Nicolas Bucher

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Nicolas Bucher, né le à Lens, est un organiste et claveciniste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Nicolas Bucher débute l’orgue à Arras puis au conservatoire à rayonnement régional de Lille, dans la classe de Jean Boyer et Aude Heurtematte. Il poursuit ensuite ses études musicales auprès de Jean Ferrard, au Conservatoire royal de Bruxelles où il obtient les premiers prix d’orgue, d’écriture et d’histoire de la musique.

En 1997, il intègre le conservatoire national supérieur de musique de Lyon, où il retrouve Jean Boyer. Il obtient le diplôme national d'études supérieures musicales en .

Finaliste du concours international d'orgue Xavier Darasse de Toulouse (1998), il reçoit le second prix au concours international d'orgue de Musashino-Tokyo ().

Organiste successivement à Lens, Marcq-en-Barœul et Lyon (cathédrale Saint-Jean), Nicolas Bucher a succédé, en 2002, à Michel Chapuis à la prestigieuse tribune de Saint-Séverin à Paris, poste qu'il a occupé jusqu'en . Il était organiste titulaire de l'orgue de la Basilique Sainte-Marie-Madeleine de Vézelay jusqu'en 2018.

Professeur d’orgue dans plusieurs écoles de musique, il oriente ensuite sa carrière vers la direction. Titulaire du certificat d’aptitude aux fonctions de directeur de conservatoire, Nicolas Bucher a dirigé le conservatoire à rayonnement départemental d'Arras de 2005 à 2007. De à , il est directeur des études musicales au conservatoire national supérieur de musique et de danse de Lyon.

Depuis 2011, Nicolas Bucher vit et travaille à Vézelay, où il dirige la Cité de la Voix, un lieu unique consacré à l’art vocal sous forme de résidences artistiques, d’un ensemble vocal professionnel (Arsys Bourgogne) et d’une saison publique.

Depuis 2018 il dirige le Centre de musique baroque de Versailles (CMBV).

Organiste, accompagnateur, continuiste, chef d'orchestre, il consacre la majeure partie de sa vie artistique à la musique d’orgue, à la musique vocale des XVIIe et XVIIIe siècles, à l’art lyrique ainsi qu’à la musique contemporaine.

Enregistrements[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cécile Glaenzer, « Nicolas Bucher sculpte le temps avec Grigny à La Chaise-Dieu », sur resmusica.com, (consulté le 24 décembre 2020).