Nicolas Bacri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bacri.
Nicolas Bacri
Bacri2006.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (56 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Mouvement
Genre artistique

Nicolas Bacri, né le à Paris, est un compositeur français auteur de plus de cent-quarante œuvres.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le à Paris, Nicolas Bacri, après avoir été formé par Françoise Levechin-Gangloff, Christian Manen et Louis Saguer reçoit l'enseignement au CNSMD de Paris de Serge Nigg et Michel Philippot (composition), Claude Ballif (analyse musicale) et Marius Constant (orchestration)[1].

En 1983, il obtient au sein de cette institution un premier prix de composition musicale avec les félicitations du jury. De 1983 à 1985, il est pensionnaire de l'Académie de France à Rome Villa Médicis[1]. Avant de revenir progressivement au sentiment tonal (plus qu'à la tonalité proprement dite) il a, comme beaucoup, pratiqué la musique atonale dans les années 1980[2](opp. 1 à 20). Le lyrisme de ses œuvres récentes n'exclut pas une attention portée à la logique formelle qui a toujours caractérisé sa musique depuis ses débuts.

Entre 1987 et 1991, Nicolas Bacri occupe le poste de délégué artistique du service de la musique de chambre à Radio France[3] et programme soixante-dix concerts par an (de la musique ancienne jusqu'aux créations) dont la toute première intégrale en France des quinze quatuors à cordes de Chostakovitch (saison 1989-90) avec le Manhattan String Quartet (comme symbole de la fin de l'URSS). Sous son impulsion, Radio-France aura également été la première institution française à programmer la musique des principaux compositeurs internés dans le camp de Terezin pendant la seconde guerre mondiale (Pavel Haas, Gideon Klein, Hans Krasa et Viktor Ullmann) lors des émissions en direct sur France-Musique, Les mardis de la musique de chambre.

Il enseigne la composition au CRR (Conservatoire à rayonnement régional, directeur : Xavier Delette) de Paris depuis octobre 2017.

Dans son livre Notes étrangères[4], Nicolas Bacri déclare :

« Ma musique n'est pas néo-classique, elle est classique, car elle retient du classicisme ce qu'il a d'intemporel : la rigueur de l'expression. Ma musique n'est pas néo-romantique, elle est romantique, car elle retient du romantisme ce qu'il a d'intemporel : la densité de l'expression. Ma musique est moderne car elle retient du modernisme ce qu'il a d'intemporel : l'élargissement du champ de l'expression. Ma musique est post-moderne car elle retient du post-modernisme ce qu'il a d'intemporel : le mélange des techniques d'expression. »

La musique de Bacri a fait l'objet de commandes importantes dans tous les domaines musicaux : opéra, symphonique, concertant, vocal, choral et musique de chambre.

