Nicolas Domenach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Domenach.
Nicolas Domenach
Naissance (66 ans)
Paris
Nationalité Drapeau de France Français
Profession Journaliste
Spécialité (Politique)
Médias
Média principal Presse écrite
Pays Drapeau de la France France
Presse écrite Quotidien de Paris (1974 - 1977)
Le Matin de Paris (1977 - 1984)
L'Événement du jeudi (1984 - 1997)
Marianne (1997 - 2014)
Challenges (depuis 2014)
Télévision i-Télé (depuis 2004)
Canal+ (2007 - 2016)
C8 (depuis 2016)

Nicolas Domenach, né le 29 mars 1950[réf. nécessaire] à Paris est un journaliste politique français.

Il est, depuis le 1er septembre 2014, chroniqueur politique à l'hebdomadaire Challenges[1], après avoir démissionné de la rédaction du magazine hebdomadaire Marianne, qu'il a contribué à créer en 1997, et dont il a été directeur adjoint de la rédaction. Il est également chroniqueur dans La Nouvelle Édition de Canal+.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sans être passé par une école de journalisme, Nicolas Domenach commence sa carrière à la presse écrite au Quotidien de Paris en 1974, puis passe au Matin de Paris en 1977, avant de participer avec son confrère Jean-François Kahn à la création de l'hebdomadaire L'Événement du jeudi en 1984, puis du magazine Marianne en 1997[2],[3].

Tout en continuant ses activités en presse écrite, Nicolas Domenach collabore avec la chaîne d'information en continu i-Télé. Après avoir régulièrement participé à N'ayons pas peur des mots[3], l'émission quotidienne de débat contradictoire présentée par Samuel Étienne, il remplace Christophe Barbier à partir de septembre 2006 pour assurer un éditorial quotidien dans I>Matin, la matinale présentée par Nathalie Iannetta et Laurent Bazin (jusqu'à l'été 2008), et débattre chaque vendredi soir de l'actualité politique avec Éric Zemmour dans l'émission Ça se dispute, animée alors par Victor Robert[2],[3].

En 2007, Jean-François Kahn quitte Marianne, Nicolas Domenach reste fidèle au journal et devient directeur adjoint de la rédaction[2].

De septembre 2007 à juin 2011, il est par ailleurs chroniqueur sur Canal+ dans l'émission quotidienne L'Édition spéciale animée par Bruce Toussaint. En septembre 2008, il arrête son éditorial matinal sur i-Télé mais poursuit sa participation à Ça se dispute[4].

Lorsque début 2011, Laurent Joffrin annonce son souhait de quitter la direction de Libération pour prendre celle du Nouvel Observateur, Nicolas Domenach se voit proposer de le remplacer. Il refuse, et c'est finalement Nicolas Demorand qui obtient le poste[5].

À partir de septembre 2011, il fait partie de l'équipe de La Nouvelle Édition, émission animée par Ali Baddou qui succède à L'Édition spéciale tous les midis sur Canal+[6].

En juillet 2014, Nicolas Domenach quitte la rédaction de Marianne, à la suite de désaccords avec la nouvelle direction de l'hebdomadaire, qui lui demandait notamment de cesser sa collaboration avec le groupe Canal+[7]. Le , il est engagé par l'hebdomadaire Challenges comme chroniqueur politique[1].

En août 2016, Nicolas Domenach, qui intervenait déjà sur l'antenne de RTL pour une chronique dans la matinale, deux fois par semaine, poursuit sa collaboration avec la station de radio en débattant dorénavant avec Éric Zemmour, tous les vendredis, au cours de cette même matinale[8].

Positionnement politique[modifier | modifier le code]

Dans l'émission Ça se dispute, diffusée du au sur la chaîne d'informations en continu I-Télé, il apportait chaque semaine la contradiction à Éric Zemmour.

Il soutient notamment le projet de mariage homosexuel et la construction européenne, mais en s'opposant à une Union européenne libre-échangiste[réf. souhaitée]. En 2016, lors d'un déplacement en Afrique avec Manuel Valls, l'ensemble de ses frais de voyage sont payés par l’État français ; là où d'autres paient €2200 par personne, étant personnellement invité par le Premier ministre. Interrogé par la presse sur cette « proximité » et son indépendance de journaliste vis-à-vis du pouvoir, il répond que cette proximité ne saurait perturber son approche journalistique[9],[10].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est le fils du journaliste et résistant Jean-Marie Domenach[2], ancien directeur de la revue Esprit, et le frère du sinologue et politologue Jean-Luc Domenach[11].

Il est divorcé de la journaliste Michèle Fitoussi[12],[13].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]