Nicolas Capron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Nicolas Capron

Naissance vers 1740
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Décès 14 septembre 1784
Paris, Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Activité principale Compositeur
violoniste
Maîtres Pierre Gaviniès
Élèves Marie-Alexandre Guénin

Nicolas Capron est un violoniste et compositeur français, né vers 1740 et mort à Paris le 14 septembre 1784.

Biographie[modifier | modifier le code]

Nicolas Capron est un élève de Pierre Gaviniès et fait partie des plus célèbres violonistes français de son époque. Sa carrière commence en 1756 à l'Opéra-Comique et dans l'orchestre privé du fermier général, Alexandre Le Riche de La Pouplinière. À partir de 1765 il devient maître de concert au Concert spirituel. Capron fréquente les plus importants Salons musicaux de la ville[1], où il côtoie des musiciens renommés, des philosophes et des écrivains. Nicolas Capron en plus d'être un virtuose, était un pédagogue apprécié, et parmi ses élèves figurent Marie-Alexandre Guénin et Mlle. Deschamps, connue comme enfant prodige, qui à l'âge de 11 ans a joué au Concert spirituel deux concertos de violon. Nicolas Capron était membre de la loge maçonnique Société Académique des Enfants d'Apollon [2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Capron a composé principalement des œuvres pour son instrument et figure à côté de François-Joseph Gossec et Pierre Vachon parmi les créateurs en France du quatuor à cordes. Dans ses compositions, il utilise généralement la structure en trois mouvements, l'emploi d'un double thème dans les premiers mouvements Allegros ; il emploie également les appoggiatures dans le style de l'École de Mannheim. Il fait partie des premiers violonistes français, qui ont utilisé la sourdine.

  • Premier Livre de sonates à violon seul et basse op. 1 (1768)
  • Sei quartetti op. 2 (1772), dédiés au Duc de Laval
  • Six Duos pour 2 violons op. 3 (1777)
  • Deux concertos pour violon, op.2
  • plusieurs concertos pour violon, aujourd'hui disparus

Références[modifier | modifier le code]

  1. Salon du Baron de Bagge, salon de l'abbé Morellet
  2. http://www.larousse.fr/encyclopedie/musdico/Capron/166614

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • dir Marcelle Benoit, Dictionnaire de la musique en France aux XVIIe et XVIIIe siècles, Fayard, 1992, ISBN 2-213-02824-9