Depuis janvier 1985 avec la création de son Concerto pour violon op. 7 à Radio-France, la musique de Bacri a figuré au répertoire d'orchestres tels que l'Orchestre d'Auvergne, Orchestre de Cannes PACA, China National Symphony Orchestra, English Chamber Orchestra, European Camerata, Orchestre National d'Espagne, Orchestre National de France, Orchestre Philharmonique de Radio-France, Orchestre National d'Ile-de-France, Philharmonie George Enesco (Bucarest), Orchestre Philharmonique de Liège, Orchestre National de Lille, London Symphony Orchestra, Mahler Chamber Orchestra, Munich Chamber Orchestra, Munich Philharmonic Orchestra, Orchestre de chambre de Paris, Orchestre de Pau, Philharmonia Orchestra, Orchestre de Picardie, Riverside Symphony (New Tork), Shanghai Symphony, Tapiola Sinfonietta, Tokyo Philharmonic, Orchestre du Capitole de Toulouse, Orchestre Victor Hugo-Franche-Comté, WDR Sinfonie Orchester-Köln... Avec des chefs tels que Jonas Alber, Kees Backels, Philippe Bender, Michel Béroff, Martin Brabbins, Semyon Bychkov, Constantinos Carydis, Roberto Fores Veses, Daniel Harding, Richard Hickox, Jean-Jacques Kantorow, Fayçal Karoui, Christoph Koncz, Nicolas Krauze, Louis Langrée, Josep Pons, Yves Prin, Leonard Slatkin, Jean-Christophe Spinosi, David Stern, Arturo Tamayo, Yann-Pascal Tortelier, Arie Van Beek, Jean-François Verdier, Pascal Verrot... Et des solistes tels qu'Eric Aubier, Elizabeth Balmas, Lisa Batiashvili, Philippe Bernold, Lise Berthaud, Emmanuelle Bertrand, Sharon Bezaly, Radu Blidar, Peter Bruns, Renaud Capuçon, Gérard Caussé, André Cazalet, Bertrand Chamayou, Olivier Charlier, Dana Cioccarlié, Nora Cismondi, Marc Coppey, Philippe Cuper, Malena Ernman, Lorenzo Gatto, Philippe Graffin, Natalia Gutman, Romain Guyot, Marie Hallynck, Florent Héau, Marie-Josèphe Jude, Kim Kashkashian, Laurent Korcia, Adrien et Christian-Pierre La Marca, Geneviève Laurenceau, François Leleux, Alexander Madzar, Susan Manoff, Brigitte Meyer, Paul Meyer, Emile Naoumoff, Jean-Frédéric Neuburger, Régis Pasquier, Patricia Petibon, Sandrine Piau, Alina Pogoskina, Eliane Reyes, Bruno Rigutto, Svetlin Roussev, Baiba Skride, Valery Sokolov, Cédric Tiberghien, Oliver Triendl, Myriam Tschopp, Sebastien Van Kuijk, Ronald Van Spaendonck, Laurent Verney, Jean-Pierre Wallez, Dominique de Williencourt, Pieter Wispelwey... Les Quatuors tels Arpeggione, Danel, Lindsay, Psophos, Sine Nomine, Voce... Les chœurs Accentus (Laurence Equilbey), Britten (Nicole Corti), Maitrise de Radio-France, Mikrokosmos (Loïc Pierre), Temperamens variations (Thibault Lam Quang)...

Ses principaux éditeurs sont Le chant du monde, Alphonse Leduc, Durand et Peer Music (Hamburg/New York).

Distinctions et récompenses[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
  • Officier des Arts et Lettres (décret ministériel du 23 mars 2017)
  • La SACEM lui décerne le prix Stéphane Chapelier en 1987, le prix Hervé Dugardin en 1992, le prix Claude Arrieu en 1995 et le Grand Prix de la Musique symphonique en 2006.
  • En 1989 lui est décerné le Prix André Caplet par l'Académie des beaux-arts. Cette même académie lui décerne en 1993 le prix Georges Wildenstein, et le prix Pierre Cardin l'année suivante.
  • La ville de Nantes lui décerne le Prix Pineau-Chaillou en 1991.
  • Grand Prix de la Nouvelle Académie du Disque 1993 pour un premier disque monographique.
  • Obtention du Grand Prix lycéens des compositeurs 2005 grâce à sa cantate no 4 op. 44 (Sonnet de W. Shakespeare 66) pour Mezzo-Soprano et cordes (éditions Durand).

