978-2-7324-4904-3 et 2-7324-4904-0, OCLC 803010691, lire en ligne)
  2. « Nicolas Dubreuil du 21 mai 2012 - France Inter », sur www.franceinter.fr (consulté le )
  3. Elodie Barakat, « Nicolas Dubreuil, amoureux des pôles : "J'ai failli perdre tous mes doigts sur la banquise" », sur Geo.fr, (consulté le )
  4. Léia Santacroce, « 5 minutes avec Nicolas Dubreuil, aventurier des pôles », sur Geo.fr, (consulté le )
  5. a et b « Nicolas Dubreuil accompagné de Frédéric Dubreuil du 09 mars 2014 - France Inter », sur www.franceinter.fr (consulté le )
  6. « Clermont ISFF | Breakfast avec Inupiluk | Clermont ISFF » (consulté le )
  7. « Rencontre avec Nicolas Dubreuil, Directeur des croisières d’expédition | Magazine PONANT », sur Magazine de voyage Escales : interviews, inspirations et conseils | Magazine PONANT, (consulté le )
  8. Nathalie Chahine, « Nicolas Dubreuil : « Voyager doit devenir un acte presque militant » », sur Le Point, (consulté le )
  9. « Nicolas Dubreuil: «Les croisières, à l’avenir, devront être plus engagées» », sur LEFIGARO, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]