Nicolas Chaudun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou cette section ne s'appuie pas, ou pas assez, sur des sources secondaires ou tertiaires (août 2013).

Pour améliorer la vérifiabilité de l'article, merci de citer les sources primaires à travers l'analyse qu'en ont faite des sources secondaires indiquées par des notes de bas de page (modifier l'article).

Nicolas Chaudun
Nicolas Chaudun Portrait.JPG

Nicolas Chaudun en 2014

Biographie
Naissance
Nationalité

Nicolas Marie Jacques Chaudun, né à Paris en 1962, est un éditeur d'art et un écrivain français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Nicolas Chaudun naît à Paris, où il étudie le droit et l’histoire de l’art, avant de d’effectuer un long séjour en Afrique équatoriale. Il commence sa carrière d'éditeur d’art chez Aymery Somogy en 1988. Il rejoint trois ans plus tard Beaux Arts magazine, dont il devient directeur de la rédaction en 1996. En 1999, il participe à la fondation des Éditions Phileas Fogg, essentiellement attachées à mettre en œuvre la politique éditoriale de National Geographic France. Il crée peu après une nouvelle maison, les Éditions Nicolas Chaudun[1],au sein de laquelle "Phileas Fogg" n’est plus qu’une collection de récits de voyages. Le nouveau catalogue aborde indistinctement tous les domaines de l’histoire de l’art, avec, toutefois, une prédilection pour l’architecture et la photographie. Nicolas Chaudun cède son entreprise et la quitte en mars 2013, pour se concentrer sur son activité d’auteur.

Dès 1992, en effet, il publie un premier roman, Le Siège[2]. Ses livres explorent à peu près tous les champs de l'expression littéraire, depuis le pamphlet (Le Paysage, les ploucs et moi[3]), jusqu'au recueil de nouvelles (Des nouvelles du front[4]), en passant par l'essai (La Majesté des centaures[5]) ou la biographie (Haussmann, Georges Eugène, préfet baron de la Seine[6]; Un centaure au Crépuscule[7]).

C'est cependant dans le registre du récit historique (L'Eté en enfer[8]; Le Brasier[9]) "qu'il apporte une originalité et un talent sans pareil[10]". L'Obs note alors de son côté : "on ne peut être qu'ébloui par sa passion, la richesse de son style, son érudition vertigineuse et jamais pédantesque. L'éloge qu'Alexandre Dumas disait de Lamartine pourrait lui être appliqué: il élève l'histoire à la hauteur du roman.[11]" L'Eté en enfer a été plusieurs fois primé, et Le Brasier élu meilleur livre d'histoire de l'année 2015 par le magazine Lire[12].

Par ailleurs, outre de nombreux articles publiés dans la presse, Nicolas Chaudun est l'auteur de documentaires télévisés, notamment de Paris au beau temps des équipages[13], et a été le commissaire scientifique de deux expositions principalement consacrées aux relations entre l'homme et le cheval dans la société occidentale ("Voilà les Delton", musée de la Chasse et de la nature, oct. 2014/janvier 2015; "Des chevaux et des hommes - la collection Emile Hermès", musée de Pointe à Callières, Montréal, Canada, mai-oct. 2016).

Publications[modifier | modifier le code]

  • Le Siège, roman, Les Belles Lettres, 1992
  • L’Abécédaire de Paris, Flammarion, 1998
  • Paris céramique, les couleurs de la rue, Somogy/Paris-Musées, 1998
  • Le Paysage, les ploucs et moi, pamphlet, Rocher, 2001
  • Le Promeneur de la petite ceinture, Actes Sud/Paris-Musées, 2003
  • La Majesté des centaures, une histoire du portrait équestre dans la peinture occidentale, Actes Sud, 2006
  • Le Cheval dans l’art (collectif), Citadelles & Mazenod, 2008
  • Haussmann, Georges Eugène, préfet-baron de la Seine, Actes Sud, 2009; Babel n°1169 (réédition augmentée de Haussmann au crible, Éditions des Syrtes, 2000)
  • Paris et son double - Paris avant Haussmann ; Paris aujourd’hui, Éditions Nicolas Chaudun, 2010
  • L’Été en enfer – Napoléon III dans la débâcle, Actes Sud, 2011; Babel n°1408
  • Octave roi, roman, Pierre-Guillaume de Roux, 2013
  • Des nouvelles du front, nouvelles, Le Passage, 2014
  • Le Studio Delton, miroir du temps des équipages (sous la dir. de), Actes Sud, 2014
  • Le Brasier, récit historique, Actes-Sud, 2015
  • Un centaure au crépuscule. Alexis L’Hotte, Actes-Sud, 2016

Prix & Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Prix Pégase 2007 (La Majesté des centaures).
  • Prix Drouin de Lhuys 2011 (L'Eté en enfer).
  • Prix de la Fondation Napoléon 2011 (L'Eté en enfer).
  • Prix Robert Christophe 2012 (L'Eté en enfer).
  • Prix Du Guesclin - prix spécial du jury 2015 (Le Brasier).
  • Le Brasier élu meilleur livre d'Histoire 2015, palmarès du magazine Lire.
  • Chevalier de l'ordre national des Arts et des lettres (2014[14]).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Nicolas Chaudun veut faire beau et simple », Livres-Hebdo n° 684, 6 avril 2007 ; « Nicolas Chaudun, un gentleman corsaire », Le Point, 15 mars 2007
  2. Éditions Les Belles Lettres
  3. Editions du Rocher, 2001
  4. Editions Le Passage, 2014
  5. Actes Sud, 2006
  6. Actes Sud, 2009
  7. Actes Sud 2016
  8. Actes Sud, 2011
  9. Actes Sud, 2015
  10. Marc Riglet, « Paris en flammes », Lire,‎ , p. 87
  11. Jacques Nerson, « Le Louvre en feu », L'Obs, no 2646,‎
  12. Marc Riglet, « Les 20 meilleurs livres de l'année », Lire, no 441,‎ , p. 32 et 37
  13. coproduction Zaradoc films/Histoire, 52 min, 1re diffusion Histoire octobre 2015
  14. Arrêté du 16 janvier 2014 - NOR / MCCA 1402164 A

Liens annexes[modifier | modifier le code]