Œuvres[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Par François Leleux (Hautbois), Valeryi Sokolov (Violon), Adrien La Marca (Alto), Sebastien Van Kuijk (Violoncelle), Orchestre Victor Hugo-Franche Comté/Jean-François Verdier chez Klarthe (distr. Harmonia Mundi) : Les Quatre saisons, op. 80 : Concerto tenebroso (L'hiver) pour hautbois, alto et orchestre à cordes Concerto amoroso (Le printemps) pour hautbois, violon et orchestre à cordes, Concerto luminoso (L'été) pour hautbois, violon, alto, violoncelle et orchestre à cordes, Concerto nostalgico (L'automne) pour hautbois, violoncelle et orchestre à cordes
  • Par Eliane Reyes (Piano) chez Naxos : Prélude et Fugue, op. 91 ; Sonate no 2, op. 105 ; Diletto classico, op. 100 ; Deux esquisses lyriques, op. 103 ; L'enfance de l'art, op. 69
  • Par le Tapiola Sinfonietta (direction Jean-Jacques Kantorow), Lisa Batiashvili, Sharon Bezaly, Riitta Pesola, François Leleux, chez BIS :
    • Concerto amoroso Le printemps, op.80 no 2 pour hautbois, violon et orchestre à cordes
    • Concerto pour flûte et orchestre, op. 63
    • Concerto nostalgico L'automne, op. 80 no 1 pour hautbois, violoncelle et orchestre à cordes
    • Nocturne pour violoncelle et orchestre, op. 90
    • Symphonie no 4 Sturm und Drang, op. 49
  • Par l'ensemble Capriccioso, chez Triton :
    • Concerto da camera op. 61
    • Trio no 3, op. 54 Sonata notturna
    • Symphonie no 4, op. 49b Symphonie classique Sturm und Drang
    • American letters, op. 35
    • Night music, op. 73
  • Par le Psophos quartet, chez AR RE-SE
    • Quatuor no 3 Esquisses pour un Tombeau, op. 18
    • Quatuor no 4, op. 42 Omaggio a Beethoven
    • Quatuor no 5, op. 57
    • Quatuor no 6 op. 97
  • Par Laurent Korcia et Orchestre de la W.D.R. de Cologne (direction Semyon Bychkov), chez RCA - BMG (enregistré à Cologne en janvier 2002), prière op. 52 pour violon et orchestre dédié « À la mémoire des martyrs juifs de tous les temps », repris dans l'album Laurent Korcia Songes, RCA Red Seal 82375 663272
  • Par Florent Héau et l'European Camerata chez Zig-Zag territoires :
    • Concerto da camera, op. 61 pour clarinette et orchestre à cordes
    • Divertimento, op. 37b pour clarinette et trio à cordes
    • Im volkston, op. 43 pour clarinette, violon et violoncelle
    • Night music, op. 73 pour clarinette et violoncelle
    • Deux petites rhapsodies, op. 21b pour clarinette seule
    • Mondorf Sonatina, op. 58 no 2 pour clarinette seule
  • Par l'orchestre de Douai: Nord-Pas de Calais/Philippe Murgier/chœurs /Stéphane Cardon chez Intégrale distribution, Entre terres (cinq tableaux pour récitant, orchestre et chœurs op. 114), livret de Philippe Murgier
  • Par l'orchestre de Bayonne (direction Xavier Delette/François Leleux/Sylvie Althaparro/Valérie Rio/Isabelle Sengès/chœurs Kea & Odeiertz)
    • Cantate no 1, op. 33 Vitae abdicatio pour mezzo-soprano, hautbois, chœur mixte ad libitum et orchestre de chambre
    • Cantate no 2, op. 33 pour chœur mixte a cappella
    • Cantate no 3, op. 33 Vita et Mors pour mezzo-soprano, violoncelle et orchestre
    • Cantate no 4, op. 44 Sonnet LXVI de Shakespeare pour chant et orchestre à cordes
    • Cantate no 5}, op. 77 Isiltasunaren Ortzadarra pour mezzo-soprano, chœur et orchestre
    • Motets de souffrance et de consolation op. 59 Quare tristis Ego vir videns paupertam meam pour chœur a capella
    • Motet no 7, op. 71 O lux beatissima, pour chœur féminin
    • Notturno, op. 74 pour hautbois et orchestre à cordes
    • Benedicat Israël Domino, op. 64 pour chœur mixte a capella
  • Par le Lions Gate Trio, chez Triton :
    • Toccata Sinfonica (Trio no 1 pour violon, violoncelle et piano op. 34)
    • Sonate pour violoncelle et piano, op. 32
    • Suite no 3 pour violoncelle seul, op. 31 Vita et Mors
    • Deux préludes pour piano, op. 24 (Moment musicaux, vol. II)
    • Trois préludes pour piano, op. 28 (Moment musicaux, vol. III)
    • Trois préludes pour piano, op. 46 (Moment musicaux, vol. V)
    • Trio no 2 pour violon, violoncelle et piano, op. 47 Les Contrastes
    • Sonate pour violon et piano, op. 40
