Nicolas Colin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Nicolas Colin
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Père
Jean-Marie Colin (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Nicolas Colin (né en 1977) est un entrepreneur et essayiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et études[modifier | modifier le code]

Fils d'une enseignante de musique et du compositeur et directeur d'école de musique Jean-Marie Colin, il naît le à Harfleur[1] puis mène une enfance tranquille au Havre, Palaiseau puis Nantes, où il pratique la basse[2].

Après être passé par une classe préparatoire à Nantes, il est diplômé de Télécom Bretagne avec une spécialisation en informatique[réf. souhaitée] (promotion 2000)[2], de l'Institut d'études politiques de Paris (promotion 2002)[3], et ancien élève de l'École nationale d'administration (promotion Simone-Veil, 2004-2006), dont il sort dans le corps de l'Inspection des finances[4].

Vie professionnelle[modifier | modifier le code]

En 2006, il fonde avec Cyril Piquemal Émergence(s), un groupe « assez proche de Ségolène Royal »[2].

Après avoir été rapporteur de la commission Zelnik, il se met en disponibilité de l'administration pour créer coup que coup deux jeunes entreprises innovantes, Causebuilder[5], puis 1x1connect.

En 2012, il coécrit avec Henri Verdier L'Âge de la multitude, ouvrage consacré à l'économie numérique et à l'économie des plateformes[6],[7].

La même année, après son retour à l'Inspection des finances, lui est confié la rédaction d'un rapport sur la fiscalité de l'économie numérique, qu'il rédige avec Pierre Collin ; ce rapport introduit la notion de « travail gratuit » des internautes et propose de l'appréhender à travers une taxe sur le recueil de données personnelles qui soit incitative à la redistribution de ces données[8].

Courant 2013, il se met à nouveau en disponibilité de la fonction publique et fonde TheFamily avec Oussama Ammar et Alice Zagury[2].

Il est également administrateur de Radio France, chroniqueur à L'Obs[9] et au Monde, et enseignant à l'Institut d'études politiques de Paris.

Il a été membre du collège de la Commission nationale de l'informatique et des libertés, nommé par Claude Bartolone (Président de l'Assemblée nationale), de 2014 à 2016.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est l'époux de Laetitia Vitaud, spécialiste du futur du travail[réf. nécessaire], avec laquelle il a co-écrit un livre en 2016, Faut-il avoir peur du numérique ?.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Colin Nicolas Yves », dans Fabien Cardoni, Nathalie Carré de Malberg et Michel Margairaz (dir.), Dictionnaire historique des inspecteurs des finances (1801-2009) : dictionnaire biographique et thématique, Paris, Comité pour l'histoire économique et financière de la France, coll. « Histoire économique et financière de la France », (ISBN 978-2-11-097521-8, lire en ligne).
  2. a b c et d Marie Namur, « Nicolas Colin, en bon pair de famille », sur liberation.fr, .
  3. « Nicolas Colin », sur sciences-po.asso.fr.
  4. « Nicolas Colin », sur lesbiographies.com.
  5. « Colin », sur Institut Montaigne (consulté le )
  6. David Larousserie, « "L'Age de la multitude", de Nicolas Colin et Henri Verdier », sur lemonde.fr, .
  7. Vincent Giret, « Numérique : vite, une mise à jour de notre logiciel ! », sur lemonde.fr, .
  8. « Rapport sur la fiscalité du secteur numérique », Le portail des ministères économiques et financiers,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. « Nicolas Colin », sur L'Obs (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]