Nicolas Blancho

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Nicolas Andrev Blancho[1] (appelé Abou Ammar AbdUllah[2] ou AbdAllah), né le à Biel/Bienne et originaire de Rüeggisberg[3]) est Président de l'Association du Conseil central Islamique Suisse (CCIS)[4]. Il est membre du comité de l'«association Faîtière Communauté Culturelle des Musulmans de Bienne» (KGMB)[5] et il enseigne, entre autres, dans la mosquée Ar-Rahman de Bienne[6].

Biographie[modifier | modifier le code]

Selon un rapport de la Weltwoche, Nicolas Blancho a grandi à Bienne sans confession dans une famille de pensée libérale[7],[8]. Après l'école secondaire, il a commencé d'abord un apprentissage d'imprimeur. Il se convertit à l'Islam à l'âge de 16 ans. Il quitte l'apprentissage, continue au Gymnase puis étudie le droit et les études islamiques à l'Université de Berne en 2007.

Nicolas Blancho a fondé en 2004 la société "Alquds Food GmbH" dans le but d'importer des denrées alimentaires, en particulier à partir de la Tunisie. La société a été dissoute en 2007. Il a fondé en 2006, avec Abdul Hamid Al-Fayek, la société d'import et export de denrées alimentairs "A & B Tradex GmbH", qui a été dissoute en 2013[1],[9].

Nicolas Blancho parle couramment l'allemand, le français et l'arabe[10]. Il est marié et père de deux enfants[11].

Nicolas Blancho représente une pratique de l'islam wahhabiste d'influence saoudienne, qui exclut une interprétation moderne des écritures[12]. Il a qualifié la lapidation comme « un élément, une valeur de ma religion », mais qui ne devait s'appliquer dans le contexte suisse[9]. Depuis 2003, Nicolas Blancho est connu pour son combat en faveur de l'introduction de la Charia en Suisse[10]. Il organise en 2006 une manifestation nationale contre les Caricatures de Mahomet[10].

Nicolas Blancho est président du conseil central islamique suisse (CCIS). Un de ses objectifs est de construire un réseau de musulmans - avec des médecins musulmans, des chauffeurs de taxi musulmans, des boulangers musulmans...[10]

Controverses[modifier | modifier le code]

Extrémisme[modifier | modifier le code]

Nicolas Blancho, tout comme le conseil central islamique suisse, sont caractérisés par la Presse comme de dangereux Islamistes[7]. Tariq Ramadan le qualifie de « phénomène marginal musulman dans le paysage »[13]. D'autres articles de journaux mettent en avant ses liens avec le terrorisme[14],[9],[15],[16],[7].

Le ministère public de la Confédération a ouvert une enquête en novembre 2016 visant Nicolas Blancho et Qaasim Illi en raison de propagande djihadiste[17] . Un autre enregistrement laisse penser qu'il soutient le groupe Etat islamique[18].

Selon Le Temps, le Service de renseignement de la Confédération (SRC) enquête sur les liens entre Nicolas Blancho et des islamistes basés au Qatar jugés proches d'Al-Qaeda, comme Abdulrahman al-Nuaimi et Ali Abdullah al-Suwaidi[19].

Liens avec le Qatar[modifier | modifier le code]

Nicolas Blancho est financièrement soutenu par le Qatar[20],[21].

Il dirige les associations suisses Aziz Aïd et Qoranona avec Abdulaziz Abdulrahman H.A. Al-Thani, membre de la famille Royale du Qatar [22],[23].

Lors d'une interview sur YouTube, Nicolas Blancho remercie également la fondation de la famille royale Sheikh Thani Bin Abdullah Foundation for Humanitarian Services pour son soutien financier[24].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Nicolas Andrev Blancho.
  2. Islamisches Zeltlager am Bielersee.
  3. Islamischer Zentralrat Schweiz: Nicolas Blancho.
  4. Vorstand.
  5. Zeit für gemeinsame Moschee noch nicht reif.
  6. Bieler im «heiligen Krieg» getötet.
  7. a, b et c (de)Bin Laden in Biel, weltwoche.ch
  8. (de) Kleine Stadt mit heftigen Eruptionen., tagesanzeiger.ch
  9. a, b et c Nicolas Blancho: Spuren führen zu al-Qaida., tagesanzeiger.ch
  10. a, b, c et d (de) «Man sollte Nicolas Blancho nicht unterschätzen».
  11. (de)Modèle:Webarchiv
  12. (de)Der Streit der frommen Männer.
  13. (de) Ramadan gegen Blancho - Streit um richtigen Islam für die Schweiz.
  14. (de) Islamischer Zentralrat Schweiz im Zwielicht: Blancho im Visier der Terrorfahnder., blick.ch
  15. Edward Mickolus: The Terrorist List: A-K. Zugriff: 25.
  16. (de) Bieler Radikaler packt aus, bielertagblatt.ch
  17. (de) „Nikab-Nora“ – Ermittlungen gegen Mann der „Anne Will“-Verschleierten.
  18. Pascal Schmuck, « Nicolas Blancho flirte-t-il avec le djihad? », tdg.ch/,‎ (lire en ligne)
  19. Sylvain Besson, « Les services secrets suisses ciblent des islamistes pro-Qatar », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  20. (de) « Die Katar-Connection des Islamischen Zentralrats », Tages-Anzeiger, Tages-Anzeiger,‎ (ISSN 1422-9994, lire en ligne)
  21. « Le réseau de Nicolas Blancho », LeTemps.ch,‎ (lire en ligne)
  22. Powerneting AG, « Aziz Aid », sur Handelsregisteramt des Kantons Bern (consulté le 4 juin 2018)
  23. (en) « In-House Views on Potential Hamas Targets », Wikileaks, Qatar Doha, no 03DOHA1748_a,‎ 2003 july 10, 11:43 (thursday) (lire en ligne)
  24. مؤسسة راف RAF Foundation, « كلمة الشيخ / عبدالله نيكولاس ( مهرجانات بشائر الرحمة ) |RaF Foundation »,‎ (consulté le 4 juin 2018)