    • Sonate Breve pour violon seul, op. 45
    • Duo pour violon et violoncelle, op. 25
    • Trois petites rapsodies pour violon seul, op. 21
  • Par Dominique de Williencourt/Laurent Verney/Bertrand Walter et l'Orchestre Philharmonique Georges Enesco (direction Yves Prin), chez Etcetera :
    • Concerto pour violoncelle et orchestre, op.17
    • Folia pour alto et cordes, op.30b
    • Tre Canti Canti e Finale, op.29
    • Requiem pour alto et orchestre de chambre, op.23
  • Par Patricia Petibon (Soprano) et l'Orchestre National d'Espagne/Josep Pons chez Deutsche Grammophon (DGG Album Memlancolia) : Melodias de la melancolia, op. 119b pour soprano et orchestre
  • Par Malena Ernman (Mezzo Soprano) et l'Ensemble Matheus/Jean-Christophe Spinosi chez Deutsche Grammophon (DGG Album Miroirs) : Lamento, op. 81
  • Par Lajos Lencsès (Hautbois) et lle Kammerorchester Arcata Stuttgart/Patrick Strub chez Bayer Records (BR 100 315) (Album Meditation) : Notturno pour hautbois et cordes, op. 74
  • Par Eric Aubier (Trompette) et l'Orchestre de Bretagne/Jean-Jacques Kantorow chez Arion/Verany (Album Résurgences Concertos pour trompette) : Concerto pour trompette et cordes no 2 op. 65
  • Par Eric Aubier (Trompette) et l'Orchestre de Bretagne/François-Xavier Bilger chez Indésens (Album Modern Trumpet Concertos) : Concerto pour trompette et orchestre no 1, op. 39
  • Par Eric Aubier (Trompette) et Thierry Escaich (Orgue) chez Indésens (Album Tanz Fantasie - Inde 0012) : Fantaisie pour trompette et orgue, op. 48
  • Par la Maîtrise de Notre-Dame de Paris/Emilie Fleury, Yves Castagnet, orgue (Album Le Livre de Notre-Dame) : Agnus Dei, op. 132
  • Par Marie Hallynck (Violoncelle) et Cédric Tiberghien (Piano) chez Fuga Libera (FUG 543)
    • Sonate pour violoncelle et piano, op. 32
    • Quasi Variazioni, op. 27
  • Par Sandrine Tilly (Flûte) et le Quatuor Sendrez chez Triton (TRI 331171) : Partita concertante pour flûte et quatuor à cordes, op. 88c
  • Par le Trio Zodiac chez Blue Griffin : A Smiling Suite pour piano, violon et clarinette, op. 100b
  • Par Philippe Cuper (Clarinette) et Marianne Piketty, Noelle Santos, Eric Watelle, Cécile Hugonnard-Roche chez Clarinet Classics (CC 0043) (Album The Paris Connection)
    • Concerto da camera, op. 61
    • Im Volkston, op. 43,
    • Divertimento, op. 37b
  • Par Florent Pujuila (Clarinette) et Antoine Pierlot (Violoncelle) chez Cristal Records (CRC 1002) (Album Melismes) : Night Music, op. 73
  • Par Arnaud Thorette (Alto) et Johan Fargeot (Piano) chez Accord Universal : Sonata da camera, op. 67 (version alto)
  • Par Sylvie Hue (Clarinette) et Frédérique Lagarde (Piano) chez Le Chant de Linos (Album Contre-Chant) : Sonata da camera, op. 67 (version clarinette)
  • Par Frédéric Chatoux (Flûte) et Bertrand Giraud (Piano) chez Anima : Sonata da camera, op. 67 (version flûte)
  • Par le Trio Saxiana chez Saphie productions (LVC 1123) (Album Créations)
    • American Letters, op. 35bis (version pour 2 saxophones et piano)
    • Deux Sonatines opposées pour saxophone alto et piano (Sonatina lirica, op. 108 no 1 & Sonatina lapidaria, op. 108 no 2)
  • Par Ingrid Kappele/Ensemble Asko/Denis Cohen chez Adès (ADE 682) (Album Présences 92, Festival international de Musique contemporaine de Radio France) : Notturni (Concerto da camera quasi una sinfonia piccola), op. 14 pour sept instrumentistes et soprano
  • Par Emmanuelle Bertrand (Violoncelle) chez Harmonia Mundi (hmGold) (Album Le violoncelle au XXe siècle) : Suite no 4 pour violoncelle seul, op. 50
  • Par Fabrice Bihan (Violoncelle) chez Triton (TRI 331196) (Album Hommage à Henri Dutilleux) :Métamorphoses pour violoncelle seul op. 121

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Nicolas Bacri Compositeur français », sur francemusique.fr, (consulté le 22 juillet 2016).
  2. « Bacri Nicolas », sur cdmc.asso.fr, (consulté le 22 juillet 2016).
  3. Agnès Jourdain, « Nicolas Bacri Piano Music Eliane Reyes », sur pianobleu.com, (consulté le 22 juillet 2016).
  4. Nicolas Bacri, Notes étrangéres, Séguier Editions, (ISBN 978-2840493945)

Liens externes[modifier | modifier